À propos

Dans ses souvenirs littéraires, maxime du camp, journaliste et romancier, nous donne d'inoubliables portraits de lamartine vieillissant ; de nerval en proie à la folie, hanté par le suicide, écrivant aurélia ; de fromentin, peintre de l'exotisme, auteur du remarquable dominique ; de delacroix amoureux jusqu'au désespoir de la couleur.
On retrouve aussi george sand et alfred de musset qui se déchirent et se trahissent. mais avant tout, maxime du camp est l'ami de théophile gautier et de gustave flaubert, pour qui il agit en confident, en lecteur et en critique privilégié. ces textes pris sur le vif racontent les voyages des deux amis à travers la bretagne, la grèce, constantinople, l'égypte et la libye. maxime du camp pouvait bien écrire que ces maîtres étaient " des hommes et non des demi-dieux ", et ajouter : " j'ai vécu près d'eux et je les ai jugés en contemporain car entre eux et moi le verre grossissant de la postérité ne s'était point interposé.
".


Rayons : Littérature > Littérature argumentative > Essai littéraire


  • Auteur(s)

    Maxime Du Camp

  • Éditeur

    COMPLEXE

  • Distributeur

    DILISCO

  • Date de parution

    07/06/2002

  • Collection

    Le Regard Litteraire

  • EAN

    9782870279342

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    285 Pages

  • Longueur

    17.2 cm

  • Largeur

    11.2 cm

  • Épaisseur

    2.3 cm

  • Poids

    240 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Maxime Du Camp

  • Naissance : 1-1-1822
  • Décès :1-1-1894 (Mort il y a 130 ans à l'âge de 72 ans)

Maxime Du Camp (1822-1894) est l'un des premiers à utiliser la photographie dans ses explorations et ses livres de voyage. En 1851, il fonde la Revue de Paris et publie régulièrement dans La revue des deux Mondes. Sa production littéraire est variée. Sur Paris, ses ouvrages: Paris, ses organes, ses fonctions, sa vie, Les convulsions de Paris sont des témoignages précieux et originaux sur la vie quotidienne dans la capitale au XIXe siècle.

empty