• Carnets de marins

    Huw Lewis-Jones

    • Paulsen
    • 19 Septembre 2019

    La mer est depuis toujours une inépuisable source de fascination, un lieu d'émerveillement et de terreur. Les journaux de bord, carnets de croquis, lettres et dessins nous font partager les expéditions et navigations des marins les plus intrépides. Une source essentielle pour comprendre leur vécu et leur ressenti, suivre leurs découvertes de nouveaux rivages et de créatures extraordinaires, connaître leurs appréhensions des dangers et leurs accomplissements.
    À travers des documents datant du XVIe au XXe siècle, complétés par des notices biographiques, nous partons à la rencontre d'officiers et de matelots ordinaires, de cuisiniers et de baleiniers, de chirurgiens et d'artistes, tous explorateurs et aventuriers à leur manière. Parmi eux, Jeanne Baret, première femme à avoir fait le tour du monde - sur un navire où elle s'était embarquée clandestinement -, l'Italien Antonio Pigafetta, qui navigua avec Magellan, William Bligh, capitaine du Bounty, Piri Reis, amiral ottoman et cartographe, le Tahitien Tupaia, qui participa au premier voyage de Cook, ou les figures exceptionnelles que furent le flibustier Bartholomew Sharp, le naturaliste Georg Steller et Zheng He, l'homme aux commandes d'une flotte chinoise de 200 navires sous l'empereur Ming.
    Comme des trésors surgis des malles, les carnets des hommes et des femmes qui prennent la mer sont une invitation à embarquer.

  • Pour célébrer le tricentenaire de la publication de Robinson Crusoé, de nombreux illustrateurs internationaux de renom ont imaginé eux aussi dans ce livre leurs propres îles lointaines. Après les avoir situées dans des cartes géographiques, ils expliquent à quoi elles ressemblent, comment elles se nomment et ce que l'on trouve sur leurs rivages mythiques. Dans une panoplie de réponses étonnamment créatives et souvent surprenantes, le lecteur est invité à explorer un archipel fabuleux qui séduira autant les illustrateurs, les cartographes que les rêveurs.

  • The Writer's Map est une collection de cartes liées à la littérature et à des écrivains qui s'en sont inspirés pour tisser la toile de leur récit. Des écrivains et les illustrateurs nous racontent les rapports qu'ils entretiennent avec les cartes dans leur travail : Philip Pullman se souvient d'une carte qu'il avait dessiné pour un roman de jeunesse, Daniel Reeve décrit celles utilisées pour les films Le Hobbit, Miraphora Mina se rappelle la création de la carte du Maraudeur dans Harry Potter...

  • Bad apple /anglais Nouv.

  • Les écrivains sont des créateurs de mondes. Le Pays Imaginaire, la Terre du Milieu, Narnia, la forêt des Rêves Bleus, l'île de Robinson... cet atlas présente les cartes de ces lieux familiers des lecteurs.
    Vingt-trois auteurs évoquent les territoires qu'ils ont fait naître dans leurs oeuvres à travers les plans qu'ils ont imaginés. Ils racontent également les lieux littéraires ou réels qui les ont fait rêver et ceux qui furent à la source de leur propre inspiration. Un magnifique voyage de carte en carte à travers la littérature : une inépuisable source de rêverie et d'aventure !

    « Nos cartes étaient des oeuvres d'art. Les principaux volcans crachaient de telles flammes et étincelles qu'on eut pu craindre que ces continents de papiers ne s'embrasent ; les chaînes de montagnes étaient si bleues et blanches de glace et de neige qu'elles vous glaçaient le sang. Nos déserts bruns et arides étaient grumeleux de chameaux et pyramides, et nos jungles tropicales si luxuriantes et enchevêtrées que les jaguars voûtés, serpents agiles et gorilles moroses ne s'y mouvaient qu'avec difficulté [...]. Nos rivières étaient larges et plus bleues qu'un myosotis, constellées de canoés et de crocodiles. Nos océans étaient tous sauf vides... Ces cartes étaient vivantes, on pouvait les étudier, les inspecter, les compléter ; des cartes qui, en définitive, avaient un vrai sens. » Gerald Durel,Ma famille et autres animaux, 1956.

  • Une célébration de l'exploration, du voyage et de l'aventure racontée à travers les plus beaux carnets de croquis et journaux de bord des explorateurs.
    Du XVIe siècle à nos jours, ce livre dévoile, à travers leurs carnets, les aventures de 70 découvreurs intrépides, capables de sillonner les hautes montagnes comme les déserts arides ou les forêts tropicales, parfois dans des conditions extrêmes.
    Nous partons ainsi à la rencontre d'Adela Breton, qui s'engouffra dans la jungle mexicaine afin de répertorier les monuments mayas comme personne auparavant, d'Alexandrine Tinne, disparue lors de sa tentative de traversée du Sahara en solitaire, la première de l'histoire en tant que femme, ou encore du célèbre Roald Amundsen, le premier homme à avoir atteint le pôle Sud, un mois avant le malheureux Scott, persuadé d'avoir été le pionnier.
    Explorateurs, cartographes, botanistes, artistes, écologistes et anthropologues, excentriques ou visionnaires, hommes et femmes, tous ont été des défricheurs dans leurs catégories. Quelques explorateurs contemporains, dont Wade Davis, nous font en outre part de leurs réflexions sur l'art de l'exploration.

  • Le 29 mai 1953, au terme d'une marche de près d'un mois depuis Katmandou, Edmund Hillary et Tensing Norgay plantèrent leur piolet sur le toit du monde, le sommet du mont Everest, à 8 848 m. Soixante ans après, la publication de cet ouvrage rappelle les conditions héroïques de cet exploit, grâce au récit et aux incomparables photos de George Lowe, qui fut l'un des principaux acteurs et photographes de cette expédition.
    L'attrait de l'Everest demeure intact et, aujourd'hui, on ne compte plus les candidats à cette ultime ascension. Pour tous ceux qui veulent avoir une idée de ce que représente cette expérience, pour tous les alpinistes, les amateurs d'escalade, les passionnés de grand air et les aventuriers dans l'âme, cet ouvrage reflète les joies et les défis qu'offre cette montagne incomparable.

empty