Eres

  • « Dans cet ouvrage, nous proposons d'ouvrir de nouvelles perspectives pour considérer les limites en partageant le plus simplement possible des réflexions issues de nos pratiques de psychomotricienne et de pédiatre.

    Déjà in utero, le bébé est un être limité dans son corps. En naissant, il est propulsé, sans le support de la pensée, dans le vaste monde des sensations internes et externes, rythmées par un nouveau tempo. Parallèlement, la mère franchit une limite essentielle pour entrer dans l'espace inconnu de son être-mère.

    Nous étudions l'adaptation du non à la maturité physiologique et psychique de l'enfant dans la subtilité du oui et du non entremêlés, et explorons les incertitudes de l'adulte limitateur.

    Nous insistons sur l'importance d'être à l'écoute de nos propres émotions et de nos sentiments ambivalents à l'égard de l'enfant, tout en étant conscients de nos limites psychiques, physiques et sociales.

    Nos propos concernent tous les enfants, même ceux qui connaissent des tourments dans leur développement. Ils s'adressent à tous : parents, grands-parents, professionnels et enseignants.

    Élever un enfant est une oeuvre gigantesque qui éveille, tout au long de la vie des parents, des émotions intenses et les fait trébucher sur des interrogations, des angoisses, des doutes. C'est une odyssée qui demande à chacun de reconnaître ses propres limites et de les sublimer.

    Un des objectifs de ce travail est que le lecteur ne se risque plus à résumer les limites au seul fait de savoir dire non. » M-C.C. et N. J-H.

     

  • L'idée de cet ouvrage s'appuie sur la rubrique que tient Laurent Bachler depuis 2016 dans la revue Spirale, où il parcourt l'histoire de la philosophie, la pensée des grands philosophes, à la recherche de l'enfance. Aucun grand traité de philosophie n'accorde une place centrale à la question de l'enfance. Souvent négligée, parfois simplifiée, celle-ci semble absente de l'histoire de la philosophie.

    Or l'auteur montre que l'enfance traverse discrètement mais profondément les grands questionnements philosophiques : le rêve, la liberté, l'imagination, le bonheur, l'idéologie, le langage, la mort, la vie, le temps, la totalité et l'infini. Sur chacun de ces thèmes, un détour par l'enfance est essentiel pour comprendre et saisir la dimension métaphysique de toute existence humaine.

    Les chapitres sont tous indépendants et peuvent être lus dans l'ordre que l'on veut en se laissant guider par les philosophes eux-mêmes. Au fil des pages, peu à peu, le discours philosophique devient l'occasion d'une réflexion personnelle sur l'enfance, sur notre enfance, et sur tout ce qui fait que l'enfance reste quelque chose de vivant en nous.

  • Le concept « sense of being », introduit par Winnicott à la fin de sa vie, peut se traduire en français par l'expression « sentiment d'être » ou par celle de « sentiment d'exister ».

    Or ces deux composantes sont fort différentes dans la mesure où le sentiment d'être est sans doute inhérent à tout organisme vivant alors que le sentiment d'ex-ister fait référence à l'extérieur, à l'environnement et aux objets relationnels qui le composent.

    Il apparaît aujourd'hui que le bébé peut se représenter psychiquement le lien avant de pouvoir se représenter l'objet concerné par ce lien. Le soin du lien est donc essentiel car c'est par là que le bébé va progressivement découvrir l'autre (accès à l'intersubjectivité) et par son truchement se découvrir lui-même comme un sujet, comme une personne (travail de subjectivation).

    Alors que la pédiatrie a fait d'énormes progrès pour aider les bébés à mieux naître physiquement, le défi de la périnatalité est de prendre soin des liens précoces afin d'aider les enfants à mieux naître psychiquement, sans violence ni traumatisme développemental.

  • Dans une époque où la demande et les propositions artistiques pour la petite enfance se multiplient, il est nécessaire de mettre en réflexion ce moment de la rencontre entre le spectacle vivant et le tout-petit, et de poser des mots sur cet accompagnement.

    Les auteurs - musicienne, chorégraphe, lectrice - conçoivent le spectacle pour la toute petite enfance comme une expérience à partager entre enfant et adulte dans un espace préparé, en un temps dédié, qui nécessite un accueil, des accompagnements et des disponibilités afin qu'enfant, adulte et artiste puissent vivre pleinement ces moments en toute confiance. Fruit d'une écriture collective, cet ouvrage présente sous la forme d'un abécédaire leur façon de vivre une éthique, la philosophie qui anime leur recherche créatrice, leurs références sur cette notion essentielle qu'est l'accompagnement.

  • La télévision à destination des bébés pose des problèmes graves et spécifiques sans commune mesure avec ceux de la télé pour les enfants. Avec elle, il ne s'agit plus seulement de gérer l'incursion télévisuelle en termes de qualité des programmes et de contrôles du temps passé devant l'écran. Il s'agit de savoir quel type de société et d'êtres humains nous voulons pour l'avenir. La télévision pour les bébés n'est qu'une pièce du gigantesque dispositif que les marchands de « temps de cerveau disponible » construisent pour imposer leurs repères et leurs valeurs. Mais cette pièce est essentielle parce qu'elle est un véritable cheval de Troie dans la sensibilité et les représentations de nos enfants. Une fois installée, elle leur ouvrira toutes grandes les portes de leur esprit. Cette raison serait déjà bien suffisante pour que la résistance s'organise, mais il y en a d'autres. Toutes sont liées au fait que le bébé reste jusqu'à la fin de sa seconde année une sorte de « prématuré physiologique » dont l'organisation cérébrale inachevée nécessite des précautions particulières. Serge Tisseron est psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie, directeur de recherches à l'Université de Paris X-Nanterre.

  • De nombreux rites, traditions populaires et dictons anciens illustrent la redoutable proximité entre le moment de la naissance et celui de la mort, et attestent de la conscience du danger qui menace la future mère et son enfant. Mort de la mère qui ne verra pas grandir son enfant, mort-né qui n'a pas eu le temps de naître, mort du nouveau-né qui n'a pas eu le temps de vivre. Historiquement, la lutte des soignants pour faire baisser la mortalité des mères et des nouveau-nés a été un long combat qui a légitimé peu à peu les avancées de la médicalisation de l'accouchement.

    Si aujourd'hui, la mort en couches a presque disparu, la mort néonatale et périnatale est toujours présente et a été longtemps traitée avec une apparente indifférence. Les analyses et témoignages de soignants, de psychologues, de sociologues et de parents nous montrent comment, depuis les années 1990, de nouvelles pratiques ont remplacé l'évitement traditionnel. Institués par les endeuillés eux-mêmes, réunis en associations ou regroupés sur internet, de nouveaux discours, gestes et rituels ont été inventés autour des tout-petits morts.

  • Non, la télévision pour les bébés n'est pas un divertissement sans danger ! Non, elle n'est pas un outil de découverte du monde ! Non, elle ne peut pas constituer un support d'échanges familiaux ! Et encore moins faire offi ce de nounou ! Chez les bébés, la télévision ne s'appuie pas sur des repères déjà élaborés, elle participe à la construction de leur cerveau, de leur psychisme, de leur rapport aux autres. Elle n'est qu'une pièce du gigantesque dispositif que les marchands de « temps de cerveau disponible » ont imaginé pour imposer leur vision du monde et leurs intérêts. Cette nouvelle édition d'un ouvrage précurseur paru en 2007 enfonce le clou en citant plusieurs travaux de recherche publiés depuis. Ceux-ci montrent sans ambiguïté que divers troubles cognitifs et relationnels mesurés à 13 ans sont corrélés au temps passé devant un écran de télévision avant l'âge de 3 ans. Les parents, et tous ceux qui s'occupent des bébés, doivent tenir compte des dangers des écrans dans l'éducation des jeunes enfants.

     

  • Les premières semaines de la nouvelle accouchée ne sont pas aussi enchantées qu'on le dit. Durant ce quatrième trimestre de la grossesse, la symbiose mère-enfant continue via les jeux hormonaux, l'adaptation du sommeil maternel, la sensibilité émotionnelle, la lactation (faire du lait) et l'allaitement (nourrir un bébé). D'autres chantiers biologiques et psychiques sont en cours. Ils constituent un cheminement vers un nouvel équilibre et non à un retour à l'état antérieur.

    La méconnaissance des différents aspects de cette « dégestation » empêche les femmes de prendre conscience de leurs besoins et de les exprimer. La pression sociale pousse vers un retour rapide à ce qui est désigné comme « la normalité », à savoir la séduction et la productivité. Or, ces deux dynamiques sont aux antipodes des réalités de l'après-naissance.

    Cet ouvrage décrit tout ce que traversent les femmes (mais aussi les hommes et les couples) dans ce quatrième trimestre de la grossesse, leurs nouveaux besoins, et notre nécessité de réinventer l'accompagnement de ce temps si singulier, qui, parfois vécu dans une relative solitude, peut révéler des fragilités personnelles préexistantes.

  • La vie à plusieurs nécessite des règles, protégeant l'intégrité et la place de chacun pour un vivre ensemble constructif et enrichissant. Les limites et interdits viennent heurter les tout-petits dans leur soif de découvrir, de s'affirmer, de décider par eux-mêmes. Quel environnement mettre à leur disposition pour limiter les interdits et ouvrir les possibles ? Comment accompagner les jeunes enfants vers les autres ? Est-ce qu'une vie collective précoce est favorable (voire incontournable comme on le pense souvent) au développement de la socialisation ? Quel accompagnement individualisé pour les aider à compter jusqu'à deux, trois et bien davantage ? Cet ouvrage va fouiller dans les racines de la socialisation précoce, là où le tout-petit construit ses futures rencontres avec les autres - ses parents en tout premier lieu, puis les professionnels qui l'accueillent - et le monde qu'il habite.

     

  • Fondée sur l'approche sensori-motrice et éthique d'André Bullinger, la consultation de développement est un moyen d'identifier au plus tôt les besoins propres d'un bébé, quelles que soient ses particularités, quelle qu'ait été son histoire. Son objectif est d'y répondre par des aménagements de l'environnement pour éviter l'installation de conduites adaptatives symptomatiques. Dans cette perspective, l'enfant n'est plus un objet de soin mais un acteur de son développement : il devient partenaire.

    Des chercheurs et des professionnels, issus de disciplines différentes, témoignent de leur pratique de la consultation de développement, des questions qu'elle suscite, de l'évaluation de leurs résultats.

     

  • Lire l'entretien avec Patrick Ben Soussan (propos recueillis par Audrey Minart)

    Tous les enfants sont des promesses. Ils nous prédisent des jours meilleurs et nous apporteront la félicité... Vraiment ? Les enfants d'aujourd'hui sont désirés comme le salaire mirobolant des footballeurs professionnels, la beauté précieuse des mannequins sur papier glacé, des vacances de rêve aux iles du Levant.

    Tout enfant ne serait-il en fait qu'une imposture ? Et toute enfance, une fable ? Quand donc finirons-nous d'attendre de nos enfants... le bonheur ? Quand donc cesserons-nous de les habiller de rêves et de les vouloir parfaits ? Quand et comment vivre la vie présente, l'instant présent, tel qu'il est, avec son tout-petit ?

    Cet antimanuel de parentalité appliquée se demande s'il est vraiment raisonnable aujourd'hui de fabriquer du bébé pour le bonheur de ses parents. A l'intention de ceux-ci, il énonce quelques simples conseils pour rater leur job de super parents pour le plus grand profit de leur super bébé.

  • Labellisé par l'initiative présidentielle « La France s'engage » en juin 2015, le programme de renforcement langagier « Parler bambin » pour des enfants de 18 à 36 mois en crèche, a débuté à Grenoble en 2005. Il ambitionne d'essaimer dans de nouveaux et nombreux territoires. Mais quels sont donc les bénéfices réels de « Parler bambin » ? Sur quelles évaluations scientifiques rigoureuses se fonde ce projet ? D'où tire-t-il la légitimité des pratiques professionnelles qu'il met en avant ? Justifie-t-il la diffusion à laquelle il prétend, dans le champ de la lutte contre les exclusions, la pauvreté et l'illettrisme ?

    Des professionnels de la petite enfance, orthophonistes, médecins, psychanalystes, psychologues, linguistes, sociologues, chercheurs et spécialistes de la littérature jeunesse proposent une analyse précise, détaillée et engagée des enjeux et controverses autourde ce programme. Ce livre ouvre aussi sur d'autres horizons, pratiques et projets significatifs pour la petite enfance.

  • Cet ouvrage, paru en 1973 aux éditions du Scarabée, est devenu un classique pour tous ceux qui s'intéressent à l'éducation et au soin des jeunes enfants. S'il se proposait initialement d'être seulement un témoignage sur une expérience intéressante, il a été le point de départ de toute une éclosion d'activités (séminaires, débats, journées scientifiques, formation, coopération franco-hongroise...). Les propositions « piklériennes » bousculaient les idées et les modes de faire habituels avec les bébés. Elles ont soulevé de nombreux questionnements et de fortes résistances mais elles ont généré un renouveau dans les réflexions et les pratiques éducatives, de soin. Elles ont aussi entraîné des changements de perspective au niveau des fonctionnements institutionnels des pouponnières, crèches, services hospitaliers et autres lieux d'accueil de la petite enfance. Myriam David (1917 - 2004)a été pédopsychiatre ; Geneviève Appell est psychologue clinicienne

  • Cet ouvrage est un véritable dictionnaire amoureux de l'allaitement. Sous forme d'abécédaire, il voyage de A comme... allaitement à Z comme zizanie, en passant par F comme féminisme, J comme jumeaux, S comme sexe, T comme tirer (son lait), etc.

    Mais ne vous attendez pas à compulser un manuel de plus sur les pourquoi et les comment, genre tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'allaitement maternel en 26 questions ! Point de guide pratique ou de lexique savant ici, plutôt une balade dans un domaine que Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau ne se lasse pas d'explorer, depuis le début des années 1980, y découvrant chaque jour de nouveaux sentiers et de nouvelles perspectives, souvent insolites.

  • Ce livre témoigne de 20 ans de lectures individualisées auprès de tout-petits et de leurs familles, à travers les voix croisées de professionnels de la petite enfance et de la culture, de spécialistes du développement de l'enfant.

    Face à l'accroissement des inégalités, les actions précoces et continues d'éveil culturel constituent, en particulier dans les quartiers où les injustices sociales sont les plus fortes, un des leviers majeurs pour un partage plus équitable du bien commun. Oui, les lectures avec les jeunes enfants amènent d'autres relations, un autre accompagnement, avec une capacité redoublée d'observation, d'écoute, de bien-être et davantage d'humanité. C'est ce que ce livre montre avec la mise en dialogue des multiples acteurs de ce champ, sur le terrain, dans les institutions d'accueil de la petite enfance, en pmi ou bibliothèque, avec les familles, les universitaires et les politiques engagés, à partir de vingt ans d'expérience de l'équipe de lire. Sans statistiques mais avec des analyses qualitatives fines de pratiques, de dispositifs, d'albums, d'études, les éclairages apportés par les uns et les autres convergent sur ce constat. Ils en éclairent les acquis pour les enfants et les familles, non seulement dans l'ici et maintenant mais 5, 10, 15, 20 ans plus tard.

  • L'objectif de cet ouvrage est d'attirer l'attention des professionnels sur les périodes sensibles du développement de l'enfant où des signes objectifs de dysfonctionnement moteur peuvent être banalisés. Les auteurs soutiennent que la prise en charge quotidienne des enfants à risque sur le plan développemental montre une meilleure récupération fonctionnelle quand l'intervention est précoce, coordonnée, intégrant les aspects physiologiques et psychologiques du bébé en relation avec ses parents. Pierre Delion est pédopsychiatre psychanalyste, professeur à la faculté de médecine Henri Warembourg, chef du service de pédopsychiatrie au CHRU de Lille. Roger Vasseur est médecin de rééducation et de réadaptation fonctionnelle, ancien médecin directeur technique du CAMSP de Villeneuve d'Ascq.

  • Lire un livre à haute voix à un bébé, s'entendre parler, raconter. Se lire le livre. Partager sa lecture avec son bébé. Donner de la voix, mettre en voix ; une voix lit. Mais que se passe-t-il donc quand cette voix lit ? Qu'entend bébé ? L'histoire lue et le lecteur qui lit. Et si le livre est un album, un livre d'images, que voit bébé, pendant que la voix parle ? Les images du livre, de celui ou celle qui lit et ces images là qui s'éveillent en lui, à l'écoute de l'histoire lue. Que ressent bébé ? Et le lecteur ? Une expérience à deux ou singulière, un partage, une émotion, une mise en sens, une découverte, une énigme ? Lire un livre à un bébé, ce n'est pas une mince histoire, c'est bien plus qu'on ne peut l'imaginer. Lire un livre à un bébé, c'est participer d'une rencontre avec l'autre, au plus près de soi, une rencontre de corps, des sens, des émotions et des psychés. L'Agence nationale des pratiques culturelles autour de la littérature jeunesse a pour objectif de mettre en cohérence, de développer et de soutenir les actions en faveur de l'expérience littéraire dès le plus jeune âge.

  • L'omniprésence de la mère dans les soins au bébé et l'éducation du jeune enfant demeure pour beaucoup un dogme inattaquable. Pourtant, depuis cinquante ans, la situation des familles, les rôles parentaux, la place des professionnels se sont profondément modifiés.

    L'auteur retrace cette évolution et montre tout ce qui a changé tant du côté des savoirs sur les places familiales, le développement de l'enfant et l'éducation, que du côté des pratiques des acteurs, et de l'attitude des institutions. Il analyse les effets de cette nouvelle configuration des relations au bébé, caractéristique de notre société hypermoderne, et notamment les résistances, parfois violentes, qui se manifestent à son égard : rôle de la mère, rôle du père, nouvelles familles (notamment homoparentales), résidence alternée, prévention des troubles de l'enfant et/ou de la parentalité...

    N'est-il pas temps de développer une coéducation renouvelée, ou plus encore une cosocialisation, des jeunes enfants dans une perspective citoyenne et démocratique ?

  • Depuis plus de trente ans, des lecteurs itinérants vont à la rencontre des enfants de moins 3 ans et de leurs familles avec des albums de littérature jeunesse choisis pour leurs qualités littéraires et artistiques afin de lire, jouer, parler, rire, mâchouiller, réfléchir, rêver, habiter le monde, se le représenter...

    Nous savons désormais qu'un tout-petit s'intéresse aux livres et aux histoires dès sa venue au monde. Nous savons aussi que les adultes présents - parents, personnels de la petite enfance, professionnels du livre, des arts ou de la culture - s'émerveillent de cet intérêt et qu'ils ne cessent de s'interroger sur les bébés, les albums, la lecture, le langage, la langue et les langues...

    Sans aucun doute, un bébé, tous les sens en éveil, « lit » le monde qui l'entoure.  Mais comment des albums de jeunesse peuvent-ils contribuer à nourrir et développer ces capacités de lectures ? Comment, pourquoi et dans quelles conditions enrichissent-ils les représentations de soi, des autres, du monde ?

  • L'ostéopathie pour bébé ? Ça marche ? Pourquoi ? Et comment ?

    Parents et professionnels de la périnatalité, ce livre vous aidera à comprendre l'ostéopathie crânienne du bébé. Vous y découvrirez ses principes, son cadre, son intérêt. Vous y trouverez des réponses, pratiques et imagées, à vos questions de chaque jour. Vous verrez notamment que l'ostéopathe, contrairement aux idées reçues, ne remet rien en place, mais redonne de la liberté de mouvement aux tissus du corps dans l'objectif d'un bien-être intime et global du bébé.

  • Qu'appelle-t-on aujourd'hui « comptine » ? Quels itinéraires pour ces formes brèves ? Comment comprendre cet engouement pour une littérature longtemps oubliée en apparence, souvent méprisée, restée vivante cependant, et qui rencontre l'intérêt des enfants avec toujours autant d'évidence ? Quels sont les liens de ce genre avec l'enfance, la musique et la poésie ? Evelyne Resmond-Wenz, coordinatrice d'ACCES (Action culturelle contre l'exclusion et les ségrégations) Armor.

  • À partir de cas concrets où chacun, professionnel ou parent, peut reconnaître sa pratique, les auteurs mettent en exergue le rôle essentiel des professionnels de la petite enfance qui participent à la construction psychique du sujet. L'art d'accueillir les bébés est un subtil vademecum. Il évoque, avec légèreté et finesse, le quotidien des enfants à la crèche et déploie en autant de situations emblématiques - l'alimentation, le jeu, le langage, les limites, l'accueil - les grandes questions qui effleurent dans tout précis de puériculture raisonné. Écrit à quatre mains par une pédiatre et une psychomotricienne, cet ouvrage s'adresse à tous les professionnels de la petite enfance, aux étudiants, mais aussi aux parents et à tous ceux qui s'intéressent à l'accueil du jeune enfant en dehors de sa famille.

  • L'isolement des parents, la réduction de la famille élargie, les confrontations culturelles, la nouvelle place des soignants dans l'intimité des parents, induisent, imposent, des manières plus collectives de soin auprès du bébé et de sa famille.

    Le bébé est trop souvent envisagé au regard des seules relations avec sa mère. Sans nier cet aspect, cet ouvrage aborde le bébé dans sa famille et l'influence des évolutions sociétales qui pèsent sur ses parents et leur « nouvelle solitude ». L'originalité de cet ouvrage consiste ainsi à montrer comment une telle évolution s'accompagne d'une créativité sans précédent dans l'invention de nouveaux dispositifs de soin au quotidien chez lui, à la crèche, en centre parental, en PMI, à l'hôpital, etc.

empty