• Cadavres noirs

    Gérard Prunier

    « Si vous êtes mort, vous avez intérêt à être blanc. Pourquoi ? Parce que si vous êtes noir, vous risquez d'avoir disparu avant qu'on ne vous remarque et surtout avant qu'on ne vous compte. » Notre aveuglement devant les cadavres noirs des guerres et malheurs de l'Afrique, hors de la perspective humanitaire, témoigne du refus occidental de regarder en face le monde dans lequel nous vivons. La tragédie du continent africain ne se situe pas dans un immense lamento pour un passé brutal, mais bien dans le silence assourdissant à l'égard de la réalité quotidienne du monde noir. Si les crimes et les génocides qui ont marqué l'histoire contemporaine de l'Afrique nous touchent si peu, c'est que leurs victimes - si nombreuses mais pour autant pas innombrables - n'avaient eu droit de leur vivant qu'à notre indifférence. Les vies qui ne comptent pas font les morts qu'on ne compte pas.
    Dans cet essai incisif et documenté, l'historien Gérard Prunier s'appuie sur sa connaissance et son expérience du continent africain pour nous interpeller sur cette forme ultime de déni d'humanité.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Rwanda : le génocide

    Gérard Prunier

    • Dagorno
    • 26 Août 1998

    " quand il eut écrit ce livre à la fin de 1994, quelques mois après les massacres des tutsis par les hutus et la prise de pouvoir par le front patriotique rwandais (fpr), gérard prunier ne trouva pas d'éditeur en france.
    Difficile de penser qu'on ne s'y intéressât pas, dans un pays ayant joué un rôle non négligeable dans les événements. était-ce alors la position très critique adoptée par l'auteur par rapport à la politique française qui l'obligea à publier d'abord en anglais ? [. ] chercheur au cnrs, spécialiste d'histoire africaine, expert du parti socialiste, l'auteur a brièvement appartenu à la cellule de crise constituée au ministère de la défense autour de françois léotard lors de l'opération turquoise.
    [. ] cette fréquentation du pouvoir à l'été 1994 ne l'empêche pas de dénoncer avec virulence la thèse du "double génocide" propagée par les autorités françaises, et en particulier par françois mitterrand, pour justifier - après bien des hésitations - une opération "humanitaire", renvoyant dos à dos massacreurs et victimes, puis pour expliquer une attitude méfiante à l'égard du nouveau pouvoir politique rwandais.
    " daniel vernet, le monde, 11 décembre 1997.

  • Depuis février 2003, le Darfour, province orientale du Soudan jouxtant le Tchad est le théâtre de massacres épouvantables suivis d'une famine largement programmée par l'action des autorités gouvernementales.
    Génocide ou pas ? La communauté internationale s'interroge mais, en attendant, la population meurt. L'ouvrage de Gérard Prunier remonte dans le temps pour expliquer ce qu'a été le Darfour, pays indépendant du Soudan jusqu'en 1916. Il montre comment il a été marginalisé sur tous les plans tant pendant la période coloniale que du fait des gouvernements qui ont suivi l'indépendance en 1956. La révolte du Darfour et la violence de la répression qui a suivi ont fait exploser le mythe des guerres " religieuses " au Soudan puisqu'ici tout le monde, tueurs et victimes, est musulman.
    Pour l'auteur, il s'agit d'une guerre de races, d'autant plus paradoxale que les " Arabes " sont noirs et les Noirs souvent arabophones. Mais Khartoum espère garder le contrôle d'une périphérie qui lui fait désormais peur en dressant les unes contre les autres des tribus qui avaient jusque-là vécu dans des rapports parfois tendus mais jamais destructeurs. Génocide " ambigu ", la crise du Darfour est à l'image des déchirements de l'Afrique contemporaine, dans un pays qui est en train de devenir l'un des plus gros producteurs pétroliers du continent.
    Ce livre paraît conjointement en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

empty