• L'histoire de L'Homme aux yeux de diamant se déroule entre l'Europe et les USA dans le milieu des diamantaires et celui des commanditaires de crimes souterrains. Elisabeth Clark fut l'héroïne des trois romans à succès de Christine Arnothy parus sous le nom de William Dickinson dans la collection « Spécial Suspense » d'Albin Michel. « Sous ce pseudonyme, je me sentais plus libre d'écrire une aventure plus anglo-saxonne que française, avec à l'arrière-plan New York et Las Vegas », explique Christine Arnothy.
    Elle n'a jamais été aussi proche de son roman à grand succès Vent africain qu'avec ce roman inédit, où elle raconte l'existence passionnante d'un marchand de pierres précieuses qui risque jusqu'à sa vie pour acquérir les « Yeux », deux diamants de cinquante carats chargés de légendes. Souvent le sang couleur rubis coule, les intrigues se nouent et créent une tension incessante. Et les crimes, même les plus sophistiqués, ne sont jamais parfaits...
    Cette aventure littéraire révèle l'extrême diversité du talent de Christine Arnothy. Ses personnages sont tous des victimes et des héros d'un double et éternel fantasme : l'argent et le pouvoir.

  • J'aime la vie

    Christine Arnothy

    • Grasset
    • 24 Août 1976

    Un homme comblé par la vie ; une organisatrice de plaisirs qui attend encore d'être comblée ; un adolescent qui fait l'apprentissage des mystérieuses choses de la vie ; et une femme écorchée, pourtant adorant la vie, volant tel un oiseau sauvage d'un pays à l'autre, en un exil toujours recommencé... Entre ces quatre personnages, dans l'espace clos de ce quatuor, se joue une énigmatique tragédie : davantage qu'une musique de chambre, une symphonie achevée où la vie, la liberté et la pureté sont - pourraient être - plus forts que l'argent.

    L'intrigue ? Elle a la cruauté des grands drames classiques et la tendresse des plus belles histoires d'amour. Un homme riche demande à une liaison de jadis de trouver une jeune femme, toute de luxe et de volupté, pour la première nuit de son fils, Gabriel. Le sort - ou le destin - désigneront la belle Kitsch, call-girl comme on se suicide, qui se donne pour se punir, et comme pour oublier le lourd et redoutable secret qui depuis longtemps la ronge... Gabriel saura-t-il ? Kitsch dira-t-elle ? Ou la mort, une fois de plus, fauchera-t-elle un bonheur naissant ?

  • Née à Budapest (Hongrie), Christine Arnothy, tout en faisant de solides études classiques, se passionne dès l'enfance pour la littérature et la langue françaises. C'est ainsi qu'elle vient tout naturellement se fixer en France quand, avec ses parents, passant la frontière à pied, elle quitte la Hongrie. Les seuls biens qu'elle emporte avec elle sont, cousus dans son manteau, les feuillets qu'elle a écrits tandis qu'elle vivait la guerre à Budapest. Ces feuillets du temps du siège seront publiés sous le titre : J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir. Le Grand Prix Vérité a couronné ce récit unanimement célébré par la critique, traduit dans le monde entier et devenu livre scolaire dans plusieurs pays. En 1957, paraîtra une suite autobiographique : Il n'est pas si facile de vivre. Christine Arnothy commence alors une brillante carrière d'écrivain français, notamment avec ses romans : Le Cardinal prisonnier, La Saison des Américains, Le Jardin noir (Prix des Quatre Jurys), Aviva, Chiche !, Un type merveilleux, J'aime la vie, Le Bonheur d'une manière ou d'une autre et avec un recueil de nouvelles : Le Cavalier mongol (Grand Prix de la Nouvelle de l'Académie française). Christine Arnothy a également écrit pour le théâtre, ainsi que des oeuvres pour la radio et la télévision. Elle a publié un pamphlet sous le titre : Lettre ouverte aux rois nus. Son nouveau roman : Toutes les chances plus une est paru en septembre 1980.

  • Lisa a vingt et un ans. Elle a connu Laurent Jay, député, lors d'une réunion internationale à Genève, où elle travaillait comme interprète. Laurent Jay, ambitieux, séduisant, charmeur, se trouve, à cause du départ de sa femme - coéquipière intelligente dans un mariage de raison -, disponible, juste quelques mois avant la campagne électorale. Il croit installer Lisa provisoirement dans sa vie, c'est elle qui s'installe dans la conscience de Laurent. Pendant que Laurent est porté vers le Pouvoir par l'indéfinissable volonté de la France, il tente d'apprendre, d'une fille de vingt et un ans, ce que veut dire : oser vivre. Christine Arnothy analyse d'une manière superbe les relations d'un homme, devenu une "bête politique", avec le monde qui l'entoure : sa femme, ses conseillers, l'opinion publique et surtout lui-même, amoureux fou d'un pouvoir à conquérir. Il y a aussi la panique d'aimer, la crainte d'éprouver un vrai sentiment : l'amour rend dépendant comme l'argent. {Toutes les chances plus une} n'est pas seulement le roman d'un couple lié par l'ambition mais aussi celui d'une fille d'aujourd'hui, libre, équilibrée, courageuse et qui lutte pour le bonheur comme une pionnière.

  • Désert brûlant

    Christine Arnothy

    • Grasset
    • 7 Octobre 1992

    50 000 dollars pour accompagner Jennifer von Hagen, 19 ans, du château paternel en Bavière à la résidence américaine de sa mère aujourd'hui divorcée, c'est le contrat offert à Grégory Walster par un avocat d'affaires qu'il a connu à Boston lors de ses études. Grégory, désemparé, accepte : il vient de compromettre sa propre carrière d'avocat en témoignant à charge dans le procès Santos, un magnat impliqué dans une combine de blanchiment d'argent. A l'occasion de la réception qui leur permet d'être présentés l'un à l'autre, la jeune fille tombe dans les bras de Grégory, tandis que Marie-Sophie, la cadette, meurt en voiture. Selon les experts, l'accident serait dû à un sabotage. Pendant le trajet vers les Etats-Unis, Grégory apprend de Jenny qu'elle est une enfant adoptée dans de curieuses circonstances. Et sur le yacht à bord duquel les reçoit la mère, celle-ci demande au jeune avocat de protéger sa fille qui, selon elle, court les plus grands dangers. Qui peut bien en vouloir à Jennifer et qui manipule ainsi Grégory ? Harry Bolton, l'avocat international et conseiller de la famille von Hagen ? Le comte von Hagen lui-même ? La mère de Jennifer, croqueuse de fortunes ? Miguel Alvarez, l'ami en titre de cette dernière, mais ami aussi du fameux Santos ? Comme dit Christine Arnothy, "chaque vie a son propre mystère. Il suffit d'avoir l'instinct pour la déchiffrer".

  • Vent africain

    Christine Arnothy

    • Grasset
    • 15 Février 1989

    Même ici, dans mon bureau calfeutré, en haut d'un gratte-ciel où mes secrétaires osent à peine entrer pour m'annoncer les appels insistants d'un inconnu, je traîne un cadavre dans ma conscience et l'Afrique dans ma tête. Des images me persécutent. La savane, la migration des animaux sauvages, un palais en argile, comme dans un rêve, pourtant tout était vrai.

    A chaque crise de panique, je dresse un bilan. Je suis un ingénieur chimiste français de trente-sept ans, un bourreau de travail, veuf, je voue au souvenir de ma femme, arrachée si brutalement à ce bas monde, une fidélité exemplaire. Je suis son légataire universel, il reste trois jours de délai imposé par son testament, et j'entrerai enfin en possession de l'une des grandes fortunes des USA. L'homme qui me relance sait quelque chose, il veut me faire chanter, mais pourquoi a-t-il attendu un an ? Plutôt mourir que d'être tenu en laisse pendant toute une existence... Je ne céderai pas. Qu'importe ! J'aurai vécu plusieurs vies, et des moments somptueux, uniques. Et parce que tout se paye...

  • Henri et Adam, émigrés trente ans plus tôt au bout du monde, prennent le vol Sydney-Paris le 19 décembre 1999. Henri, traité jadis comme un bon à rien par sa famille, avait choisi de fuir en Australie. Il revient en France, déterminé à éblouir ceux qui l'ont piétiné et, en utilisant sa fortune pour les faire souffrir, à prendre sa revanche. Adam, informaticien de haut niveau, a été dépossédé d'un programme qui lui aurait assuré la renommée et l'argent. Lui, il rentre à Paris pour s'offrir un séjour de grand luxe. La ville sera à lui pendant deux semaines. Henri va passer quelques jours dans une ancienne maison à Marly. Adam a réservé dans un palace. Or, à la suite d'un changement de place dans l'avion, leurs destins vont s'entrechoquer. Trois femmes se trouveront mêlées à leur sort. Liz - dix-huit ans, délicieuse et roublarde ; Clotilde - vingt-neuf ans ; Eliane, en pleine reconquête de sa vie à quarante-neuf ans. Rien ne leur résiste, et surtout pas les hommes. Une extraordinaire tension nourrit chaque seconde de ce récit, dont l'action psychologique et physique avance au rythme de notre temps. Ce roman est dédié à tous ceux dont on a pillé l'imagination, volé les idées, parfois même l'honneur, donc la dignité, pour un profit sinon pour un malin plaisir. Pourtant, il arrive de récupérer les objets et les rêves dérobés, si l'on a la chance de vivre plus longtemps que le voleur.

  • Un paradis sur mesure

    Christine Arnothy

    • Grasset
    • 12 Janvier 1983

    Laurence, à trente ans, ne veut pas connaître la même vie que sa mère qui attend avec abnégation le retour d'un mari infidèle chronique. Aussi, le jour où elle découvre que son propre mari la trompe, se jette-t-elle à corps perdu dans une folle course au bonheur. Pour se venger, mais surtout pour retrouver la liberté auprès d'anciens camarades d'université elle, part pour les Etats-Unis, puis, au gré d'une étrange rencontre, pour les Caraïbes. L'aventure cherchée sera au rendez-vous, une aventure sans répit qui, de New York à Saint-Domingue, entraînera Laurence dans une histoire d'arnaque et de passion comme on ne peut en vivre qu'une dans son existence. Mais le départ de Laurence est aussi un signal pour Yolande, sa mère. Elle n'a pas cinquante ans et il est encore temps. Toujours belle, elle brise son carcan de vertu et de principes. Elle aussi prend le large et part pour Berne en quête du bonheur qu'elle avait refusé quelques années plus tôt sur une plage à Ibiza. Christine Arnothy, avec une rare maîtrise, nous entraîne dans les aventures parallèles de deux femmes, mère et fille, qui, simplement, décident de vivre. Mais ce roman est aussi une analyse nouvelle du couple, de la solitude, partagée ou non, de l'amour et de la liberté. Ce livre ne doit rien à la morale traditionnelle, il s'en dégage pourtant une leçon à méditer : nous sommes peut-être les artisans de notre propre enfer, mais nous sommes également capables de nous construire "un paradis sur mesure".

  • Les trouble-fête

    Christine Arnothy

    • Grasset
    • 3 Avril 1986

    Mais qui sont donc les trouble-fête ? Votre fille qui "casse la baraque" et choisit la liberté ? L'amant ou la maîtresse qui ne recherche auprès de vous que plaisir et confort ? Ou encore ce mari qui porte un intérêt soudain à une jeune et jolie femme qui vient d'emménager à l'étage au-dessus ? Ou vous-même ? Dans un immeuble d'une petite rue d'aspect provincial, derrière l'Arc de Triomphe, bonheurs anciens et solitudes toutes neuves se côtoient. Un va-et-vient de personnages incontrôlables perturbe l'existence des copropriétaires. Dans une atmosphère survoltée, une mère découvre peu à peu le passé de son fils disparu et se trouve au centre d'une sombre affaire et d'une poursuite qui s'engage. A travers ce drame, elle se libérera d'un trop-plein d'amour maternel et deviendra adulte à son tour. Dans ce roman, l'aventure, l'insolite, le drame et la tendresse vous courent après. Et toujours l'humour.

  • "Depuis la mort de mon père, astrophysicien, abattu dans une taverne de Vienne, mon destin a basculé. Je suis devenu un personnage à supprimer. Je reçois des lettres de menace. On me suit. La veille de mon départ de New York pour Vienne, une fille force la porte de mon cabinet médical : Carol prétend être amoureuse de mon père. "J'étais son élève. Je ne peux pas accepter sa mort. Vous, son fils, vous êtes médecin. Vous devez m'aider, je suis une personne en danger." Je l'ai prise dans mon existence comme on ramasse une auto-stoppeuse. Pour reconstituer la vérité parcelle après parcelle, j'allais parcourir le monde avec elle, traverser Vienne, Salzbourg, la Thaïlande et découvrir le mystère de Miami Beach. Lorsqu'on voyage avec son propre destin, avec Carol dont le regard n'est que douceur et le corps tentation, il est évident qu'on tombe amoureux, même si elle représente tous les dangers. Alors seul le hasard peut vous sauver, ou la chance. J'ai toujours réussi à m'agripper à la chance... A l'attraper comme un train en marche. La preuve. J'écris ces lignes, donc j'existe. Mais pour combien de temps ?"

  • Thomas s'arrêta devant l'immeuble du Centre de vacances. Le visage offert à la pluie, il contempla la façade en verre, les lettres au néon imitant une sage écriture d'antan, l'enseigne du Club en bleu pâle : "Le bonheur d'une manière ou d'une autre". Avec les neuf kilos d'explosifs dans le sac qu'il portait à la main, Thomas s'enivrait de l'asphyxie parisienne au goût d'essence. Son aspect jeune camouflait ses quarante-huit ans. Thomas Koenig, ingénieur chimiste d'origine hongroise, a choisi le Club comme couverture. Il pense pouvoir ainsi échapper aux contrôles de toutes sortes et arriver jusqu'à Assouan. Thomas part d'Orly avec un joyeux groupe de touristes. Parmi eux, une Genevoise avec son amant français, une danseuse de music-hall new-yorkaise, une Française du Midi et une laborantine parisienne, tous à la recherche de l'évasion qu'apporte la "société des loisirs" avec ses joies organisées.

    Parce que l'avion qui les mène au Caire doit faire une escale imprévue à Nice, un ancien des services secrets israéliens aperçoit le visage de Thomas. La mémoire prodigieuse de Samuel se met en marche. Il a vu Thomas jadis et il va tenter de redécouvrir l'homme qu'il a connu. C'est le début de l'Affaire Koenig. Une fabuleuse poursuite s'engage. Une course contre le temps. C'est aussi la traversée de l'Egypte, pendant laquelle le groupe déborde de gaieté, atteint son apothéose lors de la croisière sur le Nil. Le Nil, bleu de soleil où, dans une fantastique rencontre, s'affronteront l'homme et le barrage.

  • La célèbre comédienne Liliane Berg pleure au casino de Monte-Carlo. Plus ses jetons s'accumulent, plus elle s'abandonne au désespoir. Elle voudrait fuir sa chance. Son amant, comédien lui aussi - mais il a vingt ans de moins qu'elle - la regarde jouer et gagner. Pour Gabriel, Liliane est le symbole de la réussite. D'une trop grande réussite. Parfaite, brillante, superbe, elle l'agace. Auprès d'elle, il a l'impression d'être un raté. Si elle pouvait cesser d'exister... Il lui reste juste cette nuit pour agir.

  • L'Auteur : Écrivain de langue française, Christine Arnothy est née à Budapest (Hongrie). Elle est connue de millions de lecteurs depuis J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir, son autobiographie traduite dans le monde entier. Elle est l'auteur de plus de vingt romans. Dans ce nouveau roman, Christine Arnothy sonde les pulsions qui réveillent la haine et la jalousie. Pour la possession d'un enfant qui n'est plus objet d'amour, mais symbole de pouvoir. Pour la victoire sur l'autre, un couple serait-il capable de s'entretuer ? Pourtant, tout le récit est parcouru par un humour suscité par des situations insolites et, sans qu'on s'y attende, le bonheur finira par surgir et l'emporter... En ces temps difficiles et troubles, le nouveau roman de Christine Arnothy dépayse, entraîne, fascine et fait même sourire.

  • Le personnage principal de ce roman violent, tendu, énigmatique, plein d'un humour cruel, est un éditeur parisien. Un homme apparemment paisible. Il ne l'est pas.

    A la toute jeune femme qui lui apporte le manuscrit de son premier roman, l'éditeur au bord de la faillite, prêt à tout pour sauver sa maison, répond que les lecteurs préfèrent les enquêtes sur des faits divers bien sordides et surtout les confessions de vedettes, évoquant de préférence des drames de viol et d'inceste.

    Elle voudrait lui laisser son manuscrit, il le refuse. « Je le lirai peut-être un jour, dit-il, si vous me faites un livre bref, avec repérage sur le terrain, sur un meurtre célèbre en Haute-Savoie. » Géraldine le hait, mais si elle ne feint pas de s'accommoder au goût de ce petit industriel du papier, elle n'aura guère d'autre ouverture vers une publication. Géraldine construit un piège. Oui, elle va faire une enquête, mais sur l'éditeur. Le centre de cette action clandestine sera Senlis où celui-ci possède une vieille ferme transformée en forteresse. La jeune femme fait parler les voisins. Elle utilise la méthode conseillée par l'éditeur pour entrer dans un univers secret. Elle fait alors irruption dans un monde de ténèbres. Comprendra-t-elle à temps qu'il vaut mieux avoir la vie sauve qu'être publiée ?

    On peut évoquer une atmosphère à la Hitchcock, sinon à la Brian de Palma. Peut-être. Mais le monde noir et inquiétant de Christine Arnothy est éclairé par des éclats de rire. Ce roman passionnant s'adresse à un public avide d'évasion qui peut aussi se faire, grâce à ce miroir grossissant, une idée d'un certain milieu littéraire parisien.

    Sûre de son destin d'écrivain, Géraldine traverse la jungle de l'édition. L'époque décrite n'est pas glorieuse, mais peut être ici et là étonnamment pure, ne fût-ce que pour quelques secondes. Le temps de reprendre son souffle, pour continuer à lire.

  • ... Et si vous étiez cette jeune Française qui revient à Los Angeles pour réclamer un droit de visite pour son fils de sept ans ? Sa demande rejetée une nouvelle fois, elle décide de se suicider, créer ainsi un scandale et briser la carrière du célèbre réalisateur américain qui ne l avait épousée que pour son enfant.

    ... Et si vous étiez cette star internationale, sublime actrice de cinéma, mais dont la cote pourrait bientôt baisser ? Son nouveau contrat pour un grand film en projet n est pas encore signé. Elle s aventure dans les soussols de l hacienda que possède le réalisateur en Basse- Californie. Une preuve se cache dans les ténèbres. Voudrait-elle le faire chanter ?

    ... Et si vous étiez ce photographe français, un peu paumé, qui filme le suicide de sa compatriote pour vendre le reportage à un journal people ?

    ... Et si vous étiez jeté dans l oeil du cyclone qu est Hollywood pour y chercher la gloire, l argent, et n y trouver que la loi du « donnant donnant » , que feriezvous ?


    C est dans le nouveau roman de Christine Arnothy que vous trouverez les réponses et dans cette Californie où elle nous entraîne et qu elle connaît si bien. On entre avec elle dans le labyrinthe étincelant et scabreux du cinéma et des personnages qui y circulent, où chacun est prêt à perdre sa vie pour sauver ce qui lui est essentiel.


    Un subtil mélange d adrénaline et d oxygène

  • Nora triomphe dans la haute couture. Gérard mène brillamment sa carrière de négociateur international. Au milieu du tourbillon mondain et professionnel qui les emporte, ils cachent leur solitude et camouflent leurs chagrins. Nora et Gérard : deux êtres que l'existence a malmenés, qui ont réussi et raté, dont le parcours est si étrangement parallèle qu'on les croirait faits l'un pour l'autre. Vont-ils se rencontrer ? C'est une question de chance. Christine Arnothy porte sur ce thème apparemment simple un regard aigu qui en révèle toute la complexité. Avec l'humour qu'on lui connaît et une tendresse parfois déroutante, elle nous entraîne dans une histoire qui nous émeut car elle pourrait bien être la nôtre. Dans ce roman, on dit ce qu'on veut, on aime qui on veut et on casse l'hypocrisie. La vie est trop courte pour la passer à mentir.

  • Vingt ans après l´énorme succès de son roman Le Bonheur, d´une manière ou d´une autre, Christine Arnothy revient à l´un de ses thèmes favoris : les femmes et les hommes face au destin qu´ils choisissent.
    Parce que la vie dépend des chemins que l´on prend ou des portes que l´on ouvre, comment Alice, jeune femme pas du tout à la mode, va-t-elle survivre à un bizutage sexuel, piège tendu par son amie Hilda dans un somptueux appartement parisien ? Son désir de vengeance pourra-t-il être assouvi ?
    Et pourquoi Elly Schlossberg, tante d´Alice et milliardaire grâce à ses produits de beauté, est-elle si tourmentée par cette affaire ? Parce qu´elle veut défendre sa nièce ou protéger du scandale son ami, propriétaire de l´appartement où l´agression a eu lieu et ambassadeur qui veut s´engager dans la course à l´élection présidentielle de 2012 ?
    Quel rôle trouble joue encore l´Hôpital Central, établissement où nombre de médecins et d´étudiants étrangers apprennent leur métier en s´exerçant sur des patients vulnérables et fragiles ? Jérémy, génie de l´informatique cloué à son fauteuil roulant, et son amant Jonathan parviendront-ils à découvrir les origines de l´argent qui nourrit cette institution internationale et à faire que, un jour, enfin, les bourreaux devront se taire parce que les victimes parleront ?
    Dans ce grand roman sans seconde de répit et à la tension croissante, Christine Arnothy décrit avec force une époque et une humanité folles, car à la dérive.

  • « J'ai raté l'homme, dit Dieu à son fils. Tu dois retourner sur Terre et, avant la nuit qui précède l'an 2000, trouver un juste. Alors je sauverai le monde. A toi de faire entendre mon message. De quelle manière ? Cherche. » Voilà comment arriva en France, déposé au hasard par une force cosmique, un apatride de trente-trois ans nommé Jean Lemessie. Confronté à un peuple en plein désarroi, arrivera-t-il à remplir sa mission ? Quel sera son deuxième destin ? De ce roman, totalement différent de ce qu'elle a écrit jusqu'ici, Christine Arnothy nous dit : « J'ai eu envie de raconter la réincarnation du fils de Dieu que son père renvoie sur Terre pour sauver les humains, en me relisant, j'ai compris que mon "thriller céleste" se terminait par une note d'espoir, une envie de vivre. »

  • « J'ai raté l'homme, dit Dieu à son fils. Tu dois retourner sur Terre et, avant la nuit qui précède l'an 2000, trouver un juste. Alors je sauverai le monde. A toi de faire entendre mon message. De quelle manière ? Cherche. » Voilà comment arriva en France, déposé au hasard par une force cosmique, un apatride de trente-trois ans nommé Jean Lemessie. Confronté à un peuple en plein désarroi, arrivera-t-il à remplir sa mission ? Quel sera son deuxième destin ? De ce roman, totalement différent de ce qu'elle a écrit jusqu'ici, Christine Arnothy nous dit : « J'ai eu envie de raconter la réincarnation du fils de Dieu que son père renvoie sur Terre pour sauver les humains, en me relisant, j'ai compris que mon "thriller céleste" se terminait par une note d'espoir, une envie de vivre. »

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • A force de les croiser, nous avons l´impression de connaître ces hommes et ces femmes que nous rencontrons. On découvre leur métier, la solitude poignante de l´un, celle enfin comblée de l´autre.
    Ceux qui jouent leur rôle dans la comédie humaine peuvent-ils devenir des amis ?
    Un incident mineur suffit à leur faire tomber les masques, et à laisser deviner leur vrai visage. Ils sont prêts à vous poignarder avec leurs mots.
    L´analyse de ces personnages, bons ou mauvais, simples ou vicieux, vous rend étonnamment lucide.
    Dans ses récits, la magie de Christine Arnothy vous enchante. Convaincue de l´inutilité de l´hypocrisie, elle peut même vous persuader qu´on peut mourir - enfin heureux - d´une valse à Vienne.
    Une envoûtante aventure humaine et littéraire.

  • Depuis le succès mondial de son journal J´ai quinze ans et je ne veux pas mourir, Christine Arnothy avait déjà écrit sur sa vie. Aujourd´hui, elle redescend dans les ténèbres de son adolescence et se souvient des prédictions de son oncle, professeur de médecine, qui, dans les décombres de Budapest, lui avait annoncé le déferlement des «années cannibales» : «Seul l´argent dictera sa loi et ceux qui n´entrent ni dans le rang ni dans les complicités seront dévorés.» Christine traverse les années cannibales auprès d´un directeur de journal déjà marié. Elle doit assumer la persécution juridique imposée par cette «cohabitation». Le journal qu´il a fondé est plutôt de droite, elle est de gauche. Pour ses succès littéraires, on voudrait la retenir à New York ; elle revient toujours vers son compagnon. Elle ne pourra l´épouser qu´après dix ans de procédures de divorce.
    Elle traverse ainsi tous les enfers, mais elle a toujours un «je t´aime» à lui dire, et une histoire passionnante à raconter à son public. Il meurt, elle continue à lutter dans l´ombre du mort.

    «Il fallait cette autobiographie, dit Christine Arnothy, pour espérer atténuer mon deuil. La vie ? Il vaut mieux s´en accommoder, sinon l´inventer.»

  • Relations inquietantes

    Christine Arnothy

    • Fayard
    • 21 Septembre 2005

    Psychothérapeute d'origine anglaise, Axel Brown, installé dans la région albigeoise, est appelé un jour auprès d'une jeune femme. Laura, à vingt-six ans, a eu déjà plusieurs crises de paralysie par­tielle. Elle vit entourée de ses parents riches et inquiets dans un petit château médiéval. Le mari, un homme d'affaires itabo-améri­cain, est souvent en voyage. Laura lui accorde quelques aventures, mais il doit promettre de ne jamais aimer d'amour une autre femme. L'emprise du docteur Brown sur sa malade n'est que plus importante dès lors qu'il lui explique qu'on ne quitte pas une femme presque infirme. Bientôt, elle se retrouve dans une chaise roulante.

    Lors d'un appel à témoins pour une émission télévisée sur les problèmes sexuels des personnes handicapées, Brown persuade Laura de se rendre à Paris et l'accompagne. Il voudrait connaître enfin le présentateur Higgins et, en lui suggérant des thèmes de plus en plus provocants, faire carrière à la télévision. Lors de l'émis­sion, Higgins est séduit par la jeune femme. Ainsi, pour Brown, Laura devient l'appât pour ses projets. Higgins est en manque de sujets, Brown propose alors une soirée où un record d'Audimat serait assuré : un miracle en direct.

    Ces pages bouleversent, secouent et donnent une image de notre époque folle où celui qui se trouve devant une caméra, fasciné, est prêt à tout dire. Mais il y a aussi, quelque part dans ce récit, un amour vrai... La tension est incessante. Le cynisme noir et souriant de Christine Amothy dévoile les passions les plus secrètes. En tournant les pages, on est comme sur les montagnes russes : on crie et on rit.

  • La nouvelle se répand : François Mitterrand a été enlevé. Le colonel Froment de Beaulieu prend le pouvoir et la dictature s'abat sur la France. Hébétés, les Français subissent sans réagir ce dramatique changement de régime.

    Nadine et Daniel Staffler, eux, connaissent bien le colonel Froment de Beaulieu. Trop bien. Pendant des années, il a été pour Nadine l'ami de la famille, jusqu'au jour où, éconduit, il a ressenti ce refus comme une humiliation. Mais c'est Daniel, le mari de Nadine, que le nouveau chef de l'Etat poursuit avec le plus d'acharnement. Chimiste de grande réputation, il a inventé un produit qui permet d'annihiler l'instinct de révolte. Ses travaux, encore secrets, sont d'une valeur inestimable pour un régime totalitaire. Et l'on comprendra vite que la haine du colonel envers le mari de Nadine l'anime au moins autant que sa passion du pouvoir.

    Envoûtant, d'une logique implacable, le dernier roman de Christine Arnothy analyse avec une remarquable acuité les relations d'un homme et d'une femme confrontés à la dictature, leur courage, leurs faiblesses. Les liens très particuliers qui les attachent au maître du pays se mêlent à leur vie privée, bouleversant les sentiments qu'ils ont l'un pour l'autre.

    Roman psychologique, {l'Ami de la famille} est aussi un roman politique où les Français sont montrés sans concessions, avec leurs qualités et leurs défauts, et où les situations sont décrites avec tant de réalisme qu'on ne cesse de se demander : et si un jour cela devait nous arriver ?

empty