Sebastião Salgado ; gold (édition trilingue français/anglais/allemand)

, ,

À propos

«Qu'est-ce qui, dans ce métal jaune et sans éclat, pousse des hommes à abandonner leur foyer, vendre leurs biens et traverser un continent pour risquer leur vie, leurs membres et leur santé mentale au nom d'un rêve?» - Sebastião Salgado Quand Sebastião Salgado est finalement autorisé à visiter Serra Pelada, en septembre 1986, après six années de refus des autorités militaires brésiliennes, il n'est pas préparé au spectacle ahurissant qui l'attend en bordure de forêt amazonienne, aux confins meurtris de cette montagne pelée: un trou béant, profond et large de 200 mètres, où grouillent des dizaines de milliers d'hommes presque nus. La moitié remonte des sacs qui pèsent jusqu'à 40 kilos par des échelles en bois, les autres glissent sur les pentes boueuses pour replonger dans la gueule sale de la mine. Leurs corps et leurs visages sont ocres, oxydés par le minerai de fer comme cette terre qu'ils excavent. Lorsqu'on trouva de l'or dans un des ruisseaux de Serra Pelada, en 1979, le petit village devint un temps l'Eldorado tant promis, la plus grande mine d'or à ciel ouvert du monde, où quelque 50.000 hommes s'épuisaient dans des conditions épouvantables. Aujourd'hui, la ruée vers l'or la plus sauvage qu'ait connue le Brésil appartient à la légende, qu'on entretient avec quelques souvenirs heureux, des regrets amers, et les photos de Sebastião Salgado. Au moment où Salgado prit ces photos, la couleur régnait en maître dans les pages glacées des magazines. Si le noir et blanc était un parti pris risqué, la série consacrée à Serra Pelada inaugura un retour en grâce de la photo monochrome, s'inscrivant dans une tradition dont les maîtres, d'Edward Weston à Brassaï en passant par Robert Capa et Henri Cartier-Bresson, définirent la grande première moitié du XXe siècle. Quand le New York Times Magazine reçut les photos de Salgado, il se produisit quelque chose d'extraordinaire: un silence complet. «De toute ma carrière au New York Times, se souvient le rédacteur photo Peter Howe, je n'ai jamais vu de rédacteurs en chef réagir ainsi à un ensemble de photographies.» À l'heure où la photo est absorbée par le monde de l'art et la manipulation numérique, le travail de Salgado est investi d'une qualité quasi-biblique et génère une sensation d'immédiateté qui le rend éminemment contemporain. La mine de la montagne pelée est certes fermée depuis longtemps, pourtant l'intensité dramatique de la ruée vers l'or jaillit toujours de ces images. Cet ouvrage rassemble le portfolio de Salgado sur Serra Pelada dans son intégralité, reproduit selon les techniques les plus perfectionnées, accompagné d'un avant-propos du photographe et d'un essai d'Alan Riding. Également disponible en Édition collector limitée et signée et en Édition d'art


Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Photographie > Biographies / Monographies


  • Auteur(s)

    Sebastião Salgado, Lelia Wanick salgado, Alan Riding

  • Éditeur

    Taschen

  • Distributeur

    Taschen

  • Date de parution

    21/10/2019

  • EAN

    9783836575089

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    208 Pages

  • Longueur

    33.9 cm

  • Largeur

    26.1 cm

  • Épaisseur

    2.8 cm

  • Poids

    2 256 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Multilingue   Relié  

Sebastião Salgado

  • Naissance : 1-1-1944
  • Age : 80 ans
  • Pays : Bresil
  • Langue : Francais

Sebastião Salgado a commencé sa carrière de photographe professionnel à Paris en 1973 et a travaillé avec les agences de photographie Sygma, Gamma et Magnum Photos. En 1994, avec son épouse Lélia Wanick Salgado, il fonde Amazonas images qui le représente en exclusivité. Les projets photographiques de Salgado ont été l'objet de nombreux livres et expositions dont Sahel, L'Homme en détresse (1986), Autres Amériques (1986), La Main de l'homme (1993), Terra (1997), Exodes (2000), Les Enfants de l'exode (2000), Africa (2007) Genesis (2013) et Koweït, un désert en feu (2016).

Lelia Wanick Salgado

Lélia Wanick Salgado a étudié l'architecture et l'urbanisme à Paris et a commencé à s'intéresser à la photographie en 1970. Dans les années 1980, elle s'est tournée vers la conception de livres de photographie et l'organisation d'expositions, dont la majorité était consacrée à l'œuvre de Sebastião Salgado. Depuis 1994, elle est directrice de Amazonas

Alan Riding

Alain Riding est correspondant européen pour The New York Times, il a couvert d’innombrables productions d’opéras dans des théâtres du monde entier.

empty