• Novembre 1896, onze mois jour pour jour après la naissance, en France, du cinéma, par les frères Lumière, les Égyptiens assistent, pour la première fois, dans le H'mam Schneider, à une projection de courts métrages passés depuis dans l'Histoire : "L'arrivée d'un train en gare de La Ciotat", "L'arroseur arrosé", etc. Cette année 1997, Youssef Chahine se voyait décerner le Prix du cinquantième Festival de Cannes pour son film "Le destin" et l'ensemble de son oeuvre. Un siècle sépare ces deux dates, qui a fait du cinéma égyptien l'un des plus riches et des plus productifs de la planète. Cinéma politique, cinéma social, comédies musicales, films populaires ou films historiques, l'éventail est large et les grands réalisateurs nombreux : Weddad Orfi, Kamal Salim, Ahmed Badrakhan, Salah Abou Seif, Tawfiq Salah, Henry Barakat et, bien entenu, Youssef Chahine. Cinéma structuré, socialisé, il a toujours ouvert ses portes aux femmes, comme Aziza Amir, Assia, Fatima Rochedi. Une grande richesse et, pour le lecteur, une grande surprise.

empty