Bruno Leprince

  • Face au Front national et à Marine Le Pen, la dramati-sation et la diabolisation ne suffisent plus.
    Assumer le combat frontal face au FN suppose de produire des arguments pour répliquer dans le détail à son programme. Et ainsi le faire reculer concrètement dans les têtes et dans les urnes.
    C'est l'objet de ce livre qui décrypte minutieusement les positions et les propositions de Marine Le Pen sur ses chevaux de bataille?: l'immigration, le social, l'euro et la laïcité. Quatre questions sur lesquelles ce livre démontre chiffres à l'appui que le Front national multiplie les mensonges. Une tromperie programmatique qui alimente un cinquième mensonge sur la nouveauté et la dynamique présumées du FN de Marine Le Pen.
    Loin de représenter une menace pour l'ordre établi, les propositions du FN nuiraient gravement au plus grand nombre. D'autres solutions existent pour porter une vraie alternative contre l'oligarchie. Contre toutes les fausses évidences médiatiques sur le FN, ce livre montre qu'il n'y a pas de dynamique Le Pen qu'une gauche claire et décomplexée ne puisse briser.

  • Mondialisation libérale ou protectionnisme solidaire, il faut choisir ! Le libre-échange est une idéologie réactionnaire qui enchaîne les peuples au capitalisme financier et productiviste de notre époque. Nous lui opposons une voie progressiste permettant à la souveraineté populaire d'engager une transformation radicale de notre modèle économique et social. Notre protectionnisme n'est pas une fin en soi mais l'outil de la transition écosocialiste que nous proposons pour la France et l'Europe. C'est un levier puissant pour garantir des droits sociaux élevés et surmonter la crise écologique.
    Cet ouvrage reprend la bannière, trop délaissée par la gauche, de l'affrontement avec le dogme libre-échangiste et la construction libérale de l'Europe, que la signature du Grand Marché Transatlantique est censée couronner. Il est temps d'en sortir !
    Cette contribution pose les jalons d'un autre modèle d'échange international, en avançant des mesures concrètes pour une gauche ambitieuse et crédible.

  • Nicolas Sarkozy a saigné l'École de la République comme jamais. Mais il s'est surtout attelé à la réorganiser selon la doxa libérale : marchandisation, autonomie des établissements, savoirs réduits à une vision minimaliste et utilitariste... Alors que le changement promis par l'élection de François Hollande tarde à se manifester, les bases sur lesquelles refonder l'École de la République continuent à faire débat jusqu'au sein de la gauche.
    Des ruptures sont nécessaires si c'est bien la société que l'on veut transformer en profondeur. Place à l'émancipation individuelle et collective plutôt que la soumission à l'ordre de la société. Place à l'égalité réelle plutôt que l'égalité des chances. Place aux savoirs universalistes plutôt qu'une école à plusieurs vitesses. De l'accueil des plus petits à une révolution copernicienne au profit de l'enseignement professionnel en passant par une invitation à se ressourcer à l'idéal du collège unique, c'est bien au coeur d'un humanisme radical que doit prendre racine l'école de l'égalité, l'école du peuple.

  • Sous la conduite de la social-démocratie, la gauche historique est menacée de dissolution dans toute l'Europe. Cela au moment où déferle une terrible crise du capitalisme dans un contexte de marche au désastre écologique. Une autre locomotive est donc nécessaire pour la gauche. L'enjeu est de construire une alternative majoritaire pour dépasser le capitalisme et rompre avec le productivisme. Comment ? La création du Parti de Gauche exprime en France une réponse qui s'observe dans de nombreux pays après l'exemple de « Die Linke » en Allemagne. L'alliance du Parti de Gauche avec le Parti Communiste et Gauche Unitaire dans le « Front de gauche » a ouvert la voie de ce renouveau sous une forme originale. Elle est fondatrice depuis le résultat acquis aux élections européennes. Ce recueil rassemble quelques textes de Jean-Luc Mélenchon qui éclairent cette démarche et lui proposent un projet politique et électoral pour s'enraciner et s'élargir dans les années qui viennent.

  • Huit français sur dix habitent aujourd'hui en milieu urbain.
    Lieu d'échanges, de progrès, de rencontres, les villes voient aussi se concentrer toutes les injustices et des conditions de vie souvent difficiles. les socialistes ont toujours été concernés par les questions de la ville, des réflexions théoriques des premiers utopistes du xixe siècle, à la gestion quotidienne des milliers de communes qu'ils dirigent. ils sont attachés à l'idée que la ville est un espace où doit pouvoir s'incarner l'espace républicain, où la démocratie doit s'exprimer, où la société peut évoluer positivement.
    Cet essai, nourri de théorie et de pratique réformiste au quotidien, développe la conception qu'ont les socialistes de la politique de la ville.

  • L'arrivée de François Hollande au pouvoir n'a rien changé. Les recettes libérales sont toujours à l'oeuvre et prennent appui sur d'innombrables contresens déversés à longueur de journée par des économistes présentés comme neutres par les médias alors qu'ils sont pour la plupart financés par les grandes banques et les multinationales. Ils affichent leurs idées réactionnaires comme des évidences : augmenter les salaires et taxer davantage les riches créeraient du chômage, la France serait trop endettée et il faudrait donc réduire les dépenses publiques, etc. Face à ce matraquage, beaucoup se sentent démunis pour défendre une alternative. Ce petit manuel de résistance à la pensée libérale est un outil à la portée de chacun, quelle que soit sa connaissance de l'économie. Ses auteurs ne prétendent pas être neutres. Ils défendent un projet politique fondé sur une idée toujours neuve : le droit au bonheur.

  • Ce livre est un pari. Le pari qu'un débat sérieux sur la délinquance est possible.
    Le sujet est rapidement passionnel. On y entre souvent à travers une expérience personnelle qui nous a marqué, parfois traumatisé. La souffrance longtemps réprimée peut envahir brutalement une discussion, voire la rendre impossible : « si vous n'avez pas connu ce que j'ai vécu, vous ne pouvez pas comprendre ».
    Alors la tentation est de se tourner vers des experts. Mais cette matière délicate est un aimant à charlatans. Un juteux business également. Entre leurs mains, la technique devient trop souvent une arme pour tuer tout débat.
    La lutte contre la délinquance est donc une question confisquée, entre approches passionnelles et hold-up technicien. C'est pourtant une question politique comme les autres.
    Il faut d'abord savoir de quoi on parle. Qu'est-ce que la délinquance ? Que sont ces « chiffres de la délinquance » dont les médias se font régulièrement l'écho ? Que comptabilisent-ils exactement ? Qui sont ces experts qui viennent nous en parler ? Et aussi cette vieille question, auquel il semble si difficile de répondre : que fait la police ?
    Vous y verrez l'incroyable escroquerie à laquelle s'est livré Sarkozy à propos de la lutte contre la délinquance. Vous connaîtrez le nom de ses principaux complices. Vous constaterez ensuite comment Manuel Valls a mis ses pas dans ceux de son prédécesseur et l'impasse où conduit sa politique. Vous comprendrez que les principaux responsables de la délinquance sont à l'Intérieur. Vous mesurez alors la responsabilité qui est la vôtre.

  • À quelques mois des élections municipales de 2014, près de 400 militants de la Fédération Léo Lagrange ont élaboré leurs « rêves de citoyens » : 83 propositions concrètes à destination de celles et ceux qui vont bientôt briguer les suffrages de leurs concitoyens.
    Voici une façon originale de prendre part au débat public, celle d'un mouvement d'éducation populaire convaincu que c'est dans la reconquête des idées que se fabrique la vitalité démocratique de demain.

  • Marseille a besoin d'une révolution citoyenne car elle agonise. Plus un jour ne passe sans que les médias n'évoquent le dernier règlement de compte ou la moindre agression. Les élus rivalisent en propositions « choc » sans rapport avec les causes des maux qu'ils prétendent combattre : armée dans les quartiers, drones etc.
    La peur, réelle ou fictive, règne. Elle fait le lit du FN. La réalité est que Marseille a été abandonnée au monde de la finance et aux intérêts particuliers. Ni la droite, ni l'extrême droite, ni les sociaux-démocrates ne remettent en cause l'oligarchie qui prive les citoyens du pouvoir de combattre la misère et l'insécurité.
    Parle-t-on de la Marseille qui souffre, qui lutte, qui travaille et qui crée ? Non ! Et pourtant elle est là cette Marseille dont le peuple est le grand oublié. Marseille relève la tête quand elle se presse sur les plages du Prado pour écouter Jean-Luc Mélenchon. Marseille relève la tête quand elle se rappelle ses racines métissées, ses ouvriers. Impossible de la faire taire.
    Issus de multiples horizons, les contributeurs de ce livre collectif proposent un autre regard sur Marseille, ses habitants, son histoire, ses difficultés et ses espoirs. Ils présentent des analyses et des propositions pour que le peuple prenne le pouvoir face à l'oligarchie qui s'est emparée de la deuxième ville de France.

  • À l'heure où l'on parle beaucoup de démocratie locale, de réforme des collectivités territoriales, d'acte III de la décentralisation, Décoloniser la province, texte historique pour le Parti Socialiste Unifié, est plus que jamais d'actualité ; il ouvre encore aujourd'hui bien des pistes de réflexions et de propositions.
    Pourquoi les régions, en France, ont-elles tant de mal à exister ? À quelles conditions pourraient-elles se développer ? Quels pourraient, devraient, être leurs champs d'interventions prioritaires ? Dans quels rapports avec les autres collectivités ?
    Ce rapport, présenté par Michel Rocard en 1966 au nom du comité d'initiative aux délibérations sur la vie régionale en France prend en compte aussi bien les dimensions politiques et économiques que des données institutionnelles, sociales, financières.
    />

  • Le Front de Gauche est en train de bouleverser le paysage politique français. Né fin 2008, il s'impose en 2011 comme la deuxième force de gauche du pays. En 2012, la campagne de son candidat Jean-Luc Mélenchon marque la renaissance d'une gauche décomplexée, sociale et écologique, au verbe clair et aux méthodes nouvelles. Quelles sont les analyses et les stratégies à l'origine du Front de Gauche ? Quels sont les événements qui ont forgé son destin ? Ces chroniques dessinent l'histoire jamais publiée de cette force en mouvement.
    Edition augmentée après la presidentielle.

  • Ayons l'audace collective de se réapproprier Paris, d'en faire une ville pour toutes et tous. Une ville où l'on puisse se loger sans qu'y passent tous nos revenus. Une ville au service de nos émancipations individuelles et collectives. Une ville responsable qui nous aide à repenser un monde solidaire et respectueux de notre écosystème. Cette audace commence par la résistance aux politiques d'austérité et à tous ses renoncements. Cette audace commence par l'implication citoyenne du plus grand nombre. Ce livre esquisse les axes de ruptures pour réinventer Paris, réinventer nos vies en ville, nos vies émancipées des intérêts privés, spéculatifs et productivistes. À Paris comme ailleurs, place au peuple !

  • La construction européenne est souvent présentée comme un rêve de paix, de prospérité et d'amitié entre les peuples. Aujourd'hui, elle est synonyme de chômage, de régression sociale et de négation de la souveraineté des peuples. Le rêve a viré au cauchemar.
    Il y a urgence à mettre fin à cette catastrophe économique et sociale avant qu'elle ne devienne une catastrophe politique. Pour cela, encore faut-il avoir les idées claires et nommer les choses par leur nom. L'Europe devait être une solution. Elle est devenue une partie du problème.
    Ce livre donne des arguments pour aider à comprendre, loin des silences médiatiques et du bal des faux-culs qui tient souvent lieu de débat politique sur l'Europe en France.
    Pour que le peuple puisse exercer pleinement sa souveraineté à l'occasion des prochaines élections européennes. La crise, c'est eux. La solution, c'est nous !

  • Bienvenue dans la jungle fiscale ! Avec une machette et quelques opérations de terrassement, notre système fiscal peut facilement devenir un paisible jardin d'égalité et de justice.
    Devant le délabrement et le dénigrement actuels de la fiscalité, la République a besoin de retrouver ses principes fondateurs de progrès humains et écologiques.
    Cet ouvrage est une contribution pour une révolution fiscale :
    Refonder l'impôt républicain sur l'égalité, la justice et la démocratie. Pour la fin des privilèges, il prône la redistribution et l'arrêt de la saignée des classes populaires et moyennes. Les 50 propositions présentées ici oeuvrent pour un système plus efficace, plus juste et plus lisible.
    La fiscalité est présentée comme un sujet trop technique pour les citoyens mais c'est la base de la souveraineté populaire. Au service de l'intérêt général, l'égalité et la justice, ce livre se veut accessible : critique du système fiscal actuel, propositions concrètes présentées avec pédagogie et clarté.

  • Cet abécédaire est une boîte à outils, pleine d'initiatives locales. C'est un ouvrage sûrement incomplet qui en appellera d'autres, mais déjà riche de radicalités concrètes, de réflexions pour l'action politique municipale de chaque jour. Ces matériaux ont été retenus par Gabriel Amard, secrétaire général de l'association La Gauche par l'exemple et Président de l'agglomération Les Lacs de l'Essonne, pour ce qui les démarque des gestions municipales « molles », fainéantes et capitulardes face à l'idéologie dominante de la doxa capitaliste.
    Le déploiement des services publics, la défense de la laïcité, l'urgence écologique, la résistance aux agences de notation, la bataille pour l'égalité des droits doivent trouver des traductions en actes dans l'action municipale. Terres de Gauche est un premier étendard qui « claque » pour donner le signal du rassemblement à tous les résistants. Citoyens, militants associatifs, élus d'opposition comme de majorité, si vous avez le coeur à gauche, ne vous résignez pas, ne capitulez jamais, la gauche conquérante est de retour.

  • Pour la première fois depuis des années, voire des décennies, une force politique, le Front de gauche, ose envisager une authentique refondation républicaine de la société et des institutions politiques françaises. Le thème de la 6e République a été au coeur des grandes marches du 18 mars 2012 et du 5 mai 2013.
    La 6e République portée par le Front de gauche sera celle de la Révolution citoyenne ! La nouvelle constitution sera l'oeuvre du peuple. C'est à lui, et à lui seul, d'édicter la règle du jeu. Il le fera en élisant une Assemblée constituante.
    Ce Manuel est un ouvrage de formation ouvertement militant en faveur non seulement d'une Constituante, mais également d'un projet de constitution qui sera porté au grand débat pour une nouvelle République. C'est d'abord un outil pédagogique pour cibler les dangers du régime politique actuel de la France et appeler le peuple à reconquérir sa souveraineté par l'instrument d'une Assemblée constituante.

  • Colombie : répression et insurrection est un recueil de textes de l'écrivain et journaliste colombien Hernando Calvo Ospina, réfugié politique en France. Au fil de ces pages bien documentées, les preuves abondent d'un historique répressif et terroriste de l'État colombien contre la population civile et en particulier contre l'opposition politique légale. L'auteur démontre la complicité du gouvernement des États-Unis, principalement, qui agit directement ou par l'intermédiaire de ses entreprises militaires privées - repaires de mercenaires - spécialisées dans la sécurité. À l'aide de chiffres et de faits précis, notre infatigable chercheur revient aussi sur la question du trafic de drogues, source de financement idéale pour la « guerre sale » des paramilitaires, bras droit des Forces armées dans la lutte contre insurrectionnelle.
    Ce livre contient enfin une série d'interviews des dirigeants des guérillas FARC et ELN. C'est une occasion rare de connaître leur version sur les causes de la lutte armée, ainsi que sur les solutions qu'ils proposent. Certains d'entre eux répondent pour la première fois aux questions d'un journaliste.
    Plusieurs de ces articles sont parus dans Le Monde diplomatique, puis ont fait le tour du monde, traduits dans plusieurs langues et reproduits par divers médias internationaux.

  • Ce recueil est le fruit d'un an de militantisme en faveur de l'écologie politique au Parti de Gauche (PG). C'est un coup de pouce pour se repérer dans les différentes idées que le PG a mises sur la table - comme la planification écologique. Un coup de main à toutes celles et ceux qui ne se sentent pas encore vraiment concernés par la problématique centrale de ce siècle. Un coup de gueule face au capitalisme vert et autres « éco-tartufferies » que l'on voit fleurir chaque jour dans la sphère politique et médiatique. Un plaidoyer, enfin, pour une écologie sociale et radicale. Pour une écologie de gauche.
    « Corinne Morel Darleux montre qu'il n'y aura pas d'issue à la crise écologique actuelle sans rupture avec le capitalisme, écrit Jean-Luc Mélenchon dans sa préface. La catastrophe écologique précipitée par le capitalisme met en effet à l'ordre du jour la défense d'un intérêt général humain qui a rarement été autant tangible dans l'histoire. Porté à plein régime, le combat écologique est un puissant outil de contestation de l'ordre établi et d'invention d'une autre société. En ce sens il est aussi une invitation à réinventer la gauche. »

  • Christian Pineau (1904-1995) a été un homme de conviction et un acteur de son époque : militant syndicaliste avant guerre, résistant parmi les premiers (fondateur du mouvement libération-Nord), arrêté en 1943 et déporté à Buchenwald, Compagnon de la Libération.
    La Résistance l'a mené à la politique : député socialiste de la Sarthe, il est devenu un homme politique de premier rang sous la IVe République, notamment pour avoir été huit fois ministre entre 1947 et 1958, prenant une part décisive à l'expédition de Suez, en 1956, et acteur de la construction européenne. Ce volume reproduit les textes réunis à l'occasion d'un colloque qui s'est tenu en 2003 : analyses d'historiens, et témoignages issus de personnes, qui ont simplement croisé ou bien connu Christian Pineau au cours de sa longue existence.
    Plus qu'une simple évocation de la mémoire de l'homme et de ses actions multiples, cet ouvrage s'intéresse aux traces laissées par cette personnalité peu commune dans ce vingtième siècle tourmenté. S'intéresser à la trajectoire de Christian Pineau revient à visiter la plupart des questions fondamentales qui se posent aux Français depuis plusieurs décennies : l'ancrage du syndicalisme et sa relation au pouvoir politique, la construction du socialisme, la Résistance et l'expérience de 1a déportation, le gaullisme, les IVe et Ve Républiques, la place de la France dans un monde qui est devenu celui de la guerre froide, l'invention et l'élaboration de l'Europe, les relations entre les sphères privées et publiques.

empty