Honore Champion

  • La correspondance entre Veuillot et la comtesse Juliette de Robersart, aristocrate belge, constituait une lacune dans la volumineuse correspondance de l'écrivain. Amoureux platonique de la princesse lointaine, Veuillot y confie ses aspirations, ses élans poétiques, sa profonde déception et sa cruelle solitude. Il y dit ses combats pour la cause du pape Pie IX, son aversion pour les idées de Mgr. Dupanloup, jugées trop libérales, sa haine de la plupart des écrivains de son temps, dont il n'excepte que Baudelaire, en raison de sa mort chrétienne. Il y parle de son travail d'écrivain et des affres du journaliste en disponibilité. Il y expose sa conception intransigeante de la foi, ses idées sur l'éducation des filles, que Juliette tient pour rétrogrades, mais aussi son amour de la nature. Il y encourage sa correspondante à publier le récit de ses voyages et voit en elle une Sévigné belge.

empty