• Considéré par Paul Ricoeur comme l'« ouvrage qui reste sans conteste le plus important publié en Allemagne depuis Être et Temps de Heidegger », Vérité et méthode (1960) est le livre fondateur de l'herméneutique contemporaine. Refusant de réduire le problème de la compréhension à la cohérence du discours, Gadamer affirme ici que comprendre est avant tout une manière d'être au monde et pas seulement une méthode pour le connaître.

    Plus qu'une simple critique du positivisme, ce livre est l'expression du combat que se livrent la « vérité » et la « méthode ». L'auteur poursuit la lutte dans les trois champs successifs de notre lien esthétique aux oeuvres d'art, de notre lien historique aux héritages du passé, de notre lien langagierà l'ordre des signes et, à travers eux, à l'être-dit des choses.

    Édition intégrale établie par Pierre Fruchon, Jean Grondin et Gilbert Merlio.

  • Partagé entre l'admiration et le malaise devant l'oeuvre de Nietzsche, Hans Georg Gadamer explique, en s'attachant particulièrement au Zarathoustra, pourquoi ce philosophe reste une provocation pour tout penseur d'aujourd'hui. A la difficulté de l'analyse conceptuelle vient s'ajouter la quasi-impossibilité de l'intégrer dans la continuité de la tradition philosophique. Le coeur du problème, d'après Gadamer, réside dans l'articulation de ces deux concepts apparemment antagonistes que sont volonté de puissance et éternel retour.

    Suivi de Nietzsche et nous, entretien entre Theodor W. Adorno, Max Horkheimer et Hans-Georg Gadamer.

  • Par « conscience historique », nous entendons la conscience de l'historicité de tout présent et de la rivalité de toutes les opinions. L'apparition d'une telle prise de conscience est vraisemblablement la révolution la plus importante que nous ayons subie depuis l'avènement de l'époque moderne.

    Sa portée spirituelle dépasse probablement celle que nous reconnaissons aux réalisations des sciences de la nature, qui ont si visiblement transformé la face de noter planète. La conscience historique est un privilège, peut-être même un fardeau, tel qu'il n'en a jamais été imposé à aucune des générations antérieures. Personne ne pourrait plus se soustraire actuellement à la réflexivité qui caractérise l'esprit moderne.

    Dorénavant, il serait absurde de se confiner dans la naïveté et les limites rassurantes d'une tradition fermée sur elle-même.

    Ce comportement réflexif vis-à-vis de la tradition s'appelle interprétation.

    H.-G. G.

  • "Il s'agit ici du commencement de la philosophie grecque, c'est-à-dire de celui de la culture occidentale.
    Un tel thème ne présente pas simplement un intérêt historique. Il concerne des problèmes actuels de notre culture, qui se trouve dans une phase de bouleversement fondamentale, mais aussi d'incertitude et de manque d'assurance en elle-même. L'interrogation des Présocratiques contribue donc à la compréhension de notre propre destin, qui commence précisément avec la philosophie et la science grecques, au temps où, dans l'espace méditerranéen, s'amorce la prépondérance maritime et commerciale de la Grèce.
    Voilà le sujet que je me propose de traiter, dans certaines limites il est vrai et sans prétendre l'épuiser. Car une entreprise de cette sorte ne prend jamais fin en accédant au terme que l'on se proposait d'atteindre." (H.-G. Gadamer)

  • Ce livre fait partie de la courte liste des ouvrages philosophiques publiés par des centenaires.
    Il est en effet paru le jour même du centième anniversaire de Gadamer, le 11 février 2000. L'auteur y revient à son thème de prédilection, celui de l'herméneutique, qu'il avait si profondément renouvelé dans son oeuvre maîtresse Vérité et méthode (1960). Mais les accents ont changé. Là où il était question des préjugés des Lumières, il y va maintenant du destin de la révolution industrielle et de la globalisation de la rationalité occidentale.
    Alors que les sciences humaines étaient encore abordées sous l'angle de la méthode en 1960, c'est leur apport à l'avenir de l'Europe qui sera ici souligné. Là où il s'agissait de la prétention de connaissance de l'oeuvre d'art, il est davantage question de la " transcendance " de l'art, mais aussi de la métaphysique, dont les sciences humaines ont repris l'héritage. Tout en abordant des questions centrales de la pensée contemporaine - l'héritage des Grecs, Heidegger et la fin de la philosophie, Nietzsche et la métaphysique -, le maître de l'herméneutique livre ici ses dernières réflexions sur des thèmes qui lui tiennent à coeur, comme ceux de l'art et de la poésie, de la reconnaissance et de l'humanisme, de l'amitié et de l'écoute.
    " L'herméneutique ", dira Gadamer, " est la théorie selon laquelle nous devons apprendre à écouter ".

  • Difficile de trouver auteur mieux placé que Hans-Georg Gadamer (1900-2002) pour présenter à la première personne une rétrospective de la pensée herméneutique.
    Ce livre est donc celui qu'il faut lire si l'on veut comprendre tout le sens de l'herméneutique et de Vérité et méthode. Gadamer y expose en effet ses inspirations proprement philosophiques comme il ne l'a fait nulle part ailleurs. Il part ici des travaux de jeunesse de son maître Heidegger afin d'introduire à ce qu'il appelle le " tournant herméneutique ", dont son oeuvre se veut l'un des aboutissements les plus conséquents.
    La puissante rétrospective qu'il propose ici nous aide à voir que " la phénoménologie, l'herméneutique et la métaphysique ne sont pas trois points de vue philosophiques différents, mais bien l'expression de ce qu'est la philosophie elle-même ".

  • La philosophie est herméneutique parce que son effort essentiel en est un de compréhension, même s'il est clair que son exercice se heurte à des limites infranchissables, dictées par l'incompréhensibilité radicale de la mort et du mal.
    Mais c'est encore de ces limites que naissent le besoin et la pratique de la philosophie. si la philosophie ne peut être qu'herméneutique, c'est que son sujet, que nous sommes, est déjà tel qu'il interprète toujours son monde et s'interprète lui-même. ce que la philosophie cherche à penser, c'est cette herméneutique qui se situe au coeur même de l'existence.
    Dans le sillage tracé par dilthey, husserl et heidegger, cette herméneutique a trouvé sa plus récente expression théorique dans l'oeuvre de hans-georg gadamer.
    Cet ouvrage rassemble quelques-uns des jalons les plus décisifs de son chemin de pensée, depuis ses années d'apprentissage auprès de heidegger et à l'école des grecs, jusqu'à ses derniers écrits sur l'histoire de la métaphysique, la déconstruction, les limites du langage et l'europe. à l'heure oú la prétention hégémonique de la science occidentale se trouve mise en question, l'herméneutique se recommande comme une pensée du dialogue et de l'écoute.
    Car son seul principe tient en ceci : tout dialogue se fonde sur l'idée que c'est peut-être l'autre qui a raison. si l'herméneutique doit s'opposer au triomphalisme de la science moderne, ce n'est que pour rappeler, suivant socrate, que toute sagesse repose sur la reconnaissance de sa propre ignorance.
    J. g.

  • Ce recueil présente un ensemble de conférences prononcées par H.U Gadamer devant des médecins.
    Il y aborde la question de la santé et confronte la pratique médicale au discours scientifique. La santé se définit toujours négativement par opposition à la pathologie et à la maladie. Si elle est ce vers quoi tendent la pratique et le discours médical, elle est aussi le point où ils s'interrompent : la santé est un état en creux qui échappe aux différents discours sur l'homme. Le silence qui entoure cette question peut être considéré comme un symptôme révélateur de la connaissance que l'homme a de lui-même.
    La question de la santé est ici posée en termes épistémologiques, mais aussi sociologiques, politiques, culturels et éthiques; Gadamer parle de la nature des discours qui lui sont consacrés, il interroge les mots à la lumière des pratiques. Confrontant les points de vue, il réaffirme, à l'instar des Grecs, la nécessité d'un savoir global pour restaurer une dimension humaine à la pratique médicale.

  • Dans ce livre, Hans-Georg Gadamer. (l 900-2002), l'un des philosophes allemands les plus importants du XXe siècle; nous offre un abrégé vivant d'une somme philosophique en la replaçant à l'horizon de l'Europe en train de se faire.

empty