• Entre génocide et dictature, redécouvrez l'histoire du Cambodge ! Qui d'autre que François Ponchaud, auteur de l'inoubliable Cambdoge année zéro (paru en 1977), pouvait à ce point « résumer » la très riche histoire d'un des pays les plus attachants de l'Asie du Sud-Est, depuis l'époque mythique des bâtisseurs d'Angkor, jusqu'à la difficile reconstruction après le drame des Khmers rouges ? Sans minimiser non plus les enjeux contemporains. Il faut dire que ce prêtre pas comme les autres vit sur place depuis 1965, et que chaque jour qui passe est le témoin de ses multiples engagements aux côtés de la population... Il a lui-même appris le khmer pour mieux s'imprégner des subtilités de cette civilisation, et, accessoirement, traduire la Bible dans cette langue. Cet essai historique, richement documenté, nous est livré par un témoin privilégié de la culture cambodgienne. EXTRAIT "Eau et Terre", c'est ainsi que les Khmers désignent le pays qui les a vus naître. Où finit l'eau ? Où commence la terre ferme ? On ne l'a jamais bien su, et on ne le sait toujours pas. Chaque année, les eaux boueuses du Mékong descendent du Tibet, inondent la vaste dépression située au centre de la péninsule indochinoise et y déposent leur limon fertile. À l'est de cette cuvette, les contreforts de la cordillère annamitique ralentissent la course des nuages de la mousson. À l'ouest, la chaîne des Cardamomes interdit, l'accès à la mer, et au nord, celle des Dangrek forme une muraille en partie infranchissable. Seul le sud-est s'ouvre vers la mer, à travers le Vietnam ; une trouée entre la chaîne des Cardamomes et celle des Dangrek, au nord-ouest, offre un passage vers la Thaïlande. Au centre, le Tonlé Sap, le « fleuve d'eau douce », vestige d'un ancien golfe, constitue un véritable vivier où se reproduit une multitude d'espèces de poissons, dont certaines, proches des coelacanthes préhistoriques, ont totalement disparu dans les autres parties du monde. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE Une histoire riche, donc, décrite avec tout l'amour (et donc la partialité) que l'auteur a pour ce petit pays du Cambodge qui a tant souffert. [...] L'édition est très bien faite, agrémentée de quelques cartes et de notes de bas de pages pertinentes. - Cyril, Babelio À PROPOS DE L'AUTEUR François Ponchaud est prêtre des Missions étrangères. En 1975, dans les locaux de l'ambassade de France, il vit douloureusement la prise de pouvoir des Khmers rouges à Phnom Penh, qui vident la capitale de tous ses habitants en quelques heures. En 2013, il a témoigné aux procès des dirigeants encore vivants. Aucune péripétie de l'histoire de ce pays ne lui est étrangère.

  • Témoin oculaire de la prise de Phnom Penh, François Ponchaud nous fait revivre les péripéties d'une révolution qualifiée de fascinante, de terrifiante : entrée des Khmers rouges, exode forcé de toute la population. Il évoque ensuite la prise du pouvoir dans les provinces, la désertion des villes et des bourgades...

  • Un témoignage passionnant sur la vie au pays des Khmers rouges. Enfant d'une famille modeste mais heureuse, brillant à l'école, François Ponchaud grandit avec le destin tout tracé de devenir prêtre, chez lui, en Savoie. Mais la vie s'en mêle. Un temps parachutiste pendant la guerre d'Algérie, son karma de missionnaire l'envoie au Cambodge pour une longue histoire d'amour. L'homme est passionné, toujours en action, entre rébellion contre l'injustice, d'où qu'elle vienne, et compassion pour les faibles. En 1977, le père Ponchaud est le premier à dénoncer le crime inouï des Khmers rouges avec Cambodge année zéro. Il est le témoin stupéfait de ce moment dramatique de l'Histoire, mais son livre se heurte à l'incompréhension du monde. Au fil d'entretiens menés en France et au Cambodge par Dane Cuypers, auteure de Tourments et merveilles en pays khmer (Actes Sud, 2009), la personnalité et l'engagement de ce missionnaire pas comme les autres se dévoilent : avec ses colères contre l'arrogance des puissants, avec son infini amour pour le peuple des rizières, avec les exigences de son apostolat chrétien en milieu bouddhiste, avec la gageure intellectuelle de traduire la Bible en khmer... Lorsqu'il parle du Cambodge où il vit depuis 1965, François Ponchaud sait de quoi il parle. Il aborde sans détour les sujets les plus délicats, dans le seul but de redonner aux Cambodgiens qu'il côtoie la dignité de l'existence. Pour qui s'intéresse à ce pays parmi les plus attachants du monde, ce livre est peut-être le meilleur des guides par l'un de ses plus fins observateurs. Laissez-vous guider par François Ponchaud, prêtre parti vivre au Cambodge depuis 1965, et découvrez le pays autrement ! EXTRAIT Je crois que le secret de l'attirance exercée par le peuple khmer réside dans la qualité de ses relations humaines qui priment sur tout. [...] Pour dire « bonjour », on peut également dire «êtes-vous heureux-en bonne santé-ou-non ? », ou bien « où allez-vous ? » pour montrer qu'on s'intéresse à l'autre. Dans mes premières semaines d'apprentissage du khmer, quand j'allais à Phnom Penh, tous ceux que je croisais me demandaient : « Où allez-vous ? » À la première personne, je répondais : « Je vais à Phnom Penh ». À la seconde : « Je vais à Phnom Penh ». La troisième personne commençait à m'énerver, car il n'y avait pas d'autre destination possible : « C'est évident, je vais à Phnom Penh ! » Je n'avais pas compris cette façon polie de s'intéresser à moi. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE Mêlant l'analyse politique au jour le jour à la connaissance profonde de la spiritualité bouddhique, François Ponchaud fait dans ce dernier livre ce que seuls les grands témoins peuvent faire, du haut de leur expérience et de leurs années passées, non à parler, mais à écouter : raconter l'âme d'un grand peuple blessé. - Richard Werly, Gavroche François Ponchaud sait mieux que quiconque raconter l'histoire du Cambodge et ses tourments. - Le sourire de Sourn À PROPOS DES AUTEURS François Ponchaud est prêtre des Missions étrangères. En 1975, dans les locaux de l'ambassade de France, il vit douloureusement la prise de pouvoir des Khmers rouges à Phnom Penh, qui vident la capitale de tous ses habitants en quelques heures. En 2013, il a témoigné aux procès des dirigeants encore vivants. Aucune péripétie de l'histoire de ce pays ne lui est étrangère. Dane Cuypers est journaliste, écrivain et formatrice au CFPJ, le centre de formation des journalistes. Elle est spécialisée dans les interviews de grandes personnalités, comme Françoise Giroud, Elisabeth Badinter ou Edgar Morin. Sa pièce de théâtre Un jour à Grazalema a été récompensée par le Prix d'Ecriture Théâtrale 2009.

empty