Arts et spectacles

  • Dans la vie d'une personne, d'un groupe, d'une ville, il y a toujours, à chaque instant, plusieurs futurs possibles. S'il n'en advient qu'un seul, cela n'en signifie pas moins qu'il y a eu plusieurs passés plausibles. C'est l'un de ces passés qu'explore Rennes dans l'Arène. Supposons qu'au début des années 1990, un changement radical dans les politiques de la ville assigne à Rennes la perspective de devenir l'une des trois grandes métropoles de l'Hexagone. On voit alors démarrer, à la fin de ces mêmes années, un projet de ville nouvelle, Ker-Ille, extension prestigieuse de Rennes, à laquelle un afflux considérable de capitaux russes vient donner un coup d'accélérateur. Le coeur de cette conurbation - est déjà au moment où commence l'action - un centre international de recherches et d'applications sur les nanotechnologies. C'est ainsi que durant l'été 2001, l'officier de Police Judiciaire Edmonde Millin, fraîchement mutée à Rennes est doit affronter, à travers l'enquête financière dont elle a la charge, un puissant et assez glauque lobby franco-russe. Lequel est lui-même confronté, alors que le chantier s'emballe, à un noyau d'habitants irréductibles, ainsi que ses propres conflits internes. Et si en plus les ponts se mettent à sauter et les Tchétchènes à s'énerver, alors bonjour les dégâts...

empty