• «C'est contre le cinéma que le cinéma doit se faire. En particulier s'il veut, au sein du nouveau monde des images, incarner le plus précieux, le plus vital : la liberté de penser, d'inventer, de chercher, d'errer et de se tromper, en somme d'être l'antidote.» Olivier Assayas Constat fait de l'absence de pensée théorique du cinéma contemporain et de l'effacement de la cinéphilie, que nous reste-t-il pour penser ce que l'on persiste à appeler le septième art? Penser, c'est-à-dire donner du sens aux pratiques des réalisateurs, dépasser la fragmentation et la dépersonnalisation de leur oeuvre dans l'industrie des flux numériques... et justifier aussi qu'on puisse encore résister à l'attraction des plateformes au nom d'un cinéma indépendant et libre, avec l'éthique et les fins qui lui sont propres.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Reflet du musée Méliès qui ouvre de façon permanente à La Cinémathèque française le 13 janvier 2021, cet ouvrage propose un parcours biographique qui entrecroise commentaires d'oeuvres et temps forts de la vie de Georges Méliès. En ouvrant des perspectives sur l'héritage et la postérité de l'oeuvre méliésienne, c'est une traversée de l'histoire du cinéma qui est également proposée, des premiers films truqués jusqu'aux effets spéciaux les plus récents.

  • Des frères Lumières au cinéma en 3D en passant par le western et la Nouvelle Vague, cet ouvrage explore à travers 50 films cultes, les genres, les mouvements et les techniques qui font l'histoire du cinéma.

    Un concentré de films !

  • Une certaine tendance du cinéma documentaire Nouv.

    Le cinéma documentaire se voulait le fruit d'un artisanat furieux, à l'écart du marché. De cette liberté des formes, les télévisions, principaux financeurs, ne veulent plus. Elles imposent des normes (commentaires redondants et montages accélérés) qui stérilisent les films diffusés et ceux qui aspirent à l'être. Une certaine tendance au conformisme s'impose. Il faudrait à la fois se conformer et donner le change en passant pour « neuf ».
    Dans les années quatre-vingt, j'ai renoncé au cinéma « de fiction » et lui ai préféré le documentaire pour sa liberté. C'est en documentaire que la parole filmée prend force et beauté, que les corps filmés, quels qu'ils soient, acquièrent une dignité - celle dont les serviteurs du marché se moquent.
    /> J.-L. C.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Tous les journalistes sont des menteurs et des putes », rappelle Manchette au fil de ses chroniques vagabondes de cinéma, virulentes, érudites, ludiques et caustiques, nourries de la devise situationniste que « l'Art est mort » et refusant la critique culturelle promotionnelle.
    Si selon lui le summum du cinéma fut déjà atteint avec Citizen Kane, Manchette ne dénigre pas pour autant de nouveaux réalisateurs prometteurs (Spielberg ou Carpenter) ou de distrayantes séries B. Mais c'est dans ses analyses émues de classiques (Lang, Ford, Cassavetes...) qu'il exprime toute la lucidité érudite de son regard sur l'objet cinématographique. Quant à ses détestations, elles donnent lieu à de jouissifs massacres « en règle » où l'humour stylisé et féroce de l'auteur se laisse libre cours.

  • A découvrir dans ce premier numéro de la revue French Mania :
    La playlist du numéro par Yann Gonzalez.
    Un dîner avec Virginie Ledoyen, retour sur toute une carrière à l'Hôtel Grand Amour.
    La Grande histoire des séries françaises, épisode 1/4 : Les années 60/70.
    Focus : les séries françaises pas très LGBT firendly.
    Special guest : Les Cinq films français et francophones préférés de Lukas Dhont.
    Vers la parité dans le cinéma français, épisode 1/2 : 2012/2017.
    Métier : Directrice de casting par Marlène Serour.
    Dossier : Claire Denis, Leos Carax , les éclaireurs et leurs héritiers, analyses et témoignages de Léa Mysius, Morgan Simon, Bertrand Mandico, Anna Cazenave-Cambet et Mati Diop.
    Sang neuf , un scénario inédit en cadavre exquis, épisode 1/11 par Catherine Corsini.
    Reportage sur les cinéastes arabes et africains à l'heure du cinéma de genre.
    Pitch : Hyacinthe , un projet de long métrage d'animation de Gerlando Infuso.
    Anticipation : les écrans et nous en 2030, épisode 1/2.
    L'Origine du mal : le moodboard du prochain film de Sébastien Marnier.
    Frenchverse : les passions françaises de Wes Anderson.
    En immersion rue Daguerre dans les archives d'Agnès Varda documentariste, avec Rosalie Varda.
    Journal de bord : Antoine Reinartz raconte le tournage de Petite Nature de Samuel Theis.
    Cahier de tendances automne - hiver : Timothée Chalamet , Laetitia Dosch , Antony Cordier, Garance Marillier.
    Nouvelle inédite : Villa Malaparte par Emily Barnett.
    Pépite : Classe tous risques de Claude Sautet.
    Films à croquer : le Kloug du Père-Noël est une ordure.
    Stéphane Foenkinos se la joue Virginie Despentes.

  • Quel est le lien entre Mary, Flatland, Un homme d'exception ou encore Imitation Game ? Ce sont tous des films où les mathématiques jouent un rôle important.
    A partir d'une sélection de ces films, Jérôme Cottanceau, alias le you tubeur ElJj, explore les mathématiques du grand écran.
    Nombre d'Or, nombres premiers, théorie des graphes, théorie des jeux, probabilités... le cinéphile qui est en vous risque bien de se révéler féru de maths... ou l'inverse !

  • Bienvenue à Movieland !  Vous ne savez pas quoi regarder ce soir ?Découvrez le paradis des cinéphiles ! Movieland est un immense territoire à explorer, où les villes sont des films. Naviguez sur la mer des Espions, accostez dans la baie de l'Action, descendez le fleuve de l'Amour, et parcourez le désert du Western, à la rencontre des chefs-d'½uvre du cinéma mondial.  Retrouvez dans cet ouvrage, et sur la carte jointe sous forme de poster géant plus de 1800 films à voir absolument sélectionnés pour vous, du Voyage dans la Lune (1902) à Piège de cristal (1988) en passant par Ready Player One (2018) ou Certains l'aiment chaud (1959) !Pour vous guider dans ce voyage :. Une carte géante et détachable (900 x 600 mm).. 50 itinéraires thématiques détaillés, comme autant de propositions de balades cinéphiliques.. Une check list complète des 1880 films pour cocher les films à voir... ou à revoir !  Exemples de parcours :. De Citizen Kane à L'Empire contre-attaque, parcourez un itinéraire riches en twists.. De La Jetée à Retour vers le futur, explorez un itinéraire propice aux paradoxes temporels.. De Quatre mariages et un enterrement à Sept ans de réflexion, empruntez les chemins compliqués de la comédie romantique

  • "C'est peu dire que cet ouvrage place le travail d'historien du cinéma à un niveau que l'on côtoie rarement.  La recherche effectuée durant cinq décennies est considérable." Le Monde, décembre 2008. Salué par l'ensemble de la critique, cinéphiles et passionnés de cinéma, le livre monumental de Bertrand Tavernier a connu un succès fulgurant tant par la densité de son contenu que par la ferveur avec laquelle il s'entretient avec ces cinéastes américains mythiques, oubliés, adulés ou blacklistés. Réédité augmenté de nouveaux entretiens en 2008, il ressort aujourd'hui dans une nouvelle édition en version paperback, préfacé par la poursuite des entretiens entre Bertrand Tavernier et Thierry Frémaux, qui est l'éditeur de cet ouvrage. Un sompteux album illustré avec plus de 400 photographies.  

  • « HS. Kaputt. Finito. Arrêtons les frais. Le cinéma français agonise sous nos yeux. Il est à peine l'ombre de lui-même. Bientôt, on punira les enfants qui n'ont pas fini leurs devoirs en les obligeant à regarder les nouveautés. C'est ainsi, le plaisir est devenu une corvée. Si tu n'es pas sage, tu iras voir le dernier Ozon. »

  • Qu'est-ce que le cinéma ?

    André Bazin

    Cette réédition constitue le recueil des principaux articles (parus d'abord en quatre tomes, entre 1958 et 1962) de celui dont l'oeuvre a illuminé cette collection : André Bazin. Son apport reste plus que jamais décisif pour comprendre le cinéma.

  • Ce beau livre regroupe plus de 100 affiches qui ont marqué l'histoire du cinéma par leur sujet, leur graphisme, leur originalité ou leur modernité. Toutes ont réussi à capter l'attention du public et à s'inscrire durablement dans les mémoires.
    Qu'il s'agisse des premiers posters célébrant l'âge d'or du cinéma hollywoodien, mettant en scène des icônes comme Marilyn Monroe ou Humphrey Bogart, ou bien d'affiches plus récentes, dévoilant de nouveaux héros sortis tout droit des studios d'animation comme Avatar ou Spiderman, toutes ces créations illustrent avec talent et magie près d'un siècle de cinéma. Elles témoignent aussi de l'évolution du 7e art depuis son invention par les Frères Lumière, de l'apparition de de nouvelles stars et de nouveaux héros, de l'émergence de nouvelles technologies...Chacune représente une oeuvre d'art à part entière !
    Tour à tour romantiques, scandaleuses, drôles, effrayantes ou mystérieuses, ces affiches mettent à l'honneur nombre de films devenus cultes, mais aussi des acteurs ou des personnages entrés à jamais dans la légende.

  • Et si la magie du cinéma avait partie liée à la peinture ? Aux tableaux que revisite parfois le réalisateur afin de mettre en image son scénario, aux oeuvres ou ambiances picturales qui s'imposent aux spectateurs au visionnage de certains films.
    Cet ouvrage est né de ces regards croisés entre le septième art et la peinture, là où l'image filmique cache ou révèle une image picturale.
    À cet exercice, presque tous les grands courants cinématographiques se sont illustrés car très nombreux sont les réalisateurs qui ont développé, consciemment ou non, une esthétique en affinité avec l'art silencieux et immobile qu'est la peinture.
    Des frères Lumière à David Lynch, une étude passionnante sur les rapports féconds de la peinture et du cinéma.

  • - J'ai adoré.
    - Tu es fou ? C'était mauvais.
    Au cinéma, nous n'avons pas tous les mêmes goûts. Il existe quantité de raisons de s'enthousiasmer pour un film (ou de bâiller devant lui), et ce livre en fait le tour. Il ne tranche pas. Quels que soient mes goûts et ceux de mon voisin, je n'ai pas à me sentir inférieur ni supérieur à lui. Même s'il fait la moue quand je lui dis quel est mon film préféré. D'ailleurs la recette du bon film n'existe pas, sinon les réalisateurs l'appliqueraient depuis longtemps. Tout le monde fait de son mieux, de chaque côté de l'écran. Ce n'est pas facile. On ne sait pas toujours dire à l'avance quelles qualités un film doit posséder pour nous plaire. Et en sortant de la séance, on ne sait pas toujours quoi dire. Qu'est-ce qu'un bon film ? dédramatise la question. Acceptons nos différences.

  • Cette étude n'est pas une histoire du cinéma, mais un essai de classification des images et des signes tels qu'ils apparaissent au cinéma. On considère ici un premier type d'image, l'image-mouvement, avec ses variétés principales, image-perception, image-affection, image-action, et les signes (non linguistiques) qui les caractérisent. Tantôt la lumière entre en lutte avec les ténèbres, tantôt elle développe son rapport avec le blanc. Les qualités et les puissances tantôt s'expriment sur des visages, tantôt s'exposent dans des " espaces quelconques ", tantôt révèlent des mondes originaires, tantôt s'actualisent dans des milieux supposés réels. Les grands auteurs de cinéma inventent et composent des images et des signes, chacun à sa manière. Ils ne sont pas seulement confrontables à des peintres, des architectes, des musiciens mais à des penseurs. Il ne suffit pas de se plaindre ou de se féliciter de l'invasion de la pensée par l'audio-visuel ; il faut montrer comment la pensée opère avec les signes optiques et sonores de l'image-mouvement, et aussi d'une image-temps plus profonde, pour produire parfois de grandes oeuvres.

  • Qui se cache derrière les sonates de Corelli ?
    Combien ont été payés les acteurs ?
    Pourquoi Adolphe Amédée Delafoy porte-t-il des gants ?
    Comment s'est tournée la surprise-partie ?
    Quelles scènes filmées ont été coupées au montage ?
    Que vient faire Louis XVI dans cette galère ?
    Combien y a-t-il de mots d'argot ?
    Qui est Frankie Mills ?...
    À ces questions fondamentales, et à beaucoup d'autres, répond cet insolite mais exhaustif dictionnaire. Grâce à lui, on va enfin tout, mais alors vraiment TOUTsavoir sur Les Tontons flingueurs. Basé sur des documents jamais dévoilés, des sources jusqu'alors inexploitées, des interviews inédites, illustré par des dizaines de photos rarissimes, ce livre fourmille de révélations et d'anecdotes, tout en conservant le ton décontracté et la dérision chers à Michel Audiard et à Georges Lautner. Plus qu'un voyage au coeur d'un univers truculent c'est une véritable redécouverte d'un film-culte qui, génération après génération, séduit de nouveaux spectateurs. On y côtoie Fernand, Raoul, Théo et tous les autres. On apprend à mieux les connaître, donc à mieux les apprécier. Aucun lieu, aucun acteur, aucun objet n'est laissé dans l'ombre. Toutes les références contenues dans les dialogues sont enfin expliquées.
    En bonus exclusif, une interview inédite de Georges Lautner entièrement consacrée aux coulisses du tournage.

  • Un classique des livres de cinéma, Faire un film se présente à la fois comme les mémoires de Sidney Lumet et comme un guide possible pour aspirant réalisateur. En 13 chapitres, il décrit minutieusement toutes les étapes de la conception d'un film, de la lecture du scénario jusqu'à la sortie en salles. Pour cela, Lumet s'inspire de sa propre expérience, en nourrissant son propos d'anecdotes liées aux tournages de ses films. Il s'agit avant tout du témoignage d'un cinéaste chevronné qui pousse le lecteur désireux de tourner un film à se poser les bonnes questions, comme par exemple :
    Comment choisir un script ? Quelle focale, quel angle de caméra adopter pour telle ou telle scène ?
    Sans jargon et avec humour, Faire un film mêle habilement conseils, analyse, récit, descriptions et anecdotes.

  • Quatre-vingts films et séries décryptés sont autant d'exemples pour comprendre ce qu'est l'intelligence artificielle, comment elle affecte nos vies et comment elle fait évoluer notre avenir. Blade Runner nous aide à envisager qu'un robot peut ignorer en être un, Her ou Zoe nous font prendre conscience qu'il est possible d'aimer une IA, alors que Robocop nous montre les limites des robots capables de tuer. Certains de ces éléments de fiction se trouvent déjà dans nos vies et le cinéma nous aide à appréhender les enjeux de l'intelligence artificielle pour mieux la maîtriser.

  • Ce sont les baguettes qui choisissent leur sorcier... Et un ouvrage leur est enfin dédié !

    - L'ouvrage ultime pour les passionnés d'Harry Potter, au format baguette !
    - Guide officiel des baguettes magiques des sorciers, accompagné de dépliants.

  • Poly ; l'album du film

    Nicolas Vanier

    Dans les années soixante, une petite fille, Cécile, se lie d'amitié avec Poly, poney vedette d'un cirque où on le maltraite. C'est le début d'une incroyable aventure pour sauver Poly...
    Après Belle et Sébastien, Nicolas Vanier revisite l'histoire de Poly, le poney Shetland, héros des romans et la série télévisée qui ont bercé toute une génération.
    À travers les plus belles images du film, tourné dans les sublimes paysages du Gard et des Cévennes, on découvre une histoire inoubliable et intemporelle, qui parle d'amitié, de famille, et de l'extraordinaire intelligence de l'enfance face à la condition animale.
    Une invitation à retrouver les couleurs vives et joyeuses des sixties,et àvivre dans le respect des animaux et de la nature.

    Ce récit est enrichi de focus sur les grands thèmes qui traversent l'histoire de Poly : les fêtes populaires, les années soixante, les poneys, les clowns, les animaux sauvages dans les cirques...

  • Il y en a qui ont fait du théâtre en attendant de pouvoir faire du cinéma. D'autres qui ont été influencés par la scène et en ont témoigné dans leurs films. D'autres encore qui se sont fait connaître par le cinéma et ont attendu longtemps avant de tenter l'expérience théâtrale. Quel que soit leur parcours, ces artistes expriment le lien profond, parfois problématique ou paradoxal qui unit cinéma et théâtre. On dit qu'au cinéma, c'est la mise en scène qui est première, alors que sur les planches, ce sont le texte et les acteurs qui règnent ; parfois, ce n'est pas si simple. Une dizaine de créateurs et créatrices de premier plan, forts de leur expérience, s'expriment ici sur les deux domaines. Deux passions qui n'en font qu'une : mettre en scène.

  • « Il n'est pas dans mon intention de faire ici la leçon à qui que ce soit, ni d'imposer un point de vue. Ce livre n'a été dicté que par le désir de défricher la jungle des possibilités qui s'offrent à un art encore jeune et magnifique, toujours à explorer, et de m'y retrouver moi-même aussi indépendant et libre que possible ».

    Andreï Tarkovski, tout au long de son oeuvre cinématographique, rédige des notes de travail, des réflexions sur son art, restituant dans le même mouvement son itinéraire d'homme et d'artiste.

    À partir de son exil en Italie où il réalise Nostalghia en 1983, puis en France durant la dernière année de sa vie, il rassemble ces écrits qui sont d'abord édités en Allemagne puis dans les autres pays d'Europe occidentale où ils deviendront vite une référence incontournable.

    Il y aborde une large réflexion aussi bien sur la civilisation contemporaine que sur l'art cinématographique : son ontologie et sa place parmi les autres arts, ou des aspects plus concrets comme le scénario, le montage, l'acteur, le son, la musique, la lumière, le cadrage.

    Puisant dans son expérience de cinéaste, dans sa vaste culture littéraire, se remémorant ses années de formation, les luttes interminables pour terminer ses films à l'époque soviétique, Andreï Tarkovski offre ici le livre-bilan d'un artiste en recherche de sens, d'un homme qui consacra son inépuisable énergie à « fixer le temps ».

    Ajouter au panier
    En stock
  • Poussez les portes battantes du Garrison Pub, parcourez les rues de Birmingham, et passez devant les usines aux cheminées fumantes et les foires aux chevaux à la périphérie de la ville. Bienvenue dans l'univers des Peaky Blinders.

    Depuis son lancement sur nos écrans en 2013, Peaky Blinders est passé du statut de série culte à celui de phénomène mondial. By Order of the Peaky Blinders est le premier livre officiel de la série, présentant des entrevues exclusives avec le créateur et scénariste Steven Knight, les acteurs et l'équipe de production, ainsi qu'une mine d'informations inédites sur la série et sur l'époque !

  • «Quand j'avais vingt ans, j'ignorais si je parviendrais à devenir réalisateur mais aimer le cinéma et m'y dévouer corps et âme, je savais que c'était en moi. La cinéphilie m'a permis de trouver ma place dans l'existence.» Bertrand Tavernier Voici la conversation que Thierry Frémaux a menée avec Bertrand Tavernier pour ouvrir la nouvelle édition d'Amis Américains, qui reparait en ce mois d'octobre 2019. Pour ceux qui possèdent déjà l'ouvrage, elle est publiée en volume indépendant et de surcroit, dans une version légèrement plus longue.
    Le réalisateur, connu pour son intarissable érudition et sa cinéphilie généreuse, revient sur la naissance d'une passion et aborde de nombreux sujets liés à l'Amérique et à son cinéma : les grands auteurs classiques, la Liste Noire et le McCarthysme, la guerre de Sécession et le politiquement correct. On y croise également Clint Eastwood et Quentin Tarantino, Claude Chabrol et Jean-Pierre Melville, des producteurs de l'âge d'or d'Hollywood, quelques scénaristes oubliés ainsi que Steve Tesich et Russel Banks. Du Tavernier en direct pour un texte simulant et souvent émouvant.

empty