• Édifiés sur les rives de la Loire ou de ses affluents, parfois plus distants, voire éloignés dans les terres, les châteaux qui jalonnent la «vallée des rois» ont largement dépassé la centaine d'édifices entre le XVe siècle et l'aube du XVIIe. Aujourd'hui, quelques-uns ont disparu, mais beaucoup ont survécu et sont ouverts au public. Généralement modifiés au fil des siècles, ils ont suivi les évolutions architecturales et culturelles de la France.

    Une introduction historique guide le lecteur avant la découverte en images d'une cinquantaine de châteaux, à visiter, classés par ordre alphabétique et accompagnés d'une carte pour se repérer dans la région.

  • Romantique et candide, il est élu roi de Pologne à vingt-sept ans mais il perd son trône aussi vite qu'il l'a conquis. Stanislas Leszczynski (1677-1766) entame alors une vie errante d'exilé permanent, ballotté entre les coups de chance et les catastrophes.

    Le destin lui fait signe en 1725, le jour où le tout-puissant roi de France, Louis XV, décide d'épouser sa fille, Marie Leszczynska. Huit ans plus tard, la chance se confirme en l'aidant à remonter sur le trône en 1733, mais le trahit de nouveau en le faisant tomber après vingt-quatre jours de règne...

    Réfugié en France, il a soixante ans quand son gendre lui confie, en 1736, la souveraineté sur les duchés de Lorraine et de Bar : un viager aux pouvoirs limités, en attendant le rattachement de ces territoires à la couronne de France. Mais le " pion " de Louis XV ne l'entend pas de cette oreille. Il gagne le coeur des Lorrains par sa bienfaisance et les amuse par sa passion pour les fêtes qui illuminent son château de Lunéville. La belle histoire va durer vingt-neuf années et permettre aux duchés de conquérir une place brillante dans l'Europe des Lumières.

    Protecteur attentif des arts, lettres et sciences, Stanislas invente une architecture festive unique en son genre. Féru d'urbanisme, il s'entoure des meilleurs architectes pour offrir à Nancy un exceptionnel ensemble monumental, digne d'une vraie capitale. Soucieux des pauvres, il crée des fondations pour venir en aide aux démunis et veille à l'éducation de ses sujets, fondant à Nancy une académie, une bibliothèque publique et donnant à son université ses lettres de noblesse.

    Pacifiste et réformateur, utopiste et théoricien du bonheur, il est également l'auteur de travaux littéraires qui conjuguent pragmatisme, esprit des Lumières et traditions chrétiennes.

    Il demeure l'une des figures éminentes les plus attachantes du XVIIIe siècle européen.

    Historienne, Anne Muratori-Philip est grand reporter au Figaro et responsable de la rubrique histoire au Figaro littéraire. Elle est notamment l'auteur d'une histoire de l'hôtel des Invalides (1989) et d'une biographie de Parmentier (1994).

  • Dans l'histoire de la France, les femmes, et avant tout les reines, ont souvent régné sur le coeur et l'esprit de leur peuple, bien qu'elles n'aient pas toujours exercé le pouvoir.
    Pendant quinze siècles, certaines ont joué un rôle prépondérant en se montrant plus lucides, plus préoccupées du bonheur de leurs sujets sinon plus attentives au rayonnement de la monarchi Si les rois ont fait la France, on peut dire que les rein l'ont sans doute aimée davantage. Le 5 septembre 1725, Louis XV épouse Marie Leszczynska. Pour cette princesse inconnue, fille du roi de Pologne en exil, Stanislas Ier, ce mariage inattendu est un cadeau du destin.
    La gentillesse de la charmante Polonaise et l'amour du jeune roi balaient les préjugés. Mais le conte de fées ne dure qu'une dizaine d'années, le temps de donner naissance à huit filles et à deux garçons, dont l'un meurt en bas âge. Puis le " Bien-Aimé " se met à collectionner les favorites. La reine, tout en se tenant à l'écart de la politique, continue d'assumer ses tâches avec dignité et dévoile son vrai visage qu'Anne Muratori-Philip révèle ici dans tout son éclat.

  • À une trentaine de kilomètres de Châteauroux, au coeur du Berry, entrez dans l'intimité d'un grand écrivain du xixe siècle. Laissez-vous surprendre par la magie des lieux : ici, le temps s'est arrêté.
    La maison dans laquelle vécut George Sand témoigne de la vie exceptionnelle de cette femme du xixe siècle. Cette demeure dans laquelle elle écrivit la majeure partie de son oeuvre et reçut ses amis, Balzac, Chopin, Delacroix, Flaubert ou Liszt, conserve encore aujourd'hui le mobilier et les objets de l'écrivain. Le jardin qui entoure la maison témoigne également de la riche personnalité de George Sand et de son attachement à la nature.
    L'auteur retrace l'histoire d'amour faite d'une succession d'arrachements et de retrouvailles entre " la bonne dame de Nohant " et sa demeure, maison du bonheur puis paradis des amis et de la famille. La seconde partie très largement illustrée, " Regards sur Nohant ", emmène ensuite le lecteur à la rencontre du domaine de George Sand.

  • Fille de la Seine, Paris a grandi au fil de ses méandres, tandis que ses monuments et ses palais tissent la toile de son histoire. C'est à un carrefour fluvial qu'elle doit sa naissance. Mais sa première implantation est aujourd'hui encore imprécise.
    Paris s'est bâtie à la campagne en absorbant les villages, les fermes mais aussi les forêts, les prairies, les marais et même les vignobles qui faisaient l'orgueil du Bassin parisien.
    Au fil des siècles, il suffit de suivre l'évolution de ce petit bout de terre que l'on appelait Lutèce et qui abritait les Parisii. Tout en s'accroissant, la cité prend le nom de Paris au IVe siècle tandis qu'en 508, Clovis lui octroie le statut de « siège du royaume ». Des Carolingiens aux Bonapartes, Paris s'affirme dès lors comme capitale. Elle triomphe des invasions, des révoltes, des massacres et des occupations diverses. Elle se protège derrière ses enceintes que sa croissance démographique repousse chaque fois un peu plus loin.
    Cette longue promenade dans les quartiers de Paris à la recherche de leur passé révèle bien des surprises. Car si la « ville lumière » demeure attachée à ses vingt arrondissements créés en 1860, elle reste la capitale touristique du monde. Au fil des pages de ce « Regards » exceptionnel, le lecteur vagabondera du Louvre à la Fondation Louis Vuitton, des quais de Seine aux passages couverts, de la Sainte-Chapelle à la Tour Eiffel.

  • Fille de la Seine, Paris a grandi au fil de ses méandres, tandis que ses monuments et ses palais tissent la toile de son histoire. C'est à un carrefour fluvial qu'elle doit sa naissance. Mais sa première implantation est aujourd'hui encore imprécise.
    Paris s'est bâtie à la campagne en absorbant les villages, les fermes mais aussi les forêts, les prairies, les marais et même les vignobles qui faisaient l'orgueil du Bassin parisien.
    Au fil des siècles, il suffit de suivre l'évolution de ce petit bout de terre que l'on appelait Lutèce et qui abritait les Parisii. Tout en s'accroissant, la cité prend le nom de Paris au IVe siècle tandis qu'en 508, Clovis lui octroie le statut de « siège du royaume ». Des Carolingiens aux Bonapartes, Paris s'affirme dès lors comme capitale. Elle triomphe des invasions, des révoltes, des massacres et des occupations diverses. Elle se protège derrière ses enceintes que sa croissance démographique repousse chaque fois un peu plus loin.
    Cette longue promenade dans les quartiers de Paris à la recherche de leur passé révèle bien des surprises. Car si la « ville lumière » demeure attachée à ses vingt arrondissements créés en 1860, elle reste la capitale touristique du monde. Au fil des pages de ce « Regards » exceptionnel, le lecteur vagabondera du Louvre à la Fondation Louis Vuitton, des quais de Seine aux passages couverts, de la Sainte-Chapelle à la Tour Eiffel.

  • Madame Royale

    Anne Muratori-Philip

    • Fayard
    • 20 Janvier 2016

    Marie-Thérèse Charlotte, « Madame Royale », voit le jour le 19 décembre 1778. Hélas, pour la fille aînée de Louis XVI et Marie-Antoinette, les bonheurs d'enfance s'effondrent avec la Révolution. Le 13 août 1792, la famille royale est emprisonnée dans l'horrible forteresse du Temple. Le 21 janvier 1793, on guillotine le roi ; sa soeur et la reine le suivent quelques mois plus tard. Madame Royale est épargnée mais séparée de son petit frère, l'éphémère Louis XVII, qui mourra de mauvais traitements sans jamais la revoir. Isolée, privée de tout, terrorisée, la jeune princesse s'enfonce dans un long enfer. Fin 1794, les fureurs révolutionnaires s'apaisent et le peuple de Paris s'attendrit sur cette adolescente qui devient l'héroïne des gazettes. Dans le même temps, les cours d'Europe se la disputent. Au terme de longues négociations, faussement secrètes et parfois scabreuses, « Madame Royale » est libérée le 18 décembre 1795. Elle a tout juste dix-sept ans.

    Accueillie à Vienne par sa famille maternelle, la fille de Louis XVI pourrait se libérer de son terrible passé. Mais elle ne veut pas renoncer à la France. Encore moins à sa filiation ! Ne serait-ce que pour contrôler les ambitions royales de son oncle, le futur Louis XVIII, dont elle a découvert les manigances. À partir de mémoires et de souvenirs d'époque, Anne Muratori-Philip retrace avec brio et minutie les épisodes tragiques, mais aussi romanesques et politiques de la prisonnière du Temple, avant qu'elle ne devienne duchesse d'Angoulême.

  • Sand, this "large imposing house" stil) resonates with the aura of its brilliant mistress. In Story of My Life, the writer leaves a moving testimony to her unwavering devotion: "But I did have the home of my memories to shelter the future memories of my children.
    Are we really justified in holding on so tightly to these dwellings filled with gentle and cruel images, the history of our own ives written on all the walls in mysterious, indelible characters, which at each shock to the soul, fill us with deep emotion, or childish superstition?"

  • LE PANTHÉON par Anne Muratori-Philip L'essentiel accessible à tous sur un lieu majeur de notre histoire, chef-d'oeuvre de Soufflot sur la montagne Sainte- Geneviève à Paris. Un format pratique, un texte historique concis et un ensemble d'images largement commentées pour une approche attrayante du monument à un prix raisonnable. L'église Sainte-Geneviève, édifiée à partir de 1764 sur l'ordre de Louis XV par l'architecte Soufflot, perd sa vocation religieuse en 1791 et devient Panthéon, temple laïque dédié au culte des grands hommes. Rendu au culte chrétien à deux reprises, il est temple civique définitivement en 1885, pour les funérailles de Victor Hugo. Au Panthéon, témoin de l'histoire de la France, s'illustrent les valeurs civiques et républicaines liées à la présence des « panthéonisés » : Voltaire, Rousseau, Victor Hugo, Jean Jaurès, Jean Moulin, Pierre et Marie Curie... L'architecture néoclassique, les peintures, les sculptures et l'expérience scientifique du pendule de Foucault permettent de confronter symboles religieux et républicains en une approche interdisciplinaire de ce lieu de mémoire nationale. L'auteur dépeint avec rigueur l'histoire du Panthéon du voeu de Louis XV à nos jours et traite dans les annexes de ses particularités : le pendule de Foucault, les célébrités et les architectes. Anne Muratori-Philip est docteur en sociologie de l'information, diplômée de l'Institut des sciences politiques, d'histoire et d'histoire de l'art. Auteur d'ouvrages historiques, grand-reporter et critique littéraire, elle est membre correspondant de l'Institut.

  • LE PANTHÉON par Anne Muratori-Philip L'essentiel accessible à tous sur un lieu majeur de notre histoire, chef-d'oeuvre de Soufflot sur la montagne Sainte- Geneviève à Paris. Un format pratique, un texte historique concis et un ensemble d'images largement commentées pour une approche attrayante du monument à un prix raisonnable. L'église Sainte-Geneviève, édifiée à partir de 1764 sur l'ordre de Louis XV par l'architecte Soufflot, perd sa vocation religieuse en 1791 et devient Panthéon, temple laïque dédié au culte des grands hommes. Rendu au culte chrétien à deux reprises, il est temple civique définitivement en 1885, pour les funérailles de Victor Hugo. Au Panthéon, témoin de l'histoire de la France, s'illustrent les valeurs civiques et républicaines liées à la présence des « panthéonisés » : Voltaire, Rousseau, Victor Hugo, Jean Jaurès, Jean Moulin, Pierre et Marie Curie... L'architecture néoclassique, les peintures, les sculptures et l'expérience scientifique du pendule de Foucault permettent de confronter symboles religieux et républicains en une approche interdisciplinaire de ce lieu de mémoire nationale. L'auteur dépeint avec rigueur l'histoire du Panthéon du voeu de Louis XV à nos jours et traite dans les annexes de ses particularités : le pendule de Foucault, les célébrités et les architectes. Anne Muratori-Philip est docteur en sociologie de l'information, diplômée de l'Institut des sciences politiques, d'histoire et d'histoire de l'art. Auteur d'ouvrages historiques, grand-reporter et critique littéraire, elle est membre correspondant de l'Institut.

  • Implanté au centre de la place de l'Étoile, l'Arc de triomphe symbolise la grandeur de la France. Cet arc prestigieux, commandé par Napoléon mais achevé bien après sa mort, célèbre la gloire des soldats français et affirme la légitimité de l'empereur tout en marquant son règne du sceau de l'architecture. L'auteur retrace l'histoire tumultueuse de l'édification de l'Arc de triomphe tout en explicitant la place primordiale de ce monument dans son contexte historique, politique, artistique mais également urbain. L'iconographie particulièrement soignée permet une découverte de l'important décor sculpté, notamment grâce à un premier relevé photographique, inédit, pris à hauteur de la frise qui ceinture le haut du monument.

  • Fille de la Seine, Paris a grandi au fil de ses méandres, tandis que ses monuments et ses palais tissent la toile de son histoire. C'est à un carrefour fluvial qu'elle doit sa naissance. Mais sa première implantation est aujourd'hui encore imprécise.
    Paris s'est bâtie à la campagne en absorbant les villages, les fermes mais aussi les forêts, les prairies, les marais et même les vignobles qui faisaient l'orgueil du Bassin parisien.
    Au fil des siècles, il suffit de suivre l'évolution de ce petit bout de terre que l'on appelait Lutèce et qui abritait les Parisii. Tout en s'accroissant, la cité prend le nom de Paris au IVe siècle tandis qu'en 508, Clovis lui octroie le statut de « siège du royaume ». Des Carolingiens aux Bonapartes, Paris s'affirme dès lors comme capitale. Elle triomphe des invasions, des révoltes, des massacres et des occupations diverses. Elle se protège derrière ses enceintes que sa croissance démographique repousse chaque fois un peu plus loin.
    Cette longue promenade dans les quartiers de Paris à la recherche de leur passé révèle bien des surprises. Car si la « ville lumière » demeure attachée à ses vingt arrondissements créés en 1860, elle reste la capitale touristique du monde. Au fil des pages de ce « Regards » exceptionnel, le lecteur vagabondera du Louvre à la Fondation Louis Vuitton, des quais de Seine aux passages couverts, de la Sainte-Chapelle à la Tour Eiffel.

  • Fille de la Seine, Paris a grandi au fil de ses méandres, tandis que ses monuments et ses palais tissent la toile de son histoire. C'est à un carrefour fluvial qu'elle doit sa naissance. Mais sa première implantation est aujourd'hui encore imprécise.
    Paris s'est bâtie à la campagne en absorbant les villages, les fermes mais aussi les forêts, les prairies, les marais et même les vignobles qui faisaient l'orgueil du Bassin parisien.
    Au fil des siècles, il suffit de suivre l'évolution de ce petit bout de terre que l'on appelait Lutèce et qui abritait les Parisii. Tout en s'accroissant, la cité prend le nom de Paris au IVe siècle tandis qu'en 508, Clovis lui octroie le statut de « siège du royaume ». Des Carolingiens aux Bonapartes, Paris s'affirme dès lors comme capitale. Elle triomphe des invasions, des révoltes, des massacres et des occupations diverses. Elle se protège derrière ses enceintes que sa croissance démographique repousse chaque fois un peu plus loin.
    Cette longue promenade dans les quartiers de Paris à la recherche de leur passé révèle bien des surprises. Car si la « ville lumière » demeure attachée à ses vingt arrondissements créés en 1860, elle reste la capitale touristique du monde. Au fil des pages de ce « Regards » exceptionnel, le lecteur vagabondera du Louvre à la Fondation Louis Vuitton, des quais de Seine aux passages couverts, de la Sainte-Chapelle à la Tour Eiffel.

  • Fille de la Seine, Paris a grandi au fil de ses méandres, tandis que ses monuments et ses palais tissent la toile de son histoire. C'est à un carrefour fluvial qu'elle doit sa naissance. Mais sa première implantation est aujourd'hui encore imprécise.
    Paris s'est bâtie à la campagne en absorbant les villages, les fermes mais aussi les forêts, les prairies, les marais et même les vignobles qui faisaient l'orgueil du Bassin parisien.
    Au fil des siècles, il suffit de suivre l'évolution de ce petit bout de terre que l'on appelait Lutèce et qui abritait les Parisii. Tout en s'accroissant, la cité prend le nom de Paris au IVe siècle tandis qu'en 508, Clovis lui octroie le statut de « siège du royaume ». Des Carolingiens aux Bonapartes, Paris s'affirme dès lors comme capitale. Elle triomphe des invasions, des révoltes, des massacres et des occupations diverses. Elle se protège derrière ses enceintes que sa croissance démographique repousse chaque fois un peu plus loin.
    Cette longue promenade dans les quartiers de Paris à la recherche de leur passé révèle bien des surprises. Car si la « ville lumière » demeure attachée à ses vingt arrondissements créés en 1860, elle reste la capitale touristique du monde. Au fil des pages de ce « Regards » exceptionnel, le lecteur vagabondera du Louvre à la Fondation Louis Vuitton, des quais de Seine aux passages couverts, de la Sainte-Chapelle à la Tour Eiffel.

  • Parmentier

    Anne Muratori-Philip

    • Plon
    • 19 Octobre 2006

    Antoine-augustin parmentier est l'inconnu le plus célèbre de notre histoire.
    Chacun fait de lui l'" inventeur " de la pomme de terre, mais qui connaît les talents multiples et l'inlassable activité - soixante années durant - de ce pharmacien au grand coeur ? homme de l'ancien régime, savant des lumières confronté à la révolution et grand commis de l'empire, parmentier fut de toutes les époques, toujours consulté, jamais au premier plan. ce picard sans fortune dont la soeur est la confidente et la collaboratrice, incarne le savant des temps modernes.
    Il fut tour à tour pharmacien militaire, agronome, chimiste, oenologue, nutritionniste et hygiéniste avant la lettre. son ambition ? faire le bonheur des hommes. ses moyens ? supprimer les famines, améliorer l'alimentation et instaurer une vraie hygiène publique. grâce à une enquête minutieuse parmi des archives inédites et à sa rigueur historique bien connue, anne muratori-philip brosse le portrait contrasté et attachant d'un honnête homme qui s'est dévoué au service des autres.

  • Un historique de ce monument conu par Louis XIV pour ses valeureux soldats et ragenc par Napolon Ier, dont on restaure actuellement le dme et les fresques.

  • L'ouvrage propose un chapitre conséquent sur Antoine-Augustin Parmentier, mais traite également de la pomme de terre elle-même. De l'origine de cet aliment, sa constitution, son parcours depuis les champs jusqu'à l'assiette, en passant par la surveillance qui lui est accordée, ce livre permet de faire des découvertes insoupçonnées sur le légume préféré des Français.
    L'ouvrage contient également des recettes et des conseils pour faire profiter toute la famille des bienfaits de ce féculent, ainsi qu'un lexique et des adresses utiles.

    DES ANECDOTES ORIGINALES Les encarts « Saviez-vous que... », véritable ADN de la Collection du Citoyen, complètent la lecture en la rendant plus ludique. Ce sont des précisions ou des commentaires originaux, qui dépassent le cadre purement informatif et permettent d'élargir sa culture générale.! Par exemple : « Les français achètent entre 25 et 30kg de pommes de terre en frais et 25kg en produits transformés (frites surgelées, purées, chips...) par an. »

  • De la fin du XIXe siècle aux années 1960, l'automobile a vecu ses plus grandes heures. Elle a mis la terre entière sur quatre roues, fait naitre des villes géantes, réveille les campagnes et même gagne des guerres ! Moins de soixante-dix ans pour bouleverser le monde et passer de l'ère des pionniers a celle des industriels...
    Les douze modèles choisis pour illustrer cette extraordinaire épopée sont tous entrés dans l'Histoire : du tricycle Benz de 1888 a la Volkswagen de 1935, du taxi Renault, complice des poilus de 1914, à la Jeep de 1941, de la Ford T de 1908 à la Morgan de 1936, de la 2 CV de 1948 à la DS de 1955, de la Ferrari 166 de 1949 a la Mini de 1959, sans oublier la mythique Rolls-Royce Silver Ghost de 1909 et l'inaccessible Bugatti Royale de 1926. Les voitures les plus folles aff rontent les plus sages, les plus impressionnantes defient les plus petites, les plus majestueuses toisent les plus populaires. Concues par des personnages hors du commun dont la passion et l'imagination defiaient les réalites, parfois jusqu'a la démesure, elles se relaient pour conter une époque revolue, ou l'automobile vivait encore de ses rêves.

    Création Studio Flammarion Berline de voyage Bugatti Royale Type 41, 1931 © Car Culture / Getty Images

empty