• Mardi 6 juin 1944, à l'aube, les Alliés débarquent sur les côtes normandes. Le 25 août, Paris est libéré. Dans l'intervalle, les Alliés piétinent, s'enlisent et subissent d'effroyables pertes. Trois mois, au lieu des trois semaines prévues, de longs et sanglants affrontements : la bataille de Normandie va décider du sort de la Seconde Guerremondiale.

    Douze semaines de combats acharnés : d'abord sur les plages, dans les haies du bocage et dans la plaine de Caen, avant la percée tardive des Américains en direction d'Avranches, la « poche » de Falaise et la « course vers la Seine ». Au cours de la bataille de Normandie, deux millions de combattants s'affrontent sans merci. Pris au milieu des combats, 20 000 Normands périssent. Près de 100 000 hommes, femmes et enfants se réfugient dans les granges et les étables autour des villes anéanties par les bombes ; 150 000 sont chassés sur les routes dangereuses de l'exode.
    D'une écriture fluide et claire, cet ouvrage donne la part belle aux témoignages des différents protagonistes, alliés et allemands, et bien sûr normands. Au-delà de la simple description des opérations, il rend également comptedes tensionsentre Américains et Britanniques.
    Spécialiste incontesté de la bataille de Normandie, Jean Quellien nous offre une synthèse magistrale à l'appui des derniers travaux, d'archives inédites et des récits des témoins. Il suit ainsi au plus près la libération chèrementpayée de la Normandie et de la France.

  • Normandie 44

    Jean Quellien

    • Orep
    • 28 Avril 2010

    Avec le débarquement des troupes alliées sur les côtes normandes commence l'un des affrontements majeurs de la Seconde Guerre mondiale. Douze semaines de combats acharnés dans les haies du Bocage, les blés de la Plaine de Caen, ou dans les villes et les villages en ruines, vont décider du sort de la guerre à l'Ouest et précipiter la défaite du Troisième Reich. La Normandie portera longtemps en elle les traces laissées par la bataille. Son martyre a été la rançon de la victoire finale. Il est bon qu'aujourd'hui personne ne l'oublie ; comme il est juste que chacun associe dans son souvenir le sacrifice d'une région et de ses habitants à celui de ces hommes jeunes, venus d'outre-Atlantique ou d'outre-Manche, reposant à jamais dans cette terre qu'ils étaient venus libérer.

  • Sainte-Mère-Eglise, la Pointe du Hoc, Ouistreham, Omaha Beach, Pegasus Bridge, Arromanches...
    Autant de noms entrés dans l'Histoire un certain 6 juin 1944 et désormais gravés dans toutes les mémoires.
    Ce jour là, après quatre longues années d'occupation, les Alliés prenaient pied sur la terre de France et engageaient, dans le cadre du plan Overlord, la lutte finale contre la tyrannie nazie. Premier pas dans la libération de l'Europe occidentale, le débarquement en Normandie demeurera à jamais comme l'un des temps forts de la Seconde Guerre mondiale. Stèles et monuments commémoratifs, blockhaus du Mur de l'Atlantique, vestiges des ports artificiels, cimetières militaires nous rappellent aujourd'hui l'ampleur des opérations de l'été 1944 et leur importance capitale. Ce guide, largement illustré de documents d'époque et de photographies en couleur, vous propose de découvrir, secteur par secteur, localité par localité, tous les hauts-lieux du Débarquement, mais aussi des endroits moins connus. Il est agrémenté de cartes originales, d'une série de « gros plans » proposant des explications détaillées, de pages « coup d'oeil » consacrées à certaines villes ou sites

  • Par l'importance des forces navales, aériennes et terrestres déployées, le débarquement lancé le 6 juin 1944, au terme de longs mois de préparation, reste à coup sûr la plus impressionnante opération combinée de tous les temps.
    Mais au soir du « D-Day », rien n'est réglé. La bataille de Normandie commence. Douze semaines d'affrontements acharnés dans les haies du bocage ou les blés de la plaine de Caen vont décider du sort de la guerre à l'Ouest et précipiter la défaite du Troisième Reich. À ce titre, la bataille de Normandie s'inscrit comme un temps fort dans la stratégie anglo-américaine pour la reconquête et la libération de l'Europe.
    Au-delà du récit des combats, l'ouvrage analyse le contexte politique, militaire et civil dans lequel se sont déroulés le Débarquement et la bataille de Normandie. Avec un style vif, ce livre propose une vue globale des faits en respectant les divers éclairages : celui des Alliés comme celui des Allemands, sans oublier d'évoquer le sort dramatique des Normands eux-mêmes, souvent pris entre deux feux.
    S'appuyant sur les acquis les plus récents de la recherche historique, ce livre remet en question bien des idées reçues et des légendes tenaces sur un sujet qu'on aurait grand tord de croire épuisé.

  • De 1939 à 1945, le monde entier s'embrase, des neiges de Finlande aux sables du désert de Libye, des îles du Pacifique aux plages normandes, des hauts plateaux d'Éthiopie aux mornes steppes russes. Une guerre totale menée sur terre, sur mer et dans les airs, qui n'épargna pas les populations civiles bousculées, déplacées, contraintes au travail forcé, pillées, bombardées, massacrées, exterminées.
    Cette histoire de la Seconde Guerre mondiale est à la fois une explication et un récit.
    Sans négliger la narration des combats, elle accorde une large place aux enjeux idéologiques, politiques et stratégiques, à la propagande, et souligne le poids déterminant de l'économie ou des technologies, en évoquant la mobilisation des sociétés en guerre et les affres de la vie quotidienne. Des états-majors aux champs de bataille, des témoignages des principaux acteurs aux souvenirs des plus humbles victimes, ce livre nous entraîne au coeur du drame, à jamais gravé dans les mémoires, qui coûta la vie à 60 millions d'êtres humains.

  • Avec le Journal de la Bataille de Normandie, revivez, jour après jour, les combats de l'été 1944, avec leurs temps forts, leurs grands moments mais aussi au travers de faits peu connus, voire pour certains largement ignorés. Chaque épisode est accompagné de photographies en partie inédites, de documents, affiches, " unes " de presse., et d'une carte permettant de suivre quotidiennement l'évolution du front.

  • Anglais Normandy 44

    Jean Quellien

    • Orep
    • 26 Avril 2010

    One of the major confrontations of the Second World War began when Allied troops landed on the coast of Normandy. Twelve weeks of vicious combat in the hedgerows, in the cornfields of the plain around Caen and in the region's ruined towns and villages were to determine the outcome of the war on the Western Front and precipitate the fall of the Third Reich. Normandy was to carry the scars of battle for many years. Its martyrdom was the ransom to pay for the final victory. It is fitting that the sacrifice of a region and its inhabitants be forever linked in our memories to the sacrifice of those young men who came from over the Channel and over the Atlantic, and who now rest in peace forever in this land they came to liberate.

  • Mardi 6 juin 1944, à l'aube, les Alliés débarquent sur les côtes normandes. Le 25 août, Paris est libéré. Dans l'intervalle, les Alliés piétinent, s'enlisent et subissent d'effroyables pertes. Trois mois, au lieu des trois semaines prévues, de longs et sanglants affrontements : la bataille de Normandie va décider du sort de la Seconde Guerre mondiale.

    Douze semaines de combats acharnés : d'abord sur les plages, dans les haies du bocage et dans la plaine de Caen, avant la percée tardive des Américains en direction d'Avranches, la « poche » de Falaise et la « course vers la Seine ». Au cours de la bataille de Normandie, deux millions de combattants s'affrontent sans merci. Pris au milieu des combats, 20 000 Normands périssent. Près de 100 000 hommes, femmes et enfants se réfugient dans les granges et les étables autour des villes anéanties par les bombes ; 150 000 sont chassés sur les routes dangereuses de l'exode.
    D'une écriture fluide et claire, cet ouvrage donne la part belle aux témoignages des différents protagonistes, alliés et allemands, et bien sûr normands. Au-delà de la simple description des opérations, il rend également compte des tensions entre Américains et Britanniques.
    Spécialiste incontesté de la bataille de Normandie, Jean Quellien nous offre une synthèse magistrale à l'appui des derniers travaux, d'archives inédites et des récits des témoins. Il suit ainsi au plus près la libération chèrement payée de la Normandie et de la France.

  • Anglais Landing beaches

    Jean Quellien

    • Orep
    • 11 Juin 2008

    Sainte-Mère-Eglise, la Pointe du Hoc, Ouistreham, Omaha Beach, Pegasus Bridge, Arromanches...
    Autant de noms entrés dans l'Histoire un certain 6 juin 1944 et désormais gravés dans toutes les mémoires.
    Ce jour là, après quatre longues années d'occupation, les Alliés prenaient pied sur la terre de France et engageaient, dans le cadre du plan Overlord, la lutte finale contre la tyrannie nazie. Premier pas dans la libération de l'Europe occidentale, le débarquement en Normandie demeurera à jamais comme l'un des temps forts de la Seconde Guerre mondiale. Stèles et monuments commémoratifs, blockhaus du Mur de l'Atlantique, vestiges des ports artificiels, cimetières militaires nous rappellent aujourd'hui l'ampleur des opérations de l'été 1944 et leur importance capitale. Ce guide, largement illustré de documents d'époque et de photographies en couleur, vous propose de découvrir, secteur par secteur, localité par localité, tous les hauts-lieux du Débarquement, mais aussi des endroits moins connus. Il est agrémenté de cartes originales, d'une série de « gros plans » proposant des explications détaillées, de pages « coup d'oeil » consacrées à certaines villes ou sites

  • Italien Normandia 44

    Jean Quellien

    • Orep
    • 14 Mars 2018

    6 juin 1944 : une date à jamais gravée dans l'histoire.
    Avec le débarquement des troupes alliées sur les côtes normandes, commence l'un des affrontements majeurs de la Seconde Guerre mondiale. Douze semaines de combats acharnés vont décider du sort de la guerre à l'Ouest et précipiter la défaite du Troisième Reich. Il est juste qu'aujourd'hui, chacun associe dans son souvenir le sacrifice d'une région et de ses habitants à celui de ces hommes venus d'outre-Atlantique et d'outre- Manche, reposant à jamais dans cette terre qu'ils ont libérée.

  • En 1892, l'implantation d'une usine productrice de tubes et planches de cuivre va changer la physionomie de Dives-sur-Mer. L'entreprise connaît un développement considérable et emploie jusqu'à 2 000 personnes pendant la Grande Guerre. Cet afflux de main-d'oeuvre entraîne la construction de cités ouvrières, l'ouverture de commerces, la création d'associations sportives, etc. Après avoir été l'un des centres les plus importants de l'industrie française du cuivre, Dives perd son usine en 1986 et doit entamer sa reconversion.

  • Mardi 6 juin 1944, à l'aube, les Alliés débarquent sur les côtes normandes. Le 25 août, Paris est libéré. Dans l'intervalle, les Alliés piétinent, s'enlisent et subissent d'effroyables pertes. Trois mois, au lieu des trois semaines prévues, de longs et sanglants affrontements : la bataille de Normandie va décider du sort de la Seconde Guerre mondiale.

    Douze semaines de combats acharnés : d'abord sur les plages, dans les haies du bocage et dans la plaine de Caen, avant la percée tardive des Américains en direction d'Avranches, la « poche » de Falaise et la « course vers la Seine ». Au cours de la bataille de Normandie, deux millions de combattants s'affrontent sans merci. Pris au milieu des combats, 20 000 Normands périssent. Près de 100 000 hommes, femmes et enfants se réfugient dans les granges et les étables autour des villes anéanties par les bombes ; 150 000 sont chassés sur les routes dangereuses de l'exode.

    D'une écriture fluide et claire, cet ouvrage donne la part belle aux témoignages des différents protagonistes, alliés et allemands, et bien sûr normands. Au-delà de la simple description des opérations, il rend également compte des tensions entre Américains et Britanniques.

  • Le 6 juin 1944, aux côtés de leurs camarades britanniques et canadiens, les soldats américains débarquent sur les plages normandes. Aujourd'hui, leur présence en ce " Jour-J " apparaît parfaitement évidente. La réalité est plus complexe. En effet, lorsque la guerre éclate en Europe, en septembre 1939, un sondage indique que seuls 2,5 % des Américains souhaitent voir leur pays y prendre part. L'armée de terre des USA occupe alors autour du vingtième rang mondial et l'économie est toujours convalescente après la crise de 1929. Le 7 décembre 1941, l'agression japonaise contre Pearl Harbor précipite l'entrée des Etats-Unis dans le conflit. En quelques années, le gigantesque effort de guerre de la première puissance mondiale fait pencher la balance en faveur des Alliés. Dès février 1942, les premiers soldats américains arrivent à Belfast. Au printemps 1944, ils sont environ 1 700 000 au Royaume-Uni. Certains y auront passé bien des mois avant de prendre le chemin de la Normandie et de participer à la libération de la France et de l'Ouest de l'Europe.Cet ouvrage décrit d'abord ce long itinéraire. Tout en accordant une large place au récit des combats de l'été 1944, il évoque aussi des aspects souvent laissés dans l'ombre tels que le fonctionnement d'une armée en campagne, la vie quotidienne des Gi's, leurs rapports avec la population ou encore le poids considérable de la présence américaine en Normandie ; sait-on que, fin juillet, il y avait trois fois plus de soldats américains que d'habitants dans le Cotentin et le Bessin ?

  • Alongside their British and Canadian allies, the American troops landed on the Normandy beaches on the 6th of June 1944. Today, their presence in Normandy on D-Day appears as if it were perfectly obvious. The reality behind it is a little more complicated. For indeed, when war broke out in Europe in September 1939, a survey revealed that only 2.5% of Americans were in favour of their country joining the conflict. At the time, the US Army ranked roughly in twentieth position among armed forces across the globe and the nation's economy was as yet to recover from the 1929 crash. On the 7th of December, the Japanese attack on Pearl Harbor was to hasten the United States' involvement in the war. In just a few years, the immense war effort deployed by the world's most powerful nation was to irreversibly tip the scales in favour of the Allies. The first American soldiers arrived in Belfast as early as January 1942. By the spring of 1944, 1,700,000 were posted in the United Kingdom. Some of them spent months there before heading for Normandy to contribute towards the liberation of France and Western Europe. First and foremost, this book offers an account of their long journey. It also concentrates on the hostilities that marked the summer of 1944, covering aspects which are often left in the shadows, such as how the army operated out in the field, the day-to-day lives of the GIs, their relationships with the local population or the great burden of the presence of the Americans in Normandy - for by late July, there were three times as many GIs in the Cotentin and Bessin as there were inhabitants!

empty