Littérature traduite

  • L'homme que les arbres aimaient

    Algernon Blackwood

    • L'arbre vengeur
    • 1 Juin 2017

    Considéré par Lovecraft comme son égal, célébré pendant des décennies comme l'un des maîtres du fantastique, Algernon Blackwood n'a pas en France le public qu'il mérite. La richesse de son oeuvre, la puissance de son inspiration, qui va chercher jusqu'au fond des forêts les mystères qui hantent l'humanité, et sa maîtrise narrative lui vaudraient pourtant de nombreux lecteurs. C'est que Blackwood n'est pas de ces bricoleurs d'épouvante qui se ressemblent tous. Avec lui c'est toute la Création et la Nature, à la fois attirantes et inquiétantes, qui sont convoquées face à des hommes effarés de découvrir ce que leurs âmes recèlent.
    La formidable puissance de suggestion de ce génie de l'étrange, de cet homme que les mots aimaient, se retrouvera dans les cinq longues nouvelles choisies ici.

  • Aux limites de l'infini

    Stanley G. Weinbaum

    • L'arbre vengeur
    • 21 Février 2019

    En quelques nouvelles et une carrière très brève, Stanley Weinbaum a imposé son nom jusque sur la planète Mars où un cratère porte le sien. On trouve de plus en plus difficilement ses textes en ce temps où les anthologies sont passées de mode. Il nous a semblé utile de nous offrir une nouvelle traduction de ses plus belles réalisations, perles de l'imaginaire d'une époque où la SF partait à la conquête des esprits et des intelligences.
    Sept nouvelles savoureuses et subtiles sur cet ailleurs qui nous résiste ou nous rend fou, et parmi elles la plus célèbre, Odyssée martienne, qui voit la rencontre d'un humain et d'un extra-terrestre et, pour la première fois dans la SF, il ne ressemble pas à un hominidé avec lequel on peut communiquer, "une des trois histoires qui ont changé la SF" (Asimov)

  • Le manuscrit Hopkins

    Robert Cédric Sherrif

    • L'arbre vengeur
    • 20 Mai 2015

    La lune va se décrocher du ciel britannique et personne ne le sait qu'une poignée d'hommes bien décidés à garder le secret jusqu'au bout. Parmi eux un éleveur de poules philatéliste qui appartient à la race, parfois inattendue, de ceux qui survivent aux catastrophes. C'est ce bonhomme falot et sans grandeur qui va nous raconter la plus terrible histoire vécue par le monde occidental et la consigner, de sa plume naïve, dans un manuscrit fantastique que les hommes du futur baptiseront Hopkins.
    Proche d'un Wells, ce maître dans l'art d'inventer des fables pour faire réfléchir ses contemporains, mais avec une ironie, un sens du comique qui ne sont qu'à lui, R.C. Sherriff a composé le plus saisissant et le plus original des romans apocalyptiques. Ce chef-d'oeuvre de la science-fiction anglaise transcende par son ton les canons du genre. Salué par le public anglais qui lui a fait un succès qui ne se dément pas, il a influencé Aldiss ou Wyndham.
    Michael Moorcock, qui le considère comme un classique, en signe la préface inédite. Un livre qui vous fera regarder la lune bien différemment...

  • Le nuage pourpre

    Matthew Shiel

    • L'arbre vengeur
    • 19 Avril 2018

    Publié en 1901 par un auteur anglais reconnu d'abord pour sa précocité puis sa prolixité, Le Nuage pourpre représente une arrivée sidérante dans le monde de la littérature avec sa vision post-apocalyptique illuminée, celle d'un homme absolument seul, survivant à un désastre absolu et maître d'un monde qu'il décide de brûler méthodiquement. Mais si le héros se nomme Adam, c'est bien que...
    Sans équivalent, ce roman, trop mal connu et jamais édité en grand format en France, emballera les amateurs de cette littérature des extrêmes, des hallucinations d'un temps où penser la fin se faisait encore avec des précautions. Miraculeusement, ce livre a vieilli de manière unique. Un manque éditorial à combler d'urgence. Une oeuvre aussi émouvante que fascinante.

empty