• Le conflit en Syrie s'enfonce dans l'affrontement entre la Russie et la Turquie, et l'écho des massacres de Paris ne s'est pas encore tu. Avec son fardeau de morts, le terrorisme réactionnaire a frappé une capitale qui s'est affirmée dans l'histoire comme l'intellect politique de l'Europe, mais qui a également mené, durant deux siècles, sa politique méditerranéenne en Afrique du Nord et au Proche-Orient, en concurrence ou en accord, au fil des décennies, avec l'empire britannique, l'empire russe, et les impérialismes italien, allemand et américain. D'autre part, les attentats de Paris sont un fragment de la déflagration au Moyen-Orient, où l'arme terroriste est monnaie courante dans la confrontation régionale.
    En plus de l'étude du développement capitaliste et des luttes politiques en Turquie, en Iran, au Pakistan et en Arabie saoudite, ce texte recueille le parcours d'analyse qui a accompagné, au cours de ces années, les événements des « printemps arabes » et leur échec dans la confrontation moyen-orientale. Il y a quatre ans, au moment du déclenchement de la crise en Libye, la prévision de ce qui serait arrivée ne fut pas ardue. Nous écrivions : « Au Moyen-Orient, il est presque de règle que les guerres civiles deviennent le point de départ de guerre entre les États. » Depuis, quatre conflits, en Libye, au Mali, en Syrie et au Yémen, ont confirmé cette loi de mouvement, réduisant en poussière la rhétorique démocratique qui avait accompagné ces bouleversements politiques.
    La guerre en Syrie marque la fin des équilibres de balance garantis par la puissance américaine au Moyen-Orient. La Russie refait son entrée dans la région, positionnée aux côté du régime d'Assad, et l'Europe revient à l'initiative politico-militaire, avec l'intervention militaire de la France et du Royaume-Uni, mais également des rôles pour l'Allemagne et l'Italie. En toile de fond, la mutation des liens énergétiques, tout comme celle de la balance globale, impliquent la Chine et l'Inde, et il est impensable qu'une nouvelle configuration régionale ne prenne pas en compte les deux géants asiatiques.

    Il y a un peu moins d'un an, nous avons écrit que la crise voyait à l'oeuvre les « trafiquants de peur », celle fabriquée par le « terrorisme réactionnaire » et celle agitée en retour « aussi bien par le populisme xénophobe, pour des calculs électoraux de boutiquier, que par l'européisme impérialiste, ravi de l'occasion d'expérimenter ses idéologies de masse, aussi bien celles de l'Europe forteresse que les mythes revisités du choc des civilisations ». Nous ajoutons que, avec la progression de la crise, la défaite catastrophique de leurs théories et de leurs idéologies précédentes est devenue encore plus éclatante.

    L'internationalisme communiste est une nécessité. L'ordre scientifique de la théorie marxiste est sans égal.

  • Sobre los escombros de Alepo - el nuevo simbolo trágico de la barbarie imperialista que puntualmente se acompaña con la cinica lógica de reparto entre la potencias - se ha abierto un nuevo capitulo del sangriento conflicto que flagela a Siria ya desde hace más de cinco años. Mientras tanto, después Paris, el terrorismo reaccionario ha extendido su carga mortal tambien a Bruselas, Niza, Múnich, Berlin y Estambul. Multiplicando asi las semillas envenenadas de aquella politica mediterránea realizada durante dos siglos, tanto en el Norte de África como en Levante, por la propia Francia, en competencia o en acuerdo durante décadas con el imperio inglés, con el ruso y con el imperialismo italiano, aléman y americano.

empty