Philippe Durant

  • Bernard Natan, émigré d'origine roumaine, a 34 ans quand il fonde sa première société de production cinématographique. Entrepreneur visionnaire, passionné par le 7ème art et certain de son essor malgré les crises économiques et politiques de l'entre-deux guerres, il investit sans relâche, modernise, transforme en précurseur. Production, diffusion, premiers films parlants, importation des dessins animés de Walt Disney en France, il est de toutes les avancées modernes du grand et du petit écrans, à l'instar des Goldwyn, Mayer et Warner américains. Il acquiert en 1929 le groupe Pathé qu'il tentera de sortir de la faillite. Ses difficultés économiques, les attaques constantes des médias et une cabale publique sur fond d'antisémitisme, le conduiront à son emprisonnement en 1939 puis à sa déportation en 1942, jusqu'à sa mort dans le camp d'Auschwitz.
    Personnage fascinant et pilier français du cinéma des années 1920 et 1930, Bernard Natan deviendra le monstre sacré oublié du cinéma, l'investisseur génial dont la mémoire fut sacrifiée aux heures noires de l'Histoire.

  • Qui se cache derrière les sonates de Corelli ?
    Combien ont été payés les acteurs ?
    Pourquoi Adolphe Amédée Delafoy porte-t-il des gants ?
    Comment s'est tournée la surprise-partie ?
    Quelles scènes filmées ont été coupées au montage ?
    Que vient faire Louis XVI dans cette galère ?
    Combien y a-t-il de mots d'argot ?
    Qui est Frankie Mills ?...
    À ces questions fondamentales, et à beaucoup d'autres, répond cet insolite mais exhaustif dictionnaire. Grâce à lui, on va enfin tout, mais alors vraiment TOUTsavoir sur Les Tontons flingueurs. Basé sur des documents jamais dévoilés, des sources jusqu'alors inexploitées, des interviews inédites, illustré par des dizaines de photos rarissimes, ce livre fourmille de révélations et d'anecdotes, tout en conservant le ton décontracté et la dérision chers à Michel Audiard et à Georges Lautner. Plus qu'un voyage au coeur d'un univers truculent c'est une véritable redécouverte d'un film-culte qui, génération après génération, séduit de nouveaux spectateurs. On y côtoie Fernand, Raoul, Théo et tous les autres. On apprend à mieux les connaître, donc à mieux les apprécier. Aucun lieu, aucun acteur, aucun objet n'est laissé dans l'ombre. Toutes les références contenues dans les dialogues sont enfin expliquées.
    En bonus exclusif, une interview inédite de Georges Lautner entièrement consacrée aux coulisses du tournage.

  • Guy Bedos est réputé pour ses phrases cinglantes, ses piques redoutables. Sur scène, à l'écran, dans ses écrits ou lors de ses interviews, il a toujours refusé la langue de bois, tirant sur tout ce qui le dérangeait, avec discer- nement et efficacité.
    300 de ses réparties parmi les plus féroces et les plus pertinentes sont réunies et analysées dans la tradition de la collection « Le Petit... illustré par l'exemple ».
    Pour mieux les comprendre et, donc, pour mieux les apprécier. Du Bedos tel qu'en lui-même :
    Brillant et cinglant.

  • Après Le Petit Audiard illustré par l'exemple (2011, 19 000 ventes), Le Petit Gabin illustré par l'exemple (2012) et Le Petit Jame Bond illustré par l'exemple (2015), voici Le Petit Jean Yanne illustré par l'exemple.
    Jean Yanne était, et reste, l'un de nos plus grands humoristes.
    Pourchassant la connerie avec une volonté sans faille, stigmati- sant les comportements stupides avec une prédilection pour les institutions, les pouvoirs publics, les hommes et femmes poli- tiques, celui qui ne faisait aucun cadeau et était capable des plus grands délires se fit souvent « remercier » par les chaînes de radio et télévision.
    À travers les meilleures répliques de ses films, des extraits d'in- terviews toujours grinçantes et ses interventions radiophoniques (notamment auprès de Pierre Dac), on retrouve ici le langage fleuri de Jean Yanne, ses réparties cinglantes et son verbe pour- fendeur.
    300 citations et vannes du comique sont réunies, suivies d'un éclairage de Philippe Durant. Dans la tradition du Petit Audiard illustré par l'exemple, chaque formule est étudiée à la loupe et disséquée avec humour. Une excellente façon de mieux connaître la personnalité, le style Yanne et la richesse de son vocabulaire.
    *** « Je ne sais pas si vous êtes un vrai catho, mais vous êtes un vrai con. » Jean Yanne, Êtes-vous fiancée à un marin grec ou à un pilote de ligne ?
    « S'il faut tenir du compte de l'opinion du peuple pour gouver- ner maintenant... en dehors du peuple, tous les hommes sont contents ? » Michel Serrault, Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ « Vous savez que je suis très malade... Non seulement je suis malade mais c'est une maladie très grave :
    Je suis allergique à la hiérarchie. » Jean Yanne, Êtes-vous fiancée à un marin grec ou à un pilote de ligne ?

  • Pierre Desproges

    Philippe Durant

    • First
    • 9 Novembre 2017

    Si tout le monde se souvient de ses bons mots, ses phrases assassines, ses réflexions acides, ses sketchs mordants, on connaît peu ou mal le parcours de Pierre Desproges.
    Comment un fils d'instituteur est-il devenu un amuseur reconnu, à l'immense succès public, qui, trente ans après sa mort, continue d'être lu et apprécié comme peu de gens le sont ? Comment un jeune homme un peu gauche et timide a-t-il réussi à imposer son style contre vents et marées ?

    Dans cette biographie, sa difficile ascension est enfin retracée étape par étape. Avec ses réussites et ses échecs, ses déceptions et ses coups de gueule. Car Desproges n'avait rien d'un béni-oui-oui, ce livre le démontre, et n'avait surtout pas sa (mauvaise) langue dans sa poche. Aussi exigeant pour lui que pour les autres, il s'est souvent heurté à de fortes personnalités et a claqué plus d'une porte...
    Précise et documentée, cette biographie originale est étayée par de nombreux propos de Pierre Desproges. Souvent cocasses, toujours cinglants, parfois désabusés. Ce comique à l'oeil rieur était en fait un solitaire angoissé, jamais dupe des faux semblants, toujours inquiet du comportement de ses semblables. Une forme rare de lucidité. Pierre Desproges était un homme plein de surprises, bonnes ou mauvaises. Jusqu'à mourir d'un mal qu'il n'avait cessé de railler depuis ses débuts...
    Desproges tel qu'en lui-même ressort de ces pages. À la fois attachant et agaçant. Un homme à aimer malgré lui.

  • La bande à Bébel

    Philippe Durant

    Les copains d'abord.

    L'une des raisons majeures du succès de Jean-Paul Belmondo - outre son talent - réside dans son humour et son sens de l'amitié. Il suffit d'évoquer son nom pour que surgisse l'image d'un homme toujours décontracté, le sourire aux lèvres, l'oeil goguenard. Tel est le Bébel que l'on a aimé et que l'on aimera toujours...
    Dès le Conservatoire, il intègre un groupe fidèle composé de Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Claude Rich, Bruno Cremer... Ces joyeux drilles seront bientôt rejoints par Claude Brasseur, Guy Bedos, Philippe de Broca, etc.
    Ensemble ils élèvent l'humour au rang de grand art, avec leur désinvolture et leurs plaisanteries potaches. Cela va du faux débile qui arpente les rues de Paris, jusqu'aux chambres déménagées du grand hôtel de Rio de Janeiro.
    Des folies dont sont victimes les copains autant que les partenaires, le temps d'un film. Certaines iront si loin qu'elles provoqueront l'intervention de la police. Aucune méchanceté, jamais. L'envie de rire, toujours. La bande à Bébel a sévi par tous les temps, sous toutes les latitudes, pendant plus de trente ans. Témoignage d'une époque où les films se tournaient dans la bonne humeur.
    Ce livre fait revivre les aventures hors écran de Belmondo et ses potes. Une amitié indéfectible que seule la mort est parvenue à briser.

  • Le monde se divise en deux catégories : les fanatiques de Michel Audiard et les autres. Aussi saugrenu que cela puisse paraître, il n'existait aucun dictionnaire de la pensée audiardienne. Grâce à ce livre passant au crible les plus belles de ses répliques, le vide est comblé. A l'aide d'explications solides et d'exemples finement choisis, on découvrira la richesse du vocabulaire de Michel Audiard, ses sources, ses trouvailles, son originalité... et on écoutera ses films d'une autre oreille.

  • Gabin parlait le Gabin. Un langage riche, original, déroutant, amusant qui claquait avec brio dans chacun de ses films. Pas question pour lui de dire n'importe quoi, et surtout, n'importe comment. Tous ses dialogues étaient retaillés à la mesure de son talent. Jacques Prévert, Michel Audiard, Henri Jeanson, Pascal Jardin, Alphonse Boudard, Auguste Le Breton et tant d'autres surent s'adapter à son phrasé si particulier, trouver les mots lui correspondant le mieux, selon la manière qu'il avait de se les approprier. Un verbe puisé dans la foisonnante diversité du vocabulaire de l'acteur. Flic, voyou, médecin, ouvrier, président, paysan... tous parlèrent "à la manière de" Gabin, sans jamais se ressembler. Ce sont ces mots, qu'il avait "bien en bouche", que l'on retrouve dans cet ouvrage, choisis, expliqués et remis en valeur. A la fois un voyage au coeur de l'univers de Gabin et un hommage à celui qui fut tour à tour Gueule d'amour, le Dabe, le Patron, le Vieux, et qui reste l'une des rares authentiques légendes du cinéma français.

    Considéré comme l'un des plus fins spécialistes de l'univers audiardien, Philippe Durant a écrit plusieurs livres sur le sujet dont Le Petit Audiard illustré par l'exemple (Nouveau Monde éditions, 2011) et Audiard en toutes lettres (Le Cherche Midi, 2013).

  • «- L'Asiate infect est là ? - Il dort. - Puisque nous sommes riches, économisons une gifle. Laissons-le dormir.» Le Baron de l'écluse «- Tu lui as parlé des conventions de La Haye ? - Oui. - Il t'a dit de te les foutre au cul ? - Oui. - Il commence à me plaire ce mec, il est bien. Un taxi pour Tobrouk «L'époque est au diplôme et l'avenir aux grosses têtes ! Qu'il s'agisse de profession libérale ou de mariage d'osier, les bachots sont indispensables ! T'en connais, toi, des gens qui ont réussi sans diplôme ? Cite-m'en un peu !» Les Tontons flingueurs A l'occasion du 30e anniversaire de la mort de Michel Audiard, son fils Bruno a décidé d'ouvrir ses archives.
    Il en a retiré des scénarios autrefois confiés par le maître, pieusement conservés. De l'inédit ! Avec l'aide de Philippe Durant, audiardphile confirmé, il a passé chacune de ces sources aurifères au tamis pour en extraire quelques pépites : des échanges sacrifiés au montage, des séquences passées à la trappe, des personnages mis à l'écart. D'où des répliques jamais entendues sur grand écran. Attention : pas du toc ! De la joncaille poinçonnée Audiard.
    Le talent à l'état brut. Les Tontons flingueurs, Un singe en hiver, Le cave se rebiffe, Flic ou voyou, Les Barbouzes, Un taxi pour Tobrouk... et plus d'une soixantaine d'autres scénarios révèlent enfin leurs secrets, à faire pâlir les envieux. Michel Audiard n'écrivait pas pour ne rien dire. En voici plus de 500 nouvelles preuves. L'ensemble de cette prose est commenté avec la pertinence qui fit le succès du Petit Audiard illustré.

  • Le succès des James Bond n'est pas seulement dû à l'excellence de leurs scènes d'action, à la beauté des James Bond Girls ou à l'inventivité des gadgets de Q. Une part importante du succès réside également dans des dialogues percutants, festival de mots d'esprit, de piques délicieusement réactionnaires ou misogynes aux débuts de la série, d'autodérision croissante à partir des années 1970, de jeux de mots intraduisibles, etc.
    Pour la première fois un ouvrage détaille et analyse ce feu d'artifice, révélant les nombreuses références littéraires, historiques, politiques. d'un James Bond plus cultivé qu'il n'y paraît.
    B comme. BEATLES Ma chère petite, il y a des choses qui ne se font pas, telle que de boire du Dom Pérignon 55 à une température au-dessus de trois degrés et écouter les Beatles sans boules Quiès. (James Bond et Jill Masterson Goldfinger) C comme. CAVALEUR Faut pas demander la lune : un cavaleur comme lui sur une île peuplée exclusivement de femmes, si on le revoit demain on aura de la chance. (Q à Vijay, Octopussy) D comme. DIAMANT C'est la substance la plus dure trouvée dans la nature, ça entaille le verre, suggère le mariage et je suppose qu'il remplace le chien en tant que meilleur ami de la femme. (James Bond (à Sir Donald Munger) Les diamants sont éternels)

  • Incroyable ! Sidérant ! Époustouflant ! Poussé par le triomphe du tome 1, cet étourdissant volume propose 4.000 nouvelles répliques. De quoi «réchauffer en hiver, rafraîchir en été, stimuler les lymphatiques et calmer les névropathes» (Comment réussir quand on est con et pleurnichard). 4.000 ? Où cela s'arrêtera-t-il ? Des sources innombrables, reflets du cinoche et du septième art : films cultes, comédies fracassantes, oeuvres oubliées, productions obscures... Un tour du monde incroyable à la rencontre de près de 3.000 films. Tout est passé par le petit tamis pour récolter des pépites. Drôles, étourdissantes, pertinentes, profondes, sensées, ébouriffantes... Elles sont venues, elles sont (presque) toutes là, à ce deuxième rendez-vous des 4.000. Une sélection de premier choix, apte à combler les palais les plus gourmands. De surprises en étonnements, ça fuse de partout et ça ne laisse jamais indifférent. Des répliques toujours admirablement rangées sous forme de dictionnaire. De A (comme Abruti) à Z (comme Zoom). Pour éviter au lecteur de s'égarer. Car on peut se perdre dans un nectar. 4.000, ça frôle le grandiose ; l'ivresse des montagnes, la volupté des grands espaces que l'on foule mètre après mètre. On se délecte, on se gargarise et on reste pantois. Et comme dirait James Bond lui-même, «Per ora et per il momento che vera. Jouissons du moment et du moment qui le suit» (L'Homme au pistolet d'or). Ah, ce tome 2, c'est du brutal !

  • Jean-Louis Trintignant incarne à lui seul une bonne part des riches heures du cinéma Français... et européen. Pourtant, et ce n'est pas là le moindre paradoxe de cet homme, la timidité maladive du jeune Jean-Louis n'était pas un atout pour monter sur les planches ou affronter l'oeil des caméras. C'est ce qui étonne le plus dans ce parcours en tous points exceptionnels, cette volonté inébranlable de jouer la comédie dès que cette vocation s'imposera chez lui, malgré les obstacles, dont cette grande timidité. "Je n'étais pas doué alors j'ai beaucoup travaillé" répète inlassablement Trintignant, dont le lecteur peine à imaginer où se situe exactement ce manque de qualités pour ce métier...
    61 ans de carrière, 137 films et séries tournés, 6 distinctions (dont le prix du meilleur acteur à Cannes pour son rôle dans "Z" de Costa-Gavras et le César du meilleur acteur pour sa composition dans "Amour"), Jean-Louis Trintignant est une histoire du cinéma à lui seul.
    Cette biographie exhaustive, admirative mais pas hagiographique, retrace la vie de ce monstre sacré du cinéma par des séquences thématiques, qui, les unes à la suite des autres, font dérouler sous les yeux du lecteur le film d'une vie incroyable sur les pas d'un acteur aussi généreux dans ses rôles que discret dans la vie.

  • Du jamais vu ! Du jamais lu ! Pour la première fois, un ouvrage et même une somme, mieux : une encyclopédie ! regroupe plus de 4.000 répliques de films. 4.000 ! Et du rare, du précieux, du pas forcément connu mais du toujours efficace. Drôles, pertinentes, loufoques, censées, incroyables, savoureuses... elles sont présentes au rendez-vous. En provenance de tous les horizons, de bien des pays et d'innombrables genres. Du western au film fantastique, du dessin animé au film de super-héros, la gamme entière du cinéma est passée au crible. Avec, en prime, quelques croustillantes pépites issues de séries Z et de nanards absolus. Tous les cinémas, pour tous les goûts. Mais... Et c'est ici que l'opuscule atteint une dimension cosmique : les répliques sont classées par mots ! De A (comme Abruti) à Z (comme... Zorro !) 1.350 mots ! Une paille... Oui, une véritable encyclopédie. ''Un ouvrage qui expose alphabétiquement des connaissances spécifiques dans un domaine'', comme disent les spécialistes. Et ici, le domaine c'est le dialogue. La première encyclopédie de répliques de films. Qui ne s'adresse pas uniquement aux cyclopes mais à tous les amateurs de cinéma et de bons mots. Et même si ''Deux intellectuels assis vont moins loin qu'une brute qui marche'' (Un taxi pour Tobrouk), l'amateur de bonnes répliques est assuré d'aller loin, très loin... même en restant assis.

    1 autre édition :

  • Pack tome 1 + tome 2 de L'encyclopédie des répliques de films (prix réduit)

  • Une exploration, sur le ton de l'humour et par citations interposées, des références en jeu dans la filmographie de la troupe du Splendid. Des citations de la série Les Bronzés et du père Noël est une ordure.

  • Vols audacieux, casses incroyables, ont toujours fasciné le grand public avec leurs butins parfois astronomiques. Les mythes d'Arsène Lupin et de Raffles, les gentlemen cambrioleurs, ne sont jamais loin, même si la réalité se révèle souvent bien différente. L'attaque du train postal Glasgow-Londres ou le casse de Nice sont entrés dans la légende, mais il y en eut beaucoup d'autres. Philippe Durant nous raconte ici les 20 casses les plus incroyables : par le montant du magot dérobé, par l'ingéniosité de leur plan ou par leur singularité. Il nous entraîne aux quatre coins du monde, de Boston à Anvers, du soleil brésilien aux frimas suisses, à la poursuite de tonnes de billets, de diamants, de lingots mais aussi de tableaux de maître. Chaque vol est ici raconté en détail, de ses préparatifs à son exécution, puis de l'enquête aux (éventuelles) condamnations. Avec le souci de toujours mettre en avant l'aspect humain de ces forfaits. Car derrière le culot, la hardiesse, le sang-froid, se cache toujours des hommes (et parfois des femmes !), voleurs ou victimes, entrainés dans une aventure hors du commun qui a changé le cours de leur vie. Des existences brisées y côtoient des fortunes subites.
    20 histoires incroyables, et pourtant rigoureusement authentiques, qui, le temps d'un livre, permettent de revivre les péripéties des plus grands casses des temps modernes.
     

  • C'est bien connu, dans la grande famille du cinéma français, tout le monde s'adore. Jamais un mot plus haut que l'autre. Jamais une once de méchanceté. On s'aime, on se complimente, on rivalise de mots d'amour. Emu par ce tsunami de pensées positives, Philippe Durant a décidé d'en établir un florilège édifiant.

  • Les attentats contre de Gaulle, les coulisses des voyages de François Mitterrand, le suicide de Pierre Bérégovoy, le caillassage de Lionel Jospin, les mésaventures de Jacques Chirac en Afrique, les tensions avec le Secret Service américain, l'" évacuation " du couple Sarkozy en Israël, les arcanes des sommets internationaux, un secrétaire d'État pris dans une fusillade, un ministre tenu en joue dans un aéroport, une voiture suicide...
    Autant d'événements racontés pour la première fois par ceux qui les ont vécus. Créé en 1934, à la suite de l'assassinat du roi Alexandre Ier à Marseille, le Service des Voyages officiels s'est considérablement développé, jusqu'à devenir l'actuel service de Protection des hautes personnalités (SPHP), considéré comme l'un des meilleurs du monde. Ce livre relate les grandes étapes de cette évolution. Il détaille le passage d'une protection rapprochée un peu sommaire à une organisation parfaitement huilée.
    Tout en évoquant les progrès techniques et technologiques, il s'attache à l'aspect humain, aux hommes de terrain, face aux grands, et aux moins grands, de ce monde, face aux incidents de dernière minute, face au danger. Surprenantes, amusantes, tragiques, mais toujours instructives, de nombreuses anecdotes, pour la plupart totalement inédites, émaillent cet ouvrage. Entrez dans les coulisses de la protection des " puissants " qui n'ont pas de secrets pour leurs officiers de sécurité.

  • Le cinéma a trouvé Lino Ventura, au sens le plus strict du terme. Catcheur professionnel, le hasard d'une rencontre décide de son destin. Son rôle dans le film à succès Touchez pas au grisbi, où il donne la réplique à Jean Gabin, lancera la carrière cinématographique de celui qui n'était pas encore acteur, le monstre sacré du cinéma français. Lino Ventura aura une des trajectoires les plus abouties du cinéma français des années 60, 70 et 80, durant lesquelles il tournera 75 films avec les plus grands réalisateurs de son époque, jusqu'à devenir une vedette, pour ne pas dire une star, mot qu'il détestait. Les Tontons flingueurs, L'Aventure c'est l'aventure, La Gifle, L'Emmerdeur, pour ne citer qu'eux, seront des succès au box-office.
    Dans cette biographie extrêmement documentée, sous la plume chaleureuse de Philippe Durant, Lino Ventura apparait tel qu'en lui-même : discret, pudique, d'une exigence folle sur un plateau de tournage, toujours en recherche de la justesse de ton, de la vérité du jeu. Le parcours hors norme du gamin des quartiers populaires de Parme, devenu une vedette de cinéma au pays de Molière, apparait alors dans toute sa splendeur et toute sa cohérence.
    En fin connaisseur du parcours de Lino, Philippe Durant ne nous cache rien de la vie, des vies, de Ventura.

  • Les films touchent fortement nos émotions, mais aussi notre intelligence : en mettant en scène des situations de vie, ils nous suggèrent des solutions, des changements de comportements, d'autres façons d'être, de percevoir, de comprendre nos semblables et nos vies. Les films peuvent ainsi se révéler de puissants outils psychothérapeutiques. Ce guide, rédigé par un passionné du 7e art, présente une sélection de films, classiques ou récents, classés par thématique, pour nous permettre de nous sentir mieux et d'avancer.

  • Michel Audiard

    Philippe Durant

    Faiseur de bons mots, mitrailleur aux répliques assassines, dynamiteur du discours conventionnel, Michel Audiard s´est imposé comme un auteur au cynisme clairvoyant, un écrivain aux formules redoutables.



    Dialoguiste des Tontons flingueurs, du Cave se rebiffe, du Taxi pour Tobrouk, il fut aussi celui du Président, de Garde à vue, de On ne meurt que deux fois...



    Si l´humour reste associéà son nom comme le sourire à la Joconde et le cri au cormoran, il était aussi un homme de lettres ayant des choses à dire, des injustices à dénoncer, des imbéciles à fustiger.



    Ce livre nous permet de découvrir la vie de celui dont les mots nous sont si familiers, ses amitiés fortes et tumultueuses, les récits de ses pérégrinations, son rêve inassouvi d´adapter au cinéma Voyage au bout de la nuit, sa passion pour les rencontres de bistrot et le vélo.



    C´est également trente-cinq ans de cinéma français et d´amitié. Car suivre l´étonnant parcours de ce gosse du quatorzième devenu le numéro un des dialoguistes, c´est voir défiler les grands noms du cinéma de l´après-guerre : Gabin, Ventura, Belmondo, Girardot, de Funès, Delon, Montand, Blier, Serrault, Noiret, Carmet..., ainsi que les talentueux Lautner, Verneuil, Deray, Grangier, Granier-Deferre, Pinoteau, Boisset, Enrico, Miller, de Broca...



    Une délectable promenade sous le soleil de la décontraction et de la lucidité, avec pour étapes des hauts lieux qui ont pour noms Un singe en hiver, Mélodie en sous-sol, Les Barbouzes, Mortelle randonnée...

empty