Actes Sud

  • L'âme de mes personnages (leur caractère) est un conglomérat de civilisations passées et actuelles, de bouts de livres et de journaux, des morceaux d'hommes, des lambeaux de vêtements de dimanche devenus haillons, tout comme l'âme elle-même est un assemblage de pièces de toute sorte. Et j'ai aussi montré comment ces caractères se sont formés, en laissant celui qui est faible voler les mots au plus fort, et les répéter, en laissant les esprits emprunter des "idées", des suggestions comme on dit, les uns chez les autres.

  • Mariés !

    August Strindberg

    sur le mariage, sur la vie conjugale, sur l'amour et ses désillusions, sur les fortunes et les infortunes des couples, voici l'oeuvre la plus fameuse de strindberg : trente récits et nouvelles publiés entre 1884 et 1886 critiquant violemment les institutions - le mariage, la religion - mais aussi l'émancipation de la femme qui connaît de nettes avancées dans cette europe du xxe siècle.
    ce livre sulfureux - alternance de textes profondément misogynes et d'autres plus tendres, de récits désespérés et d'autres pleins d'une allégresse féroce - valut une assignation devant les tribunaux à son auteur qui ne regrettait rien : "c'est ce que j'ai écrit de plus terrible, mais aussi de plus beau, de plus drôle et de plus salaud !"

  • Pélican

    August Strindberg

    Cela hurle, siffle et vente. Le fils et la fille complotent contre la mère; le gendre dérobe à son beau-père sa femme bien-aimée ; la mère affame ses enfants. Et partout dans ce monde à la fois hermétique et ouvert à la bise glacée se fait sentir la présence spectrale du père mort. Assassiné d'un assassinat que la justice ne reconnaît pas comme un délit.
    Strindberg avait 58 ans lorsqu'enfin se réalisa pour lui le rêve de tout un auteur dramatique : à Stockholm, le 26 novembre 1907, le Théâtre Intime est inauguré. Dans d'autres pays, l'oeuvre de Strindberg fut déjà bien connue. En Suède l'ouverture du Théâtre Intime lui permit d'accéder à une gloire tardive. Le prix fut élevé car le théâtre, financé par Strindberg et son compagnon, l'acteur August Falck, coûtait beaucoup plus qu'il ne le rapportait.
    Les pièces qu'il écrivit pour cette scène sont les fameuses pièces de chambres dont fait partie Le Pélican. La production est un désastre et Strindberg écrit à son frère : « J'ai écrit cette pièce contre ma volonté; j'ai voulu la brûler en l'écrivant, je l'ai rejetée, mais elle est revenue, elle m'a poursuivi. J'ai aussi souffert de savoir qu'elle était jouée, je souffre tous les soirs, mais je ne puis pour autant la regretter ou désirer que cela n'ait pas eu lieu. » De fait, Strindberg retrace ici l'histoire de sa soeur qui par son égoïsme cause la mort de son mari et néglige ses enfants tout en jouant le pélican, ce symbole de l'amour parental.

  • Orage

    August Strindberg

    Un homme, fonctionnaire à la retraite, vit seul dans un appartement quand une suite d'événements concernant sa précédente femme vient troubler sa quiétude.

    Depuis qu'il a quitté femme et enfant, Le Monsieur se satisfait de sa solitude loin des responsabilités d'un ménage. Il mène une existence tranquille et rangée en compagnie de son frère, une domestique et son voisin, un pâtissier malchanceux qui tient sa boutique au rez-de-chaussée de l'immeuble.
    Mais le passé ressurgit au moment où Gerda, son ancienne épouse, et son enfant emménagent avec Fischer, son nouveau mari, dans l'appartement du dessus. Le couple se dispute, et l'orage éclate : Fischer enlève l'enfant en s'enfuyant avec la fille du pâtissier. Le respectable monsieur va devoir alors se confronter à son passé et bouleverser son paisible quotidien afin d'aider Gerda à retrouver leur enfant.
    Une pièce dramatique mettant en scène des thèmes chers à Strindberg tels que la difficulté des relations conjugales, le poids des souvenirs et les représentations de la vieillesse.
    PERSONNAGES : Trois femmes et sept hommes (dont un personnage muet).

  • Sous forme d'un monologue mêlé à de brefs dialogues entre le mourant et son infirmière, l'histoire d'une agonie pleine de réminiscences lucides ou délirantes.


  • a la réflexion éminemment philosophique, à l'observation perspicace des individus s'ajoute chez strindberg une fascination pour le réel, jusque dans ses manifestations les plus prosaïques et les plus quotidiennes : écoute du chant d'un rossignol ou discussion à propos d'une technique de pêche.
    peints par strindberg, les tableaux de la nature sont sobres - c'est le regard de l'initié, à la fois détaché et pénétrant. naturaliste, il parle en spécialiste de tout ce qu'il voit : fleurs, arbres, insectes, oiseaux. la description d'une plate-bande ("du pessimisme dans le jardinage moderne") lui sert de tremplin pour se lancer dans des considérations sur la sélection, la perception artistique, la théorie horticole.
    "les secrets des fleurs" et "l'intelligence des animaux et des plantes" contiennent des observations et des thèmes qui, quelques années plus tard, vont être repris et développés. le mystère de l'écriture strindberguienne est sa capacité à maintenir un niveau stylistique toujours égal - et inégalable. la drôlerie, la richesse du registre, cette langue à la fois souple et musclée dont il a le secret, tout cela se retrouve dans ces courts textes écrits à l'ombre d'une oeuvre gigantesque.


  • "ce livre est une attaque contre la culture supérieure, autrement dit contre la dégénérescence.
    " august strindberg n'a jamais été tendre envers la société, et les quatre nouvelles composant ce recueil, écrites durant la période d'exil en suisse de l'auteur, l'attestent. nouvelle construction retrace l'itinéraire d'une jeune fille émancipée qui tente en vain de s'intégrer à la société traditionnelle avant de trouver sa place dans le familistère de godin. rechute décrit les tourments d'un anarchiste russe, réfugié en suisse, qui voit revenir des fantômes de l'idéologie radicale.
    Au-dessus des nuages pose la question du rôle de l'art et de la fonction sociale de l'artiste. enfin, remords suit un officier prussien pris en tenailles entre la discipline militaire et les exigences de la morale humaniste. tous ces thèmes sont caractéristiques du strindberg du début des années 1880, période au cours de laquelle il se dit tour à tour rousseauiste, socialiste puis anarchiste. si le cynisme est de mise dans sa description des rapports humains, la façon de les aborder, la finesse de l'analyse psychologique, l'intérêt pour les méandres de l'âme préfigurent déjà le strindberg futur, celui, entre autres, des pièces naturalistes de la fin de la décennie.

empty