Finitude

  • Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur « Mr Bojangles » de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Ici seule la fantaisie a le droit de cité ; travail, école, contingences sont oubliés. Celle qui donne le ton, c'est la mère, un véritable feu follet, imprévisible et extravagante. C'est elle qui a adopté Mademoiselle Superfétatoire, une grue de Guinée qu'elle promène en laisse, qui arrose les meubles, qui change de prénom chaque jour. Elle entraîne sa famille dans un tourbillon de poésie et de chimères.
    Un jour pourtant, elle va trop loin, et le monde rationnel s'invite chez eux. Père et enfant vont tout faire pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue coûte que coûte, pour la protéger. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

  • Florida

    Olivier Bourdeaut

    Sur le podium, Elizabeth est la plus jolie des mini-miss, mais cette victoire ne suffit pas et sa mère fera tout pour la voir gagner une nouvelle couronne. Elle n'est plus qu'une ravissante poupée au service de l'ambition maternelle. Les concours se succèdent et sa rancoeur envers ses parents ne fait que grandir. Elizabeth comprend vite que maîtriser son corps c'est maîtriser son destin, alors elle le met au service de sa vengeance, le transforme, le déforme.
    Elle ne sera plus jamais la Petite Princesse de quiconque. De cette confession d'une jeune femme révoltée, dont on a volé l'enfance, naît un roman bouleversant sur la dictature de la beauté. Intelligente, dotée d'une autodérision et d'une volonté incroyables, Elizabeth fait partie de ces héroïnes borderline que l'on n'oublie pas.

  • L'Appel de la forêt est le roman qui a apporté la célébrité à Jack London. Il sera vendu à plus de six millions d'exemplaires aux États-Unis de son vivant. L'édition originale américaine est parue dans un cartonnage illustré vert olive, au lettrage doré. Cette nouvelle édition française veut rester dans la tradition et s'inspire, en la modernisant, de cette couverture.

  • Recueil de notes mêlant souvenirs de voyages et de balades, réflexions sur la nature et le temps qui passe, considérations sur le monde et appréciations critiques de livres, de films et d'oeuvres d'art.

  • Pactum salis

    Olivier Bourdeaut

    Une histoire d'amitié, d'amitié improbable entre un paludier misanthrope, ancien parisien installé près de Guérande, et un agent immobilier ambitieux, originaire de la région nantaise, qu'il a fuie pour «réussir» à Paris. Bref, tout oppose Jean et Michel dont la rencontre fortuite dans des marais salants est le point de départ d'une amitié chaotique. Ils vont passer deux semaines ensemble, liés à la fois par une promesse absurde et par une fascination réciproque. Deux semaines où chacun oscillera entre deux mondes. Michel va entraîner Jean dans ses nuits de discothèques, de palace et d'alcool. Et la journée, Jean fera travailler Michel plus dur que jamais dans ses marais salants.

  • Ceux que je suis

    Olivier Dorchamps

    À mort de leur père, garagiste à Clichy, les trois frères Mansouri ont la surprise d'apprendre qu'il désirait être enterré à Casablanca. Ils rechignent à se rendre dans un Maroc où ils se sont toujours sentis étrangers. Ce sera Marwan, le prof d'histoire-géo, qui accompagnera le cercueil dans l'avion. C'est à lui que sa grand-mère racontera son histoire, celle d'une gamine berbère de 13 ans vendue à une riche famille marocaine. Elle lui avouera combien son propre fils, le père de Marwan, a eu honte de ce qu'elle avait subi, au point de quitter le Maroc pour la France. En déambulant dans les rues de Casa, en rencontrant les anciens amis de son père, Marwan commence à faire son deuil d'un homme dont il n'avait pas entrevu la complexité.

  • À Genève, en 1989, Svetlana, une ambitieuse cadre bancaire, rencontre Aldo, un prof de tennis vaguement gigolo. Ils s'aiment mais veulent plus, plus d'argent, plus de pouvoir, plus de reconnaissance. Alors qu'ils préparent minutieusement le casse qui devrait changer leur vie, ils n'imaginent pas être les marionnettes de plus gros, plus malins, plus féroces qu'eux. On ne joue pas impunément avec l'argent des puissants. Et pour les requins de la finance internationale, l'amour n'est pas une valeur refuge. Aldo et Svetlana n'avaient aucune chance.
    Joseph Incardona signe ici son livre le plus ambitieux. Vaste comédie humaine tout à la fois roman noir et grand roman d'amour. Une prouesse.

  • «Cookie Mueller était une écrivaine, une mère, une hors-la-loi, une actrice, une créatrice de mode, une go-go danseuse, une guérisseuse, une pythie de la scène artistique et, par-dessus tout, une déesse. Vous n'avez pas idée combien cette fille me manque.» John Waters De la fin des années 60 à celle des années 80, cette déesse a mêlé son existence à celle de quelques simples mortels, quelques élus qui ont pour noms Nan Goldin, Jean-Michel Basquiat, Robert Mapplethorpe ou l'extraordinaire Divine.
    Une déesse, ça sait tout faire, ça sait écrire. Conteuse géniale, elle nous a laissé en guise d'évangile une poignée de textes touchants et décalés. Plus que de simples souvenirs, ses récits sont avant tout de beaux morceaux de littérature, au style vivant et impeccable. Cookie écrivait comme elle a vécu, avec une liberté et une insouciance qui sont la marque d'une époque révolue, celle de la génération fauchée par le sida.

  • Cinq ans après sa sortie, En attendant Bojangles méritait une belle édition illustrée.
    Le trait subtil et les couleurs délicates de l'illustrateur Christian Cailleaux se marient parfaitement à la fantaisie du roman d'Olivier Bourdeaut pour un rendu à la hauteur des attentes des amoureux de ce texte.

  • Avril s'inquiète pour Elias. Elle l'aime, mais il est si secret, si étrange parfois. Craintif, aussi. Elle voudrait comprendre ce qui le tourmente, ce qui l'empêche de vivre pleinement.
    Mais comment Elias pourrait-il lui confier ce qu'a été son enfance ? Pas facile, dans un petit village, d'être le fils du « fou ». De celui qui se dit magnétiseur, médium ou « paradoxologue » et qui fait subir à sa famille la tyrannie de ses discours et de ses délires.
    L'amour d'Avril suffira-t-il pour qu'Elias échappe à cette enfance abîmée ?

  • Narcisse etait jaloux

    Fabrice Chillet

    • Finitude
    • 4 Février 2021

    Léo, la trentaine, cultive consciencieusement son spleen de lettré velléitaire. Tel un Rastignac nonchalant, il est monté à Paris pour échapper à sa famille. Lorsque son meilleur ami, Paul, tombe amoureux de Julia, une jeune peintre prometteuse, Léo est jaloux.
    Peu à peu, il entre dans l'intimité de la jeune femme et se persuade qu'il est le seul à comprendre sa peinture, que Paul n'aura jamais la sensibilité suffisante pour la combler. Léo va s'employer à attirer l'attention de Julia afin de devenir son premier modèle.
    Dans ce marivaudage contemporain, Fabrice Chillet épingle le narcissisme actuel, qui se nourrit d'envie et de jalousie.

  • Les grands chevaux

    Fanny Wallendorf

    Le même rêve d'une harde de chevaux lancés au galop hante deux hommes qui ne se connaissent pas. Pour Kerr, pompiste sans histoires, il annonce la montée de l'angoisse ; pour Niels, cracheur de feu en quête d'absolu, la venue de l'inspiration. Dans une ville déchirée depuis des décennies, au climat social délétère, tous deux tentent de trouver un équilibre malgré un passé tragique et marqué par la honte.
    Alors que Kerr va connaître l'apaisement grâce à l'amour, Niels, brutalement privé de sa pratique du feu à cause d'ennuis de santé, va devoir affronter ses démons. Fanny Wallendorf signe un roman à la fois flamboyant et crépusculaire, où la passion et la nature sont les seuls remèdes à la peur de vivre dans un monde indéchiffrable.

  • Jérôme

    Jean-Pierre Martinet

    Obsédé par Polly, la jeune fille qu'il croit aimer, Jérôme Bauche se lance dans une quête hallucinée à travers une ville étrange, un peu Paris un peu Saint-Pétersbourg. Dans ce livre-monstre qui résonne comme un terrifiant éclat de rire, Martinet rend hommage à ses maîtres, Dostoïevski, Joyce, Gombrowicz ou Céline.
    Depuis 1978, le chef d'oeuvre de Jean-Pierre Martinet ne cesse de fasciner. Longtemps mythique car épuisé, ce n'est qu'en 2008 que Jérôme a retrouvé les tables de librairies avant de soulever l'enthousiasme de milliers d'admirateurs fervents.
    Aujourd'hui, pour son anniversaire, les éditions Finitude font paraître une nouvelle édition afin de gagner une nouvelle génération de lecteurs.

  • Pierre a tout abandonné, il vit dans sa voiture, sur l'autoroute. Là où sa vie a basculé il y a six mois.
    Il observe, il surveille, il est patient.
    Parmi tous ceux qu'il croise, serveurs de snack, routiers, prostituées, cantonniers, tout ce peuple qui s'agite dans un monde clos, quelqu'un sait, forcément.
    Week-end du 15 août, caniculaire, les vacanciers se pressent, s'agacent, se disputent. Sous l'asphalte, lisse et rassurant, la terre est chaude, comme les désirs des hommes.
    Soudain ça recommence, les sirènes, les uniformes.
    L'urgence.
    Pierre n'a jamais été aussi proche de celui qu'il cherche.

    Joseph Incardona mêle les genres avec habileté et réussit un roman profond et ambitieux. Son style puissant et son art très cinématographique de la narration font mouche.

  • L'appel

    Fanny Wallendorf

    Un gamin s'élance face au sautoir. Au lieu de passer la barre en ciseaux, comme tout le monde, il la passe sur le dos. Stupéfaction générale. L'adolescent vient d'inventer, de «créer» un saut qui le mènera jusqu'au podium olympique. Ce gamin, c'est Dick Fosbury, direz-vous. Oui, bien sûr. Mais c'est à peu près tout ce que Richard, le jeune héros de ce roman, a de commun avec le célèbre athlète.
    Fanny Wallendorf invente une vie, une aspiration, une vocation à Richard. Sa manière de passer la barre lui vaut le surnom d'Hurluberlu. Il s'en fiche, ce qu'il veut, c'est suivre sa propre voie.
    Les entraîneurs timorés, les filles, la menace de la guerre du Vietnam, rien ne le détournera de cette certitude absolue : il fera du saut en hauteur une manière de sublime chorégraphie.

  • Honorer la fureur

    Rodolphe Barry

    James se sent à l'étroit dans son petit bureau new-yorkais du Chrysler Building, à l'étroit dans son métier de journaliste comme dans sa vie. Il travaille pour Fortune, le magazine le plus libéral du pays. Tout ce qu'il hait. Alors quand son rédacteur en chef l'envoie dans son Sud natal pour une enquête sur la vie des métayers en Alabama, James se sent revivre. D'autant qu'on lui adjoint pour ce voyage un jeune photographe inconnu avec lequel il s'entend d'emblée. Le reportage deviendra un brûlot, un plaidoyer, un cri rageur face à la pauvreté des fermiers dans ces sinistres années trente. Puis un livre, un grand livre signé James Agee et Walker Evans, Louons maintenant les grands hommes.

    Le nom de James Agee se met à circuler chez les écrivains, les journalistes, tous les intellectuels. On parle d'un type fascinant, insupportable, brillant, révolté, alcoolique. Il travaille à un scénario pour John Huston, enchaîne les mariages, devient l'ami de Chaplin, et on dit même que pour son premier film en tant que réalisateur, l'illustre Charles Laughton lui a confié l'adaptation de La Nuit du chasseur.

    Rodolphe Barry s'est attaché à faire vivre l'homme caché derrière ces oeuvres et nous fait découvrir un artiste dont la soif d'absolu se fracasse sans cesse contre le réel, un homme en colère que ses propres faiblesses écoeurent.

  • Chaleur

    Joseph Incardona

    La Finlande : ses forêts, ses lacs, ses blondes sculpturales, et son Championnat du Monde de Sauna...
    Les concurrents les plus acharnés sont Niko & Igor, le multiple vainqueur et son perpétuel challenger, la star du porno & l'ancien militaire. Tout les oppose, ils se haïssent et s'estiment pourtant : ils sont les deux seuls capables de supporter cette chaleur (110°C), les deux seuls à posséder la volonté nécessaire. Le Championnat débute, et pour chacun ce sera le dernier, c'est une certitude. Alors il faut se dépasser. Mais jusqu'où serontils prêts à aller ?
    Aussi dérisoire que soit l'enjeu, au-delà de toute raison, la rivalité peut entraîner les hommes au bout d'euxmêmes.
    À la fois pathétiques et grandioses, Niko & Igor illustrent avec éclat ce désir d'absolu de la nature humaine.

  • La personnalité, l'humour et le talent de Cookie Mueller lui ont permis de devenir une icône de l'avant-garde new-yorkaise des années 70 et 80. Au cours de soirées mémorables, elle racontait à ses amis ses souvenirs, ses aventures rocambolesques depuis les années où elle était la bad girl du lycée jusqu'à ses anecdotes de tournage avec John Waters, en passant par sa vie californienne lorsqu'elle côtoyait Janis Joplin ou Jim Morrison. Quand elle a entrepris de mettre ces souvenirs par écrit, elle a gardé la même verve et la même fantaisie, le même naturel. Cookie écrit « cash », comme elle a vécu.

  • Un jour, il est tombé des oiseaux en Normandie. Une pluie d'oiseaux. Et manifestement tout le monde s'en fiche, à peine quelques entrefilets dans la presse locale. Tout le monde, sauf un jeune parisien qui, pour tromper l'ennui, se passionne pour ce phénomène survenu dans le village où il est né.

    Il embarque sur un bateau de croisière qui remonte la Seine et, entre des retraités en goguette et une trop jolie Capitaine, il tente de mettre de l'ordre dans ses notes et dans sa vie.

    Et si finalement ces histoires d'oiseaux n'étaient que de la poudre aux yeux? Si elles n'étaient pour lui qu'un prétexte pour rentrer à la maison et se réconcilier avec son père? Une quête identitaire masquée par une enquête aviaire, une plongée dans une histoire de famille sous couvert d'Histoire Naturelle.

  • "Une relation constante avec la nature et la contemplation des phénomènes naturels sont indispensables à la préservation de la santé morale & intellectuelle. Ni la discipline des écoles, ni celle des affaires, ne pourront jamais procurer pareille sérénité à l'esprit". En 1851, à trente-quatre ans, Thoreau comprend que son Journal sera son oeuvre la plus importante. D'un lever de lune à la flore d'une prairie, de la forme d'un coquillage à un chant d'oiseau, tout est sujet à étude.
    Ses observations de la nature et les réflexions, tant philosophiques que poétiques, qu'elle lui inspire gagnent en profondeur. A travers sa connaissance de la Nature qui l'environne, Thoreau cherche à définir l'homme et sa place dans le monde. Poète et philosophe, ethnologue et naturaliste éclairé, marcheur contemplatif et observateur sans concession de l'âme humaine, Thoreau, au jour le jour, dans son grenier ou dans sa cabane, note dans son Journal toutes les pensées d'un esprit profondément original et d'une exceptionnelle acuité.

  • La peau dure

    Raymond Guérin

    • Finitude
    • 19 Octobre 2017

    La peau dure, c'est un livre à trois voix. Trois soeurs, trois monologues: Clara, Jacquotte et Louison.
    Trois femmes fragiles, ballottées dans un monde trop grand pour elles, trop cruel aussi, un monde dirigé par des hommes.
    Guérin signe là un roman extrêmement social, voire même ouvertement féministe. En cela la Peau dure conserve aujourd'hui une vraie modernité, une résonance certaine avec la société actuelle.
    C'est un véritable plaidoyer, âpre et cinglant, pour la cause des petits, des faibles, des sans-grade.

  • Pierre Lombard a tout perdu : un poste prestigieux dans un grand groupe d'édition, sa femme, ses ambitions d'écrivain. Amer et désabusé, il accepte un poste de représentant en librairies pour un petit diffuseur. Tournée après tournée, dans la solitude de sa voiture, il se nettoie des faux-semblants de sa vie antérieure et se reconstruit par la lecture. Il revient aux origines de son métier : passeur de textes. Ce roman de la vie d'un représentant est émaillé de rencontres étonnantes, parfois drôles, parfois pathétiques. Il revient également sur les profondes mutations du monde du livre, entre fusions de grands groupes d'édition et battage médiatique, on est bien loin de la littérature !

  • Auletris

    Anaïs Nin

    Entre 1940 et 1942, Anaïs Nin a écrit de très nombreuses histoires érotiques qu'elle vendait un dollar la page à un « amateur ». Il a fallu attendre la fin des années 70 et la mort de l'auteur pour qu'elles soient publiées sous les titres de Vénus Erotica et Les petits oiseaux, qui sont devenus des classiques de la littérature érotique.
    Presque cinquante ans plus tard, un manuscrit perdu d'Anaïs Nin est miraculeusement retrouvé lors d'une vente aux enchères aux États-Unis. Ce volume, intitulé Auletris d'après le nom d'une nymphe compagne du dieu Pan, regroupe deux histoires érotiques inédites. Publié aux États-Unis en 2016, ce recueil est traduit pour la première fois en France.

  • Péquenots

    Harry Crews

    On connaît le Harry Crews romancier dont les oeuvres (La foire aux serpents, Car, Body...) sont peuplées de freaks, de red-necks, de ces gars du Sud qui servent de miroir à une Amérique tiraillée entre violence et respectabilité. Mais une facette du bonhomme restait inconnue en France: Crews journaliste.
    On est du côté du «nouveau journalisme» de Tom Wolfe, ou du «journalisme Gonzo» de Hunter Thompson, de la «narrative non-fiction» comme on dit en français. Crews a publié de nombreux reportages dans Esquire et Playboy et le présent recueil regroupe ses papiers parus entre 75 et 77.
    Qu'il nous entraîne dans sa quête d'une vasectomie, dans l'univers des forains, ou encore sur un tournage en compagnie de Charles Bronson, Harry Crews fait toujours mouche: il nous arrache un sourire ou un frisson.

empty