Odile Jacob

  • Dieu, qui a changé la vie des hommes et leur mort, a lui-même changé de vie, depuis sa naissance, il y a trois mille ans. De visage et de sens. L'appellation d'origine demeure, mais l'être baptisé de différentes façons, n'a pas les mêmes caractères en l'an -500, +400 et +2001, que l'on soit à Jérusalem, Constantinople, Rome ou Boston. Le Dieu de punition et de Toute-Puissance des Hébreux n'est pas le Dieu de consolation et d'intimité du chrétien qui n'est pas l'Énergie cosmique impersonnelle du New Age. Notre propos : dégager à nouveaux frais les péripéties d'une genèse, les bifurcations d'un itinéraire et les coûts de la survie. Comment ? En scrutant le terre-à-terre du Ciel. En reculant les projecteurs de l'avant-scène vers les coulisses et les machineries de la production divine ; en remontant de la Loi aux tables du même nom, tel l'idiot auquel le sage chinois montre la Lune et qui regarde son doigt. Et dans quel but ? Pour éclairer l'une par l'autre l'histoire de l'Éternel et celle de l'Occident. Zones d'ombre incluses. Et pour nous éclairer nous-mêmes. Régis Debray est professeur de philosophie à l'université de Lyon-III et président du conseil scientifique de l'École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques.

  • " l'opinion française, dans sa majorité, approuve l'idée de renforcer dans l'ecole publique l'étude du religieux comme objet de culture.
    Il ne s'agit pas de remettre " dieu à l'école ". traditions religieuses et avenir des humanités sont embarqués sur le même bateau. on ne renforcera pas l'étude du religieux sans renforcer l'étude tout court. l'esprit de laïcité ne devrait rien avoir à redouter ici. du reste, la relégation du fait religieux hors des enceintes de la transmission rationnelle et publiquement contrôlée des connaissances favorise le fanatisme, l'ésotérisme et l'irrationalisme.
    ".

  • Tous azimuts

    Régis Debray

    Penser l'Europe de la défense, n'est-ce pas respecter l'Europe d'aujourd'hui, à la manière de ce que pourrait être un jour sa défense ou encore dessiner ce que devrait être l'Europe de demain pour qu'elle puisse se défendre après-demain ? Que l'on nous permette alors de reprendre, vingt ans après, une alternance pertinente qui valait alors pour la France : ou bien s'en remettre à un système priori, à une alliance et perdre toute indépendance continentale, ou bien se constituer un système propre, qui ne soit dirigé contre personne, mais mondial et tous azimuts....

  • Transmettre

    Régis Debray

    Il n'y a pas de culture sans transmission, l'incessant transfert d'un passé vers un avenir. Mais il n'y a pas de transmission qui ne soit une constitution d'héritage, aux conditions fixées par les moyens de transmission, où se rangent vecteurs techniques et corps politiques. Transmettre s'attache à rendre compte de ce processus complexe, parce qu'à la fois matériel et institutionnel, dont il n'est pas exagéré de dire qu'il est au principe de toute histoire civilisée. Cet ouvrage inaugure une collection intitulée Le champ médiologique, soit la zone cruciale, encore obscure, que dessinent dans notre savoir les intersections et interactions entre Technique et Culture. Médiologie : sous ce terme nouveau, voudrait s'opérer la mise au clair des médiations, parfois sous-estimées, parfois inaperçues, dont dépend notre vie religieuse, artistique, idéologique ou politique. » Régis Debray.

  • La République n'est pas un régime politique parmi d'autres. C'est un idéal et un combat. Elle requiert non seulement des lois, mais une foi, non seulement des services sociaux, mais aussi des institutions distinctes dont la première de toutes est l'école, non seulement des usagers ou des consommateurs, mais aussi des citoyens.... Un cri d'alarme, en forme de lettre ouverte au Président respecté d'une République humiliée.

  • « L'enseignement du fait religieux dans l'école du peuple n'exige pas moins mais plus de laïcité. C'est notre façon de poursuivre le chemin des Lumières que d'ouvrir au savoir les « mystères » du croire. Je ne sais si « le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas ». Je sais seulement que fermer les yeux sur ce qu'il est déjà ne peut qu'assimiler ce qu'on appelle « la revanche de Dieu » à un retour de bâton en pleine figure. » Régis Debray.

    « L'école a besoin de sérénité. Seul un débat apaisé et une plus grande rigueur, à l'écart des emballements médiatiques, nourriront cet enseignement de l'histoire des religions qui fortifie le citoyen et doit faire consensus, au-delà des croyances et des opinions de chacun. » Jack Lang.

empty