À propos

Aucun résumé n'est disponible

Sommaire

En 1962, lorsqu'il décide de se reconvertir dans la bande dessinée et propose ses services à la rédaction du journal «Tintin», William Vance a déjà à son actif une brillante carrière d'illustrateur en publicité. Comme tout nouveau venu, c'est en dessinant de courtes histoires complètes qu'il s'y affirmera cependant.

A l'aube des années 1960, la vocation des hebdomadaires de bandes dessinées n'est pas seulement de distraire les jeunes bédéphiles, elle est aussi de les cultiver. Comme son concurrent «Spirou» publié par les Editions Dupuis a ses fameuses courtes mais «Belles Histoires de l'Oncle Paul», le journal «Tintin» des Editions du Lombard a ses non moins fameuses «Histoires authentiques». En quatre planches, elles racontent et illustrent de grands événements de l'Histoire du monde ou la vie de personnages célèbres. «L'Oncle Paul» de l'hebdomadaire des 7 à 77 ans est alors le prolifique et très imaginatif conteur et scénariste Yves Duval. Depuis ses 17 ans, outre des séries mises en images par les dessinateurs vedettes de l'époque, il scénarise chaque semaine de courtes histoires documentaires. Abordant les sujets les plus divers, celles-ci servent surtout de bancs d'essai pour les aspirants à une carrière dans la BD. De 1950 à 1990, Yves Duval en produira plus de 1.500 ! Elles révèleront bon nombre des grands noms actuels de la BD. Comme tout débutant, le désormais célèbre dessinateur de «XIII», «Bruno Brazil» et «Bruce J. Hawker» devra se soumettre à cet exercice. De 1962 à 1967, il mettra en images plus de soixante de ces «Histoires authentiques» écrites par Duval.

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes > Western


  • Auteur(s)

    William Vance

  • Éditeur

    Lombard

  • Distributeur

    Mds

  • Date de parution

    02/06/2003

  • Collection

    Le Lombard Aventure

  • EAN

    9782803618637

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Nombre de pages

    95 Pages

  • Longueur

    29.5 cm

  • Largeur

    22.4 cm

  • Épaisseur

    1.3 cm

  • Poids

    530 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

William Vance

Vance (Dupuis)
Vance, William (Van Cutsen, William)
Scénariste Dessinateur Coloriste
Né le 08/09/1935 en BELGIQUE


Vance est né à Bruxelles. Pendant quatre ans, il suivra les cours de l'Académie Royale des Beaux-Arts et pratiquera pendant six années la publicité pour plusieurs agences renommées. C'est en 1962 qu'il débute au "Journal Tintin" avec des illustrations et de nombreuses histoires complètes.

Sa première histoire à suite "Howard Flynn", sur un scénario de Yves Duval, paraît en 1963.

En 1965, il crée un nouveau personnage de western nommé "Ringo", publié dans "Tintin Sélection".

En 1967, il reprend, avec brio, le personnage de Bob Morane, créé et scénarisé par Henri Vernes. La même année, sur des textes de Greg (alias Louis Albert), il lance l'agent secret Bruno Brazil et son commando Caïman, publié dans le Journal Tintin et en albums au Lombard (qui a réédité récemment tous les titres sous de nouvelles couvertures et avec de nouvelles mises en couleurs). Vance est aussi le créateur de "Ramiro" (Dargaud). Actuellement, il réalise deux séries de front : "Bruce J. Hawker" (Lombard) et "XIII" (Dargaud).

Le Lombard & Dargaud ont entamé en 2002 une réédition en intégrales de toute son oeuvre, de tous ses personnages. Il s'agit des intégrales "Tout Vance".

Série(s) réalisée(s)

(AUT) Vance
À propos de...
Blueberry (Marshal)
Bob Morane (16/22)
Bob Morane - Dargaud 2
Bob Morane - Divers
Bob Morane - Intégrale
Bob Morane - Lombard
Bob Morane - Marabout/Dargaud
Bruce J. Hawker
Bruno Brazil
C'étaient des hommes
Cahiers de la bd (Les)
Howard Flynn
Ramiro
Ringo
Roderic
Tout Vance
XHG-C3
XIII
XIII (France Loisirs)
XIII (Niffle)
Vance (Le Lombard)
Maître incontesté du réalisme en bande dessinée, William Vance a débuté sa carrière par de courts récits historiques, souvent scénarisés par Yves Duval, dans les pages du Journal "Tintin". Une excellente école, puisque l'éclectisme de ces nouvelles bédéssinées oblige le jeune dessinateur à aborder une époque différente à chaque fois. Inspiré par le cinéma d'aventures, Vance construit au fil des séries une grammaire narrative et visuelle qui sera souvent imitée mais rarement égalée. Capable de passer de la marine anglaise de Howard Flynn, aux plaines du Far-West de Ringo, puis aux exploits contemporains de Bob Morane, il prend également le temps de signer des récits comme Ramiro, qu'il scénarise seul. Aucun lecteur du Journal "Tintin" n'a oublié son passage sur "Bruno Brazil", mais c'est la série "XIII", née de sa rencontre avec Jean Van Hamme, qui va réellement le propulser au tout premier rang de la profession. Durant 18 albums, il a illustré ce thriller qui rassemble aujourd'hui plusieurs centaines de milliers de lecteurs par épisode. A l'heure actuelle, il goûte un repos bien mérité en Espagne, où il habite avec sa femme et coloriste, Petra.




Pendant quatre ans, Vance suivra les cours de l'Académie Royale des Beaux-Arts et pratiquera la publicité pour plusieurs agences renommées. C'est en 1962 qu'il débute au journal "Tintin" par la réalisation d'illustrations et de nombreuses histoires complètes.


Sa première histoire à suite "Howard Flynn", sur un scénario de Yves Duval, paraît en 1963. En 1965, il crée un nouveau personnage de western nommé "Ringo", publié dans "Tintin Sélection". En 1967, il reprend, avec brio, le personnage de "Bob Morane", créé et scénarisé par Henri Vernes. La même année, sur des textes de Greg (alias Louis Albert), il lance l'agent secret "Bruno Brazil" et son commando Caïman, publié dans "Tintin" et en albums au Lombard. Vance est aussi le créateur de "Ramiro" (Dargaud). Aujourd'hui, il est principalement connu par le succès de "XIII" (Dargaud).


Le Lombard & Dargaud ont réédité en intégrales toute son oeuvre, tous ses personnages : il s'agit des intégrales "Tout Vance".


En 2005, William Vance, ce "Flamand international", a reçu le prix Adhemar de Bronze (culture flamande) récompensant la qualité de son travail.


Vance (Dargaud)
Après des études à l'Académie Royale des Beaux-Arts et un début de carrière dans la publicité, William Vance -né à Anderlecht (Bruxelles), le 8 septembre 1935- entre en 1962 au journal Tintin. Il y multiplie les illustrations et récits complets, avant d'y entreprendre des séries comme Howard Flynn, Ringo et Bruno Brazil, scénarisées par Yves Duval, Jacques Acar et Louis Albert (alias Greg). En 1967, il reprend le graphisme de Bob Morane, saga qu'il poursuit aux côtés d'Henri Vernes jusqu'en 1979, avant de céder la place à Coria, son beau-frère et principal assistant.


Vance renoue avec le réalisme historique, à travers son diptyque Rodric (texte de Lucien Meys) et ses séries Ramiro et Bruce J. Hawker, épisodiquement rédigées par Jacques Stoquart et André-Paul Duchâteau. De retour au western, il signe également Mongwy (avec Meys et Coria) et Marshal Blueberry (avec Jean Giraud).


Publiée en 1984, sa série XIII, scénarisée par Jean Van Hamme, s'impose comme l'un des plus grands succès de l'édition en bande dessinée. En 1995, Le Lombard réédite Bruno Brazil sous de nouvelles couvertures et mises en couleurs. Lancée en 2002 aux éditions Le Lombard / Dargaud, la collection «Tout Vance» alterne les reprises (Howard Flynn, Rodric) et ses premières illustrations et histoires complètes. Depuis quelques années.


Vance (Autre)
Maître incontesté du réalisme en bande dessinée, William Vance a débuté sa carrière par de courts récits historiques, souvent scénarisés par Yves Duval, dans les pages du Journal de Tintin. Une excellente école, puisque l'éclectisme de ces nouvelles bédéssinées oblige le jeune dessinateur à aborder une époque différente à chaque fois. Inspiré par le cinéma d'aventures, Vance construit au fil des séries une grammaire narrative et visuelle qui sera souvent imitée mais rarement égalée. Capable de passer de la marine anglaise de Howard Flynn, aux plaines du Far-West de Ringo, puis aux exploits contemporains de Bob Morane, il prend également le temps de signer des récits comme Ramiro, qu'il scénarise seul. Aucun lecteur du Journal de Tintin n'a oublié son passage sur Bruno Brazil, mais c'est la série XIII, née de sa rencontre avec Jean Van Hamme, qui va réellement le propulser au tout premier rang de la profession. Depuis 18 albums, Vance illustre ce thriller qui rassemble plusieurs centaines de milliers de lecteurs par épisode. Ayant dû passer la main à cause de la maladie de Parkinson, Vance goûte aujourd'hui un repos bien mérité en Espagne, où il habite avec sa femme et coloriste Petra.

empty