Le piège africain de Macron : du continent à l'Hexagone Le piège africain de Macron : du continent à l'Hexagone
Le piège africain de Macron : du continent à l'Hexagone
Le piège africain de Macron : du continent à l'Hexagone

Le piège africain de Macron : du continent à l'Hexagone

,

À propos

Mai 2017 : quinze ans après son stage d'énarque au Nigeria, Emmanuel Macron est élu président de la République française. Il promet de faire souffler un vent nouveau sur les relations avec le continent africain. Fort de sa jeunesse et de son libéralisme, il dénonce une « Françafrique » postcoloniale dont il ne se sent pas comptable et mise sur les nouvelles générations pour réconcilier les mémoires des deux côtés de la Méditerranée.

Mais il se heurte vite au réel. Les autocrates, à la longévité exceptionnelle, ne tardent pas à lui rappeler qu'ils sont les derniers des Mohicans à défendre les intérêts français, en Afrique comme dans les organisations internationales. Sur un continent mondialisé redevenu géostratégique, la France ne pèse guère plus que par son armée dans le Sahel et quelques empires économiques familiaux.

Pour échapper à cette perte d'influence globale, Emmanuel Macron joue un joker inédit : « l'Afrique » en France. Il crée un Conseil présidentiel pour l'Afrique composé essentiellement de Français originaires du continent, dans le dessein de dépoussiérer la politique africaine de l'Hexagone.

Au terme d'une enquête de deux ans auprès de multiples interlocuteurs, les auteurs dressent un constat implacable : malgré des succès, l'ardoise magique de la « génération Macron » n'a pu effacer d'un trait, plus d'un demi-siècle après les indépendances, des relations ambiguës. L'offensive de charme, notamment auprès des diasporas, du chef de l'État n'a pas réussi à convaincre l'électorat des banlieues, comme il l'admet dans une longue interview exclusive. Une épine dans le pied à l'approche de la présidentielle de 2022 ?
Ou comment, par un singulier effet boomerang, Emmanuel Macron risque d'être piégé autant en France qu'en Afrique.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Sciences politiques généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur les sciences politiques

  • EAN

    9782213713175

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    258 Pages

  • Longueur

    21.5 cm

  • Largeur

    13.6 cm

  • Épaisseur

    2.2 cm

  • Poids

    328 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Antoine Glaser

Antoine Glaser a été pendant trente ans le directeur de La Lettre du continent, une publication de référence sur l'Afrique. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Comment la France a perdu l'Afrique (Calmann-Lévy, 2005) et Sarko en Afrique (Plon, 2008), tous deux coécrits avec Stephen Smith.

Pascal Airault

Pascal Airault est journaliste au service international en charge de l'Afrique et du Moyen Orient de
L'Opinion. Il a auparavant réalisé de nombreux reportages et couvert de multiples crises en Afrique centrale,
Afrique de l'ouest, dans l'Océan indien et au Maghreb pour l'hebdomadaire Jeune Afrique pour lequel il a
travaillé de fin 2003 à 2013.

empty