Fermeture de la librairie jusqu'au 29/11/2020

Les contes bleus du chat perché Les contes bleus du chat perché
Les contes bleus du chat perché Les contes bleus du chat perché

Les contes bleus du chat perché

À propos

Delphine et Marinette sont devenues bien imprudentes. Elles ouvrent la porte au loup, recueillent un cerf en fuite puis invitent les bêtes de la ferme dans la maison transformée en Arche de Noé... Un canard part en voyage et ramène une panthère aux yeux d'or. Un mauvais jars mord les jambes des fillettes, qui se réveillent un matin transformées en âne et en cheval. Il se passe des choses bien étranges dès que les parents sont partis.

Rayons : Jeunesse > Jeunesse

  • EAN

    9782070655212

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    208 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    380 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Marcel Aymé

Né à Joigny le 29 mars 1902.ÿDécédé à Paris le 14 octobre 1967.ÿL'oeuvre de Marcel Aymé est de celles qui façonnent l'imaginaire collectif. Remarqué dès son premier roman ('Brûlebois', 1927) , il obtient deux en plus tard le prix Renaudot pour 'La Table aux crevés', et s'assure une importante notoriété avec la publication de 'La Jument verte' en 1933. Auteur de comédies ('Clérambard' , 1949, 'La Tête des autres', 1952) , de contes pour enfants ('Les Contes du chat perché') et de nouvelles, l'identité de ses personnages reste dans les esprits. Dès son enfance, marquée par le décès de sa mère, il se passionne pour la lecture, sans doute pour s'extraire de l'atmosphère pesante qui règne eu Collège de Dôle, où il est pensionnaire. Après un baccalauréat de mathématiques, il s'inscrit à la faculté de médecine de Paris, et exerce divers métiers, dont celui de journaliste, avant de devenir écrivain. Personnalité taciturne et solitaire, il décrit la société qui l'entoure avec un réalisme mordant, souvent teinté de fantastique, et n'hésite pas à recourir à l'ironie. Il a également travaillé à l'adaptation de dialogues pour le cinéma, collaborant notamment avec Louis Daquin pour la réalisation du 'Voyageur de la Toussaint', d'après l'oeuvre de Simenon. Marcel Aymé a cotoyé des personnalités comme Céline et Robert Brasillach, et fut souvent accusé de collaboration, notamment pour ses publications dans des journaux engagés comme La Gerbe ou Je suis partout, sans que cela ne puisse être prouvé.

empty