Langue française

  • Patrick Süskind Le Parfum Au xviiie siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s'appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n'aurait pas survécu. Mais Grenouille n'avait besoin que d'un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n'avait besoin de rien.
    Or ce monstre de Grenouille, car il s'agissait bel et bien d'un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l'univers, car « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes ».
    C'est son histoire, abominable... et drolatique, qui nous est racontée dans Le Parfum, un roman qui, dès sa parution, eut un succès extraordinaire et est devenu très vite un best-seller mondial.

    A vue de nez, un chef-d'oeuvre.
    Bernard Pivot.

    Ici, chaque page sent, on n'a jamais lu ça. Odeur de ßeurs, de tourbe ou de sanie, tout est mêlé, avec une extraordinaire virtuosité...
    Sylvie Genevoix, Madame Figaro.

    Ajouter au panier
    En stock
  • >Patrick Süskind Le Pigeon « Lorsque lui arriva cette histoire de pigeon qui, du jour au lendemain, bouleversa son existence, Jonathan Noël avait déjà dépassé la cinquantaine, il avait derrière lui une période d'une bonne vingtaine d'années qui n'avait pas été marquée par le moindre événement, et jamais il n'aurait escompté que pût encore lui arriver rien de notable, sauf de mourir un jour. Et cela lui convenait tout à fait. Car il n'aimait pas les événements, et il avait une véritable horreur de ceux qui ébranlaient son équilibre intérieur et chamboulaient l'ordonnance de sa vie. » Depuis Le Parfum, on connaît le talent diabolique de Patrick Süskind. Lisez ce petit livre : plus jamais vous ne regarderez un pigeon de la même façon.

    Danièle Mazingarbe, Madame Figaro.

    Le nouveau Süskind, dans une traduction superbe de Bernard Lortholary, Le Pigeon, est un petit bijou (...) qui confirme son talent.

    Annette Colin-Simard, Le Journal du Dimanche.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Patrick Süskind La Contrebasse La contrebasse est l'instrument le plus gros, le plus puissant et le plus indispensable de l'orchestre, le plus beau aussi, dit d'abord le contrebassiste.
    Mais bientôt l'éloge pompeux laisse affleurer les frustrations et les rancoeurs du musicien et de l'homme. Et peu à peu la haine d'abord refoulée de cette encom-brante compagne s'exprime, se déchaîne et explose jusqu'à la folie...
    Ce monologue tragique et drôle, par l'auteur du best-seller Le Parfum, tient l'affiche en Allemagne depuis des années. Interprété à Paris par Jacques Villeret, il a reçu un accueil triomphal.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Patrick Süskind Un combat et autres récits Lorsque commence la partie d'échecs contre ce jeune inconnu arrogant qui déplace ses pièces sans réfléchir en roulant des cigarettes, le héros d'Un combat, un vieux joueur expérimenté, comprend que sa carrière est finie... Et son public, pourtant fidèle, le croit aussi. L'issue de la partie dira ce qu'il faut penser de certaines « évidences ».
    N'importe quel artiste, un jour ou l'autre, a entendu parler de « profondeur ». Mais qu'est-ce que la profondeur ? Et qu'est-ce que « manquer de profondeur » ? Voilà une question qui peut décider d'un destin...
    Patrick Süskind nous offre ici quatre récits étincelants et imprévus, où l'on voit une idée tourner à l'obsession au point d'avaler fantastiquement celui ou celle qui en est la proie... Quatre histoires dans le ton grinçant, drolatique, qui a fait le triomphe du Parfum et de La Contrebasse.

  • Perfume

    Patrick Süskind

    Patrick Suskind's Perfume is a classic novel of death and sensuality in Paris, published as a Penguin Essential for the first time. 'In eighteenth-century France there lived a man who was one of the most gifted and abominable personages in an era that knew no lack of gifted and abominable personages. His name was Jean-Baptiste Grenouille, and if his name has been forgotten today, it is certainly not because Grenouille fell short of those more famous blackguards when it came to arrogance, misanthropy, immorality, or, more succinctly, wickedness, but because his gifts and his sole ambition were restricted to a domain that leaves no traces in history: to the fleeting realm of scent . . .' 'An astonishing tour de force both in concept and execution' Guardian 'A fantastic tale of murder and twisted eroticism controlled by a disgusted loathing of humanity ... Clever, stylish, absorbing and well worth reading' Literary Review 'A meditation on the nature of death, desire and decay ... a remarkable debut' Peter Ackroyd, The New York Times Book Review 'Unlike anything else one has read. A phenomenon ... Everyone seems to want to get a whiff of this strange perfume, which will remain unique in contemporary literature' Figaro 'An ingenious and totally absorbing fantasy' Daily Telegraph 'Witty, stylish and ferociously absorbing' Observer

  • Au XVIIIe siècle, Jean-Jacques Mussard, un orfèvre d'origine genevoise, s'est retiré, fortune faite, dans une maison qu'il a fait construire à Passy. La découverte dans son jardin d'une roche à coquillage l'entraîne, au terme d'une enquête tourmentée, à la conclusion que la terre est en voie de "conchylisation" : non seulement par suite de l'"inexorable cycle de l'eau", qui dissout progressivement les couches de surface de la planète, mais aussi par la volonté du Grand Coquillage, divinité malveillante dont Mussard a percé le secret, qui a décidé de "broyer le monde"...

    On retrouve dans cette nouvelle les thèmes récurrents de l'oeuvre de Patrick Süskind - angoisse irraisonnée, solitude - et le goût de la parabole scientifique et historique, comme dans Le Parfum.

  • Au XVIIIe siècle, vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus généreux et les plus horribles de son époque. Il s'appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance, furent épouvantables et tout autre que lui n'aurait pas survécu. Mais, Grenouille n'avait besoin que d'un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n'avait besoin de rien. Ce monstre de Grenouille, car il s'agissait bel et bien d'un genre de monstre, avait un don, ou plutôt un nez unique au monde et il entendait bien devenir, même par les moyens plus atroces, le Dieu tout-puissant de l'univers, car "qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le coeur des hommes".
    C'est son histoire abominable ... et drolatiquequi nous est racontée dans Le Parfum, un roman qui, dès sa parturion, eut un succès extraordinaire et est devenu très vite un best-seller mondial.

    "A vue de nez, un chef d'oeuvre"- Bernard Pivot

empty