/

Déjà lu ?

Donnez votre avis

Recommandez ce produit

Romain Gary S'En Va-T-En Guerre

Liste

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Donnez votre avis

Le mot de l'éditeur : L'évocation de la jeunesse de Romain Gary, des parents fictifs et des doubles qu'il s'est inventé, pour éclairer le mystère d'un homme et la genèse d'un créateur.

Librairie Le Failler vous conseille

Le 2 décembre 1980 se suicidait à  Paris un des  grands écrivains français du XXème siècle. Aviateur, compagnon de la Libération, diplomate, cinéaste et le seul auteur à avoir été deux fois lauréat du Prix Goncourt, en 1956 avec «  Les Racines du ciel » et en 1975 sous le pseudonyme d’Emile Ajar avec La Vie devant soi. Il emportait avec lui ses secrets en ne laissant que quelques mots énigmatiques : « Jour J. Aucun rapport avec Jean Seberg. Les fervents du cœur brisé sont priés de s'adresser ailleurs ».



C'est avec le brio qu'on lui avait déjà reconnu lors de ses précédents romans biographiques sur Stefan Zweig et Eduard Einstein, que Laurent Seksik éclaire la genèse du destin extraordinaire de Romain Gary, né Roman Kacew en 1914 à Vilna. Romain Gary laissait volontiers entendre que son père était Ivan Mosjoukine, le plus grand acteur russe de son temps bien sûr, toute médiocrité étant proscrite pour cet homme qui ne voulait que l'excellence. La réalité est plus prosaïque. Arieh Kacew était bien russe mais fourreur dans le ghetto. En 1912 il avait épousé par amour Nina, divorcée et déjà mère d'un garçon. Mais lassé de son caractère impétueux et fantasque, il l'avait quittée en 1924 pour fonder un autre foyer avec la douce Frida. La vie auprès de Nina n'était qu'effusions, exaltation, soubresauts, tourbillons et paradoxes, tout à la fois galvanisante et épuisante. La mère et le fils s'adorent et entretiennent une relation fusionnelle qui durera toute leur vie. Elle lui  rêve et lui prédit un  grand destin « Tu seras Ambassadeur de France, c’est ta mère qui te le dit. Tout de même il y a une chose qui m’intrigue un peu. Pourquoi ne m’avait-elle pas fait Président de la république, pendant qu’elle y était ? » écrira t-il beaucoup plus tard dans Les Promesses de l'aube. Arieh, que le petit Roman aime et admire secrètement pour ne pas blesser Nina, lui manque cruellement. Serait-il parti à cause de lui ? Sa décision est pourtant prise : il sera fourreur lui aussi afin qu'il soit fier de son fils, tant pis pour les rêves de Nina. Ainsi, il rentrera à la maison et tout redeviendra comme avant. Mais Arieh, le lion, le descendant d'Aaron frère de Moïse, son héros, l'a trompé, trahi et tant meurtri qu'il voudra en mourir. En seulement vingt-quatre heures les dés du destin de Roman seront jetés.



Quelques années plus tard, en France, Roman Kacew deviendra Romain Gary, alias Shatam Bogat, Fosco Sinibad, Lucien Brulard, Emile Ajar... Talentueux dandy aux multiples facettes qui ne cesse de fasciner les biographes, et ne parlera plus de son père resté dans le ghetto de Wilno ( Vilnius aujourd'hui ) avec femme et enfants tous morts en déportation en 1943.



 «  On associe le génie de Gary à sa mère. L'énigme Gary c'est son père » affirme Laurent Seksik qui, avec beaucoup d'empathie, décode les rapports complexes et douloureux du père maladroit pris en étau entre son devoir et l'amour pour une autre femme et le fils qui ne peut pas choisir entre ses parents. Une histoire tragique dans un ghetto plein de vie sur lequel plane l'ombre terrible de la mort qui les anéantira tous peu de temps après le départ de Nina et Roman pour Nice.

Autres informations

  • EAN 9782081343900
  • Disponibilité disponible
  • Nombre de pages 230 pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 14 cm

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles


empty