Vie pratique & Loisirs

  • Jean-Louis Étienne a atteint le pôle Nord à pied, traversé l'Antarctique en traîneau et pourtant ce qu'il aime plus que tout au monde c'est la forêt, sa forêt du Tarn. D'ailleurs dès qu'il vola de ses propres ailes, il y construisit sa cabane. Impensable pour lui de vivre dans une maison en ville : il lui fallait la forêt. Ce livre est un cri d'amour à l'arbre, nourricier et protecteur, poumon de notre planète. Le préserver, c'est sauver l'humanité. Et pour cela il faut le comprendre. Jean-Louis Étienne s'est tourné vers des scientifiques pour répondre à toutes nos questions (pourquoi les racines plongent-elles vers le centre de la terre ? Un arbre transpire-t-il ? Pourquoi les feuilles sont-elles vertes ? Est-il vrai que le mycélium s'étend sur plus de 400 kilomètres sous nos pieds ?). Il fait également état des recherches les plus prometteuses, comme celles des chercheurs en bio-mimétisme : parmi elles la photosynthèse artificielle qui permettra de produire un "carburant solaire" et pointe du doigt des idées catastrophiques, comme celle de forcer la photosynthèse des plants de tabac pour augmenter la production et expose des solutions pour demain, comme l'agroforesterie. Ces textes scientifiques sont ponctués de chapitres plus personnels, de souvenirs d'enfance. Et l'auteur de nous dévoiler ce que la nature, la forêt, le travail manuel du bois qu'il affectionne tant lui ont apporté : un équilibre, un pied bien ancré dans la réalité, une confiance, une sérénité... Et l'amoureux de la planète nous rappelle à quel point il est nécessaire aujourd'hui de nous rapprocher de la nature, pour le bien de l'humanité et le bien-être de chacun.

  • Gérard Guerrier explore un sujet qui est aujourd'hui au coeur de nos sociétés : la peur. Mais pas n'importe quelle peur : la peur choisie, celle acceptée et parfois recherchée des aventuriers, des explorateurs, mais aussi celle de tous les jours. Pour mieux comprendre les ressorts de la peur, son rôle dans les mécanismes de décision, ses conséquences, il s'est autant tourné vers les philosophes Spinoza, Blaise Pascal, Kierkegaard, Lacan, Darwin, que vers les neuroscientifiques et psychiatres. Mais pas seulement... Comme l'expérience est toujours le meilleur exemple et le meilleur moyen de comprendre, il a interrogé aventuriers et sportifs extrêmes, ceux qui ont choisi de vivre avec la peur : Isabelle Autissier, Bertrand Piccard, Pierre Mazeaud, Loïck Peyron, Jean-Louis Étienne, Géraldine Fasnacht... Chacun donne sa définition de la peur, mais aussi ses formules et ses moyens de la surmonter, de la contourner, pour mieux avancer.
    Dans cet essai, philosophes et sociologues, base-jumpeurs et freeriders, explorateurs, montagnards et marins dialoguent par-delà l'Histoire, par delà leur expérience et leur savoir, sur la peur, leurs peurs, la gestion qu'ils en font ou qui leur glisse entre les mains.

  • Carnets de marins

    Huw Lewis-Jones

    • Paulsen
    • 19 Septembre 2019

    La mer est depuis toujours une inépuisable source de fascination, un lieu d'émerveillement et de terreur. Les journaux de bord, carnets de croquis, lettres et dessins nous font partager les expéditions et navigations des marins les plus intrépides. Une source essentielle pour comprendre leur vécu et leur ressenti, suivre leurs découvertes de nouveaux rivages et de créatures extraordinaires, connaître leurs appréhensions des dangers et leurs accomplissements.
    À travers des documents datant du XVIe au XXe siècle, complétés par des notices biographiques, nous partons à la rencontre d'officiers et de matelots ordinaires, de cuisiniers et de baleiniers, de chirurgiens et d'artistes, tous explorateurs et aventuriers à leur manière. Parmi eux, Jeanne Baret, première femme à avoir fait le tour du monde - sur un navire où elle s'était embarquée clandestinement -, l'Italien Antonio Pigafetta, qui navigua avec Magellan, William Bligh, capitaine du Bounty, Piri Reis, amiral ottoman et cartographe, le Tahitien Tupaia, qui participa au premier voyage de Cook, ou les figures exceptionnelles que furent le flibustier Bartholomew Sharp, le naturaliste Georg Steller et Zheng He, l'homme aux commandes d'une flotte chinoise de 200 navires sous l'empereur Ming.
    Comme des trésors surgis des malles, les carnets des hommes et des femmes qui prennent la mer sont une invitation à embarquer.

  • 100 marins

    Collectif

    • Paulsen
    • 11 Octobre 2018

    100 portraits de marins de renom célébrés par 100 auteurs spécialistes de la mer, réunis dans un somptueux coffret.

    100 marins célébrés par 100 auteurs. 100 complicités, 100 connivences pour rendre hommage à la mer et ses héros. On ne pouvait rêver plus belle armada. Au fil des pages de ce beau-livre prestigieux, se retrouvent associés Daniel Charles et Gustave Caillebotte, Laurent Joffrin et Jules Verne, Bernard Chambaz et Jack London, Jean-Louis Étienne et Jean-Baptiste Charcot, Björn Larsson et Thor Heyerdahl, Hervé Hamon et Alain Bombard, Bob Fisher et Francis Chichester, Paul Cayard et Raul Gardini, Bruno Troublé et Marcel Bich, Gary Jobson et Ted Turner, Patrick et Éric Tabarly, Yann Queffélec et Olivier de Kersauson, Erik Orsenna et Isabelle Autissier, Dan Robertson et Peter Blake, Philippe Poupon et Loïck Peyron, Yvan et Laurent Bourgnon, Michel Desjoyeaux et François Gabart, Philippe Presti et James Spithill. Créateurs, prosélytes, bourlingueurs, scientifiques, capitaines d'industrie, génies de l'architecture, écrivains du grand large, sportifs accomplis, solitaires habités, barreurs de renom, régatiers olympiques, pionniers intrépides, ils sont français, mais aussi américains, britanniques, néo-zélandais, australiens, italiens, japonais.

    Tous ont, d'une manière ou d'une autre, accompagné la prodigieuse évolution de la navigation hauturière et de plaisance, d'aventure et de performance qui a marqué nos usages de ces 150 dernières années. Depuis qu'au delà de ses fonctions marchandes et guerrières, la marine à voile a revendiqué d'autres horizons où l'imprévu, l'agrément, le vagabondage, la vitesse ont petit à petit pris le dessus sur toutes autres considérations. Tous sont présents dans ce superbe coffret richement illustré de photographies de haut vol.

  • Près de 400 ans après les expéditions de Christophe Colomb, Jean-Baptiste Charcot, le « gentleman des pôles », entreprend d'écrire sur le grand navigateur. Riche de son expérience d'explorateur et de marin, doté d'une solide connaissance des sciences grâce à son père médecin, c'est ici l'homme de métier qui s'exprime en expert, raconte le capitaine de navire moderne qu'était Christophe Colomb et dresse un état des lieux de la Marine à la fin du XVe siècle. Il réalise un portrait complet de l'Amiral, depuis son enfance à Gênes jusqu'à ses démarches auprès des Rois Catholiques, puis ses quatre grands voyages outre-Atlantique qui permettront de tirer un trait sur le Moyen Âge et d'ouvrir la voie aux temps modernes. Il s'étend, sans détour ni exagération, à la manière des véritables marins, sur la prodigieuse aventure maritime de Christophe Colomb, en décrivant des épisodes de la vie des matelots, entre chants collectifs, labeur quotidien, mutineries et découvertes fantastiques.
    Conquistador, astrologue, chef d'expédition, marchand, vice-roi des Indes... On oublie souvent la qualité première du célèbre explorateur italien : son art des sciences de la navigation. Jean-Baptiste Charcot la rappelle dans un texte vivant, accompagné par plus de 200 illustrations.

  • L'océan Austral, qui joue un rôle central dans la régulation climatique de notre planète, a constitué le fil rouge de cette expédition riche en recherches et en découvertes. Du Cap au Cap, en passant par Hobart (Australie) et Punta Arenas (Chili), ACE a marqué des arrêts sur le continent antarctique et sur chacune des îles subantarctiques, dont les îles Kerguelen, l'archipel Balleny ou encore la Géorgie du Sud. À bord de ce laboratoire flottant et lors des différentes escales, 22 programmes scientifiques ont pu être menés par une soixantaine de scientifiques issus de 18 pays. Les glaciologues ont prélevé d'immenses carottes de glace, des submersibles sont descendus observer la faune locale, les climatologues ont envoyé des ballons mesurer l'atmosphère, les acousticiens ont enregistré le chant des baleines, les océanographes ont étudié le plancton de près et analysé l'impact de la pollution dans l'environnement, un spécialiste des vagues a guetté les avis de tempêtes, les biologistes ont bénéficié de circonstances exceptionnelles pour travailler sur la faune et la flore locales dans des conditions rêvées. Le livre est illustré par des photographies des escales, des paysages antarctiques, des chercheurs au travail, des échantillons et prélèvements, mais aussi de clichés qui racontent la vie à bord, le quotidien de l'équipage, les événements vécus et les lieux sublimes traversés dans cet Eldorado du froid. Cet ouvrage s'adressera à un large public, mais un public d'initiés tout de même. Il sera dans l'esprit de Tara Océans.

  • À la fin des années 1960, neuf aventuriers solitaires relèvent simultanément le même défi : accomplir le premier tour du monde à la voile sans escale. Ainsi commence la Sunday Times Around the World Race, la course la plus rocambolesque et la plus dramatique jamais disputée. Elle est servie par des protagonistes aux personnalités exceptionnelles, soldats de la Seconde Guerre mondiale, baroudeurs sans expérience nautique mais prêts à tout, citadin névrosé et avide de gloire, idéaliste en quête d'absolu... Un scénario digne des meilleurs thrillers : un affabulateur envoyant de fausses positions avant de disparaître en mer, un vainqueur potentiel qui fait naufrage à quelques jours de l'arrivée, un marin-philosophe tournant le dos à une civilisation qu'il ne supporte plus... Le tout en un temps où la mer savait garder ses secrets, faute de GPS et de communications par satellites. Un seul arrivera finalement au bout, écrivant avec panache l'une des plus belles pages de l'histoire maritime.
    Spectateur attentif hier, journaliste aujourd'hui, Olivier Le Carrer part à la recherche des héros de son adolescence, croisant souvenirs personnels et enquête sur le terrain pour raviver cette formidable épopée.

  • L'empereur

    Luc Jacquet

    • Paulsen
    • 2 Février 2017

    Une longévité exceptionnelle, une endurance à toute épreuve et une résistance aux conditions extrêmes de son milieu naturel font du manchot empereur un champion du monde de l'art d'être vivant. Luc Jacquet connaît bien cet oiseau du froid, dont il a été l'observateur privilégié le temps de six expéditions en Antarctique.
    Il a suivi l'animal jour après jour, au fil des saisons, dans chacune des étapes de sa vie : depuis son retour à la colonie jusqu'au grand départ des poussins vers l'océan.
    Il a observé l'apprentissage de la nage, le temps des parades et les formations en tortues au coeur du pire hiver sur Terre. Il a mesuré son adaptation parfaite à son environnement et sa capacité à être aussi performant sur la banquise que sous l'eau.
    Illustré par plus de 200 images, sélectionnées parmi le travail des meilleurs photographes de l'Antarctique, cet ouvrage pose un regard nouveau sur une société organisée, faite d'apprentissage, d'entraide et de partage. Des valeurs universelles qui, alliées à ses talents d'équilibriste et au miracle de ses intuitions, participent du caractère prodigieux du manchot empereur.

  • Des volcans en éruption déversent leurs torrents de lave, des aurores boréales dansent dans la nuit polaire, des icebergs fondent sur des grèves noires, tandis que l'érosion sculpte montagnes et roches. D'une source chaude, émerge la vie. La végétation conquiert le monde minéral : des fleurs s'épanouissent dans les déserts, des forêts exubérantes dévalent les versants. Le monde animal apparaît enfin : insectes, oiseaux et mammifères de plus en plus évolués investissent tous les milieux naturels de notre planète, berceau de nos origines.

    Le livre entraîne le lecteur au coeur de l'histoire de la Terre, à travers le travail photographique d'Olivier Grunewald, et les textes de Bernadette Gilbertas qui donnent la parole aux scientifiques. Conçu comme une fresque chronologique, il déroulera le fil de la création du monde, depuis le Chaos originel, jusqu'au règne animal. Olivier Grunewald exposera ses photographies au festival de Montier-en-Der (16 au 19 novembre 2017). Une exposition photographique sera présentée sur les grilles du jardin du Luxembourg de mars à juillet 2018.

  • On n'empeche pas une mouette de prendre le large Nouv.

  • Indépendance: un fjord au nord-est du Groenland, que peu d'hommes ont exploré. Eigil Knuth est l'un d'eux. Dans ce petit livre de la maturité, insolite vade-mecum en forme de méditation, il fait la somme poétique de ses pérégrinations à travers la région. De sa contemplation des paysages englacés, déserts, Eigil Knuth tire une réflexion sur la condition humaine et rend hommage à la Terre d'Indépendance, où il a vécu l'une des expériences les plus rares qui soient : découvrir un univers aussi vierge que le regard qui s'y pose. Pour un sculpteur tel que lui, c'est une chance inouïe de transformer son appréhension du réel. En cela, Indépendance est le récit d'une renaissance.

  • 3 septembre 2006 : la goélette Tara et son équipage se laissent emprisonner par les glaces.
    Leur objectif : répéter, cent treize ans plus tard, la dérive de Nansen à travers l'océan Arctique. 21 janvier 2008 : la banquise relâche les " Taranautes " qui retrouvent la mer libre. Entre ces deux dates, 506 jours de gestion du quotidien et des rapports humains, relatés ici par Grant Redvers ; 506 jours d'isolement et de lutte contre le froid, mais aussi, de jubilation devant la beauté d'un paysage à la frontière de l'irréel ; 506 jours, enfin, passés à collecter toutes les données possibles sur la banquise, l'océan et l'atmosphère.
    Au terme de l'expédition, l'équipe peut s'enorgueillir de sa contribution au grand débat scientifique de notre temps : l'évolution du climat. Le Tara, lui, est entré dans la légende, devenant le " vaisseau amiral des missions environnementales " dans les régions extrêmes.

empty