Mathilda

À propos

Cette confession est celle d'une jeune fille, Mathilda, qui, jusqu'à l'âge de seize ans, vit dans la plus grande solitude, élevée par une tante peu aimante. Sa mère étant morte en lui donnant le jour, son père s'est en effet désintéressé de son sort. Il réapparaît cependant, et c'est alors que Mathilda « commence à vivre ». Pour peu de temps : jusqu'à ce que son père lui fasse l'aveu de sa passion pour elle, brisant leur vie à tous deux.

Dans ce texte, Mary Shelley explore le fantasme de l'inceste, qui, tout comme celui du monstre dans Frankenstein, a pour noyau la mort initiale de la mère. Qu'il s'agisse du duel meurtrier entre le créateur et sa créature, ou de l'exclusive passion père-fille, chaque fois un tiers semble manquer : celui, ou celle qui assurerait la transmission du vivant, tout autant que le devenir d'un sujet féminin et maternel.

Rayons : Littérature générale > Œuvres classiques

  • EAN

    9782721002525

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    242 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.6 cm

  • Épaisseur

    1.7 cm

  • Poids

    200 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Mary Wollstonecraft Shelley

Mary Godwin naît à Londres et grandit dans un milieu littéraire et cultivé. Son père, William Godwin est pasteur, devenu athée sous l'influence des philosophes français, auteur de quelques romans et réflexions sur le libéralisme ("Polical Justice" dont se réclamèrent plus tard les théoriciens du socialisme libertaire); sa mère, Mary Wollstonecraft est l'une des premières féministes. En 1792, elle se rend à Paris pour rencontrer les héros de la Révolution, après avoir publié "Défense des Droits de la femme".
Mary Godwin n'a pas connu sa mère mais, son journal en témoigne, elle en a lu et relu les oeuvres, de même que celles de son père. Elle apprend les langues anciennes, le français et l'italien.
Elle a moins de 17 ans quand elle rencontre le poète Shelley, déjà marié et père de famille. Mary aura mis deux enfants au monde lorsqu'ils se marieront, en 1816. Dès lors, elle évoluera dans une micro société libertine, auprès de son mari - admirateur des idées sociales de son père - et de Byron. Ses conversations avec ce dernier et la lecture de romans allemands lui inspirent le thème romantique de son premier livre, Frankenstein. Avec ce succès, elle s'inscrit dans le courant fantastique et gothique du siècle, à côté d'Ann Radcliffe (Les Mystères d'Udolpho, 1794), de Gregory Lewis (The Monk, 1775-1818) et de Charles R. Maturin (Melmoth ou l'Homme errant, 1820). Le modèle du genre est The Castle of Otranto de Horace Walpole, publié en 1764.
Le récit de Mary Shelley, situé entre deux siècles, fait dialoguer l'esprit rationnel des Lumières avec l'âme romantique et contemplative.

empty