Éditions Du Masque (réédition numérique FeniXX)

  • - Une belle nuit, Jugonde ! Une nuit lourde de promesses ! Il humait : - Sentez-vous ? L'air véhicule des relents de meurtre. Je discerne un subtil parfum de police répandu partout. Cette soirée m'évoque certaines fins de journées d'été orageuses où l'on surprend, le long des caniveaux, des fuites de rats ; où des nappes de vapeurs empoisonnées, remontées des égouts, stagnent au ras des trottoirs. L'air sent la mort, ce soir ! Le secrétaire considéra son patron avec des sentiments proches de l'inquiétude. L'homme à la mine de hibou était-il un avocat ou un nécromant ? - En voiture ! reprit Lepicq. En voiture pour la maison du crime ! Nous allons découvrir comment on a tué, et qui a tué ! Nous allons tout découvrir ! Jamais je ne me suis senti aussi vivant que ce soir, où nous descendons chez les morts ! Cercueils, croque-morts et pierres tombales pour deux cadavres sans assassin. Et pour Prosper Lepicq, une course endiablée après le corps du délit. Une enquête magistrale à la manière noire.

  • Dans son appartement cossu de la rue Garancière, Edmond Gay est mourant. Il n'a que 45 ans, mais la guerre et la longue amnésie qui a fait suite à une blessure l'ont éprouvé. Dans la pièce voisine, ses deux nièces et seules héritières, Françoise et Clara, attendent, en compagnie d'un ami et du notaire. Près d'Edmond Gay se tient Martial, le valet qui le sert depuis plus de trente ans. Tout à coup, le malade se souvient. Comment a-t-il pu oublier ? Dans le deuxième tiroir du bahut breton, il y a son livret militaire, et dans le livret militaire, une lettre... Mais la lettre a disparu. Qui l'a volée ? Qui est la mystérieuse Mme Denis que le mourant invoque dans son délire ? Et Françoise est-elle la seule à rechercher cette femme jusqu'alors inconnue de tous les familiers d'Edmond Gay ? Réédité pour la première fois depuis 1936, un classique de Pierre Véry, d'inspiration « lupinienne », où l'humour et la fantaisie du maître font merveille.

empty