• Un texte sobre et fort sur la vie d'un jeune garçon handicapé moteur qui devient un virtuose du violon.

    Iris n'était pas comme mes copines du collège, qui, parce que j'étais handicapé, jouaient les douces en caressant l'armature de mon fauteuil. Ma voisine ne se préoccupait que d'une chose, le violon, et de mes difficultés pour l'apprivoiser. Nous parlions d'une sonorité agréable à obtenir, du placement de la main droite sur la baguette, du contact des doigts sur les cordes.

    Fauché à onze ans par une voiture, Bastien perd l'usage de ses jambes. Son quotidien, fait d'immobilité, de silence et surtout de solitude, est bouleversé le jour où une jeune violoniste emménage dans un appartement voisin du sien.

  • Édouard, boutonneux, en mal de filles, est accro aux jeux vidéo. Obéissant au médecin qui lui prescrit de la marche à pied, Édouard va accepter un job de promeneur de chiens. C'est ainsi qu'il rencontre Princesse Butterfly, un yorkshire du sixième arrondissement, avec qui il va tisser une relation assez particulière. En effet, le chien lit dans ses pensées comme lui-même lit dans les pensées du chien. Et, peu à peu, l'animal va le coacher et lui expliquer comment s'y prendre en amour. D'abord réticent, voire mal à l'aise à l'idée d'écouter les conseils d'un clebs, Édouard va finir par jouer le jeu et affiner sa technique d'approche auprès de Nicoline, une copine de classe dont il est secrètement amoureux. Mais si les premiers résultats sont prometteurs, la suite l'est nettement moins...

  • Présentation, par un professionnel de la musique, de sa place dans les loges maçonniques, et de sa dimension initiatique, essentiellement apportée par Mozart.

  • Soupçons

    Hervé Mestron


    Soupçons, mensonges et révélations... le nouveau roman de Hervé Mestron, drôle et intriguant, qui explore avec beaucoup d'acuité les sentiments humains.

    James vient d'emménager avec sa mère à Valence, après s'être laissé - sans avoir vraiment le choix ! - convaincre par ses arguments : le nougat de Montélimar, les pistes de ski toutes proches, la mer à deux heures de voiture. Nouveau venu dans son collège, il est l'objet de tous les regards. Il faut dire que James a les cheveux très longs, qu'il coiffe d'une façon différente chaque matin. Pour ne rien arranger, il excelle dans toutes les matières, avoisinant le 20 sur 20. Au moment où les choses paraissent se tasser, où son statut de premier de la classe à queue de cheval semble enfin accepté, une succession d'événements bizarres et inexplicables vont semer le doute en lui.


  • Trois nouvelles bouleversantes sur la Première Guerre mondiale. Une écriture tout en finesse, teintée d'humour, pour décrire l'horreur de la guerre, mais aussi la force du souvenir.

    Le violoncelle poilu.
    Un violoncelle, instrument noble et délicat, se retrouve engagé malgré lui dans la Première Guerre mondiale, découvrant la boue des tranchées et la folie des hommes.
    Quoi de neuf depuis 14-18 ?
    Un petit garçon décide d'écrire noir sur blanc les souvenirs de son grand-père, hanté par un lourd secret.
    Derniers pets d'un fusil à baïonnette.
    Un fusil à baïonnette, désormais coincé dans un musée, redoute de devoir servir de nouveau, lors d'une reconstitution de tirs.

  • En général, la jalousie est un sentiment désagréable. Mais les héros d'Hervé Mestron ne font jamais rien comme tout le monde...
    Gaston est amoureux de Bella. Il lui écrit des lettres auxquelles elle ne répond pas, et dont il ignore si elle les lit ou pas. C'est leur secret. Un secret invisible et muet qui entoure leur étrange amitié. Ce qui est très visible, en revanche, c'est que Bella aime Diego, le play-boy de la classe. Et le jour où Diego se retrouve à l'hôpital, c'est bien sûr à Gaston que Bella demande de l'accompagner pour se rendre, bras dessus bras dessous, au chevet de celui dont il faut prendre soin.


  • Un roman mémorable, décapant, qui nous fait réfléchir à l'importance du regard des autres pour exister, à l'école, au savoir mais surtout au pouvoir des rencontres.

    Bruno est le cancre de la classe, le vrai, et fier de l'être. Jusqu'à ce que Madeline, une nouvelle élève mystérieuse, s'installe à côté de lui au dernier rang. Que cache donc cette jeune fille étrange, si sûre d'elle et cultivée, austère mais pourtant très lookée ? Obnubilé par cette question qui donne un sens inattendu à sa vie, Bruno oublie du jour au lendemain le rôle de guignol qui lui allait comme un gant.

  • Je sais, Bach et Mozart ce n'est pas pareil. À part que c'est de la musique quand même. Je ne fais plus de distinction. Ça ne vaut plus la peine. C'est un conseil que je pourrais donner aux autres qui jouent, n'en faites pas, de la distinction. Maintenant qu'on ne m'écoute plus, j'en profite pour dire ce que je pense. Avant, je ne pouvais pas, on m'aurait pris pour un cabotin. Vous savez, ces gens qui font des choses extraordinaires avec un air blasé. Mon juge, quand nous nous sommes rencontrés, vous m'avez avoué que vous écoutiez mon disque en famille. Le dernier sorti, les sonates et partitas de Bach. Depuis, votre fille veut apprendre le violon !

  • J'en rêve la nuit de cette princesse. Je n'exagère pas quand j'affirme que ses cheveux sont d'or, que son menton semble sculpté dans l'ivoire et que ses lèvres enduites d'un carmin sauvage évoquent les framboises que l'on trouve sur le bord de la route - quand on s'arrête pour faire pipi ou quand mon père veut fumer sa Gauloise. Et ces framboises-là, justement, ne sont pas consommables ; d'aucuns prétendent que leur poison pourrait freiner la croissance et même déclencher des troubles intestinaux. Parfois j'imagine mes lèvres contre les siennes. Ça chatouille et aussitôt quelque chose se met à vibrer en moi. C'est tout à fait nouveau comme impression, c'est attirant, magique, et défendu aussi. Alors forcément, je ne pense qu'à ça. Et puis il y a aussi le fait qu'elle soit riche. Il me semble que je pourrais, par le biais de promenades bucoliques, évaluer l'exact fossé qui nous sépare. Cette différence sociale qui parfois me pousse à me poser des questions aussi farfelues que : M. Morinelli trempe-t-il son pain dans la soupe de légumes (après y avoir versé un restant de vin rouge) ? Mme Morinelli y regarde-t-elle à deux fois avant d'acheter quelque chose ? Choisit-elle systématiquement les périodes de soldes, janvier février ?

  • Paul, employé dans une maison d'édition musicale, est témoin, à son insu, du meurtre d'un compositeur. Persécuté au téléphone par une voix anonyme, enfermé dans ses mensonges maladroits, son univers quotidien devient un cauchemar. À la manière d'Hitchcock, l'auteur tisse une histoire étrange et perverse, qui provoque chez le lecteur un insidieux malaise.

  • Je vais te présenter Jean-Marc. - Qui c'est ? - L'homme que j'aime. Nous allons vivre ensemble, tous les trois. - Tu veux dire, toi et moi, avec lui ? Mais je ne le connais même pas ! - Attends... Loïc n'a jamais connu son père. Il vit avec sa mère, jusqu'au jour où elle lui présente Jean-Marc. Malgré ses a priori, Loïc est agréablement surpris par l'intrus qui, de toute évidence, rend sa mère heureuse. Mais un jour, le garçon aperçoit Jean-Marc en compagnie d'une inconnue. Et lorsqu'une élève de l'établissement est retrouvée morte dans un terrain vague, Loïc ne voit qu'un coupable possible : son beau-père, dont la voiture rôde un peu trop souvent dans le quartier. À partir de 12 ans.

  • À Palma de Majorque aux Baléares, Le Furet rencontre deux jeunes, frère et soeur. Elle s'est enfuie d'un orphelinat de de la DDASS, lui est accusé à tort d'un meurtre. Le Furet remettra les deux fuyards sur le droit chemin et leur rendra la liberté.

  • Sur l'île de Cuba, Grand-mère Didi est morte, en laissant un trésor. Marion saura-t-elle faire parler Rico, le vieux perroquet ?

  • Youcef Hamadi, un jeune prodige du ballon rond, va connaître l'ascension de sa vie. Repéré par un club de Ligue 1, il obtient tout ce dont il a pu rêver, la célébrité, le loft dans les beaux quartiers, ses entrées dans les clubs les plus chics de la capitale et une rencontre mystérieuse avec une fille au charme redoutable, Gaëlle. Mais la consécration a un prix : le diktat de la performance physique, la pression et les rivalités sur le terrain, ou encore les journalistes lâchés à ses trousses. Devenu personnage public et produit marketing, tour à tour haï et adulé par la clameur de la foule, Youcef est incapable de reprendre le contrôle de son existence. Aspiré sur le terrain comme en dehors par un tourbillon que, bientôt, il ne maîtrisera plus...

  • La place du musicien dans la cité a-t-elle vraiment évolué depuis le XVIIIe siècle ? Quelle réalité se cache derrière le faste du concert ? Comment gérer la perversité d'un chef d'orchestre ? Est-il possible de combiner l'idéal de son art avec la loi du marché ? Dans ces nouvelles, les artistes s'allongent sur le divan pour nous offrir une symphonie intime et inédite.

empty