Jonathan Swift

  • « Les filles d'honneur invitaient souvent Glumdalclitch dans leurs appartements, et lui demandaient de m'apporter pour qu'elles aient le plaisir de me voir et de me toucher. Souvent, elles me mettaient nu comme un ver et me glissaient tout entier entre leurs seins, ce qui me dégoûtait fort, car, à dire vrai, il s'exhalait de leur peau une odeur très âcre... Elles n'avaient point de scrupule non plus à se soulager devant moi des liquides qu'elles avaient bus : c'est-à-dire d'au moins la valeur de deux barriques, dans des récipients qui jaugaient trois tonneaux. La plus jolie des filles d'honneur, une plaisante luronne de seize ans, s'amusait parfois à me mettre à cheval sur la pointe de son sein, ou à d'autres jeux, que le lecteur voudra bien me pardonner de passer sous silence... »

    Ajouter au panier
    En stock
  • Gulliver débarque, bien malgré lui sur l'île des Liliputiens. C'est un géant dans un monde de nains. Et si les nains ont peur de cette invasion, ils trouvent rapidement le moyen de se défendre. Puis, Gulliver se retrouve chez les Brobdingnag, un peuple de géants où lui-même n'est qu'un nain. Là encore, son intelligence ne sera pas de trop pour lui laisser la vie sauve.

  • Le 4 mai 1699, Lemuel Gulliver embarque à bord de «l'Antilope» comme chirurgien. En pleine mer, le navire fait naufrage. Seul rescapé, Gulliver échoue sur l'île de Lilliput, un étrange royaume dont les habitants mesurent à peine une quinzaine de centimètres. Devenu un géant malgré lui, Gulliver terrifie les Lilliputiens qui tentent de le retenir prisonnier.

    Ajouter au panier
    En stock
  • « Ne venez jamais si vous n'avez été appelé trois ou quatre fois, car il n'y a que les chiens qui viennent au premier coup de sifflet ; et quand le maître crie : Qui est là ? aucun domestique n'est tenu d'y aller ; car qui est là n'est le nom de personne. » Anti-guide des bonnes manières à l'usage des serviteurs, Instructions aux domestiques révèle, avec humour et ironie, l'absurdité du système social anglo-saxon du XVIIIe sc. Parodique, drôle, insolent, ce faux manuel concentre tout le talent de satiriste et de pamphlétaire de Swift. Talent qu'il exerce aussi dans les Opuscules humoristiques, dont la très célèbre Modeste proposition où l'écrivain propose une manière aussi radicale qu'efficace de résoudre le problème de la pauvreté en Irlande.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Au cours de son quatrième et dernier voyage, Gulliver débarque sur une terre inconnue et fait la connaissance de ses habitants, de splendides chevaux dotés d'une sagesse et d'une intelligence exceptionnelles. Il y découvre leur mode de vie, leur langue ainsi que leur gouvernement complexe qui exerce une terrible domination sur les Yahoos, un peuple répugnant et primaire constitué... d'hommes.

    À travers ce conte philosophique, dans lequel s'exprime une critique virulente de la situation politique et sociale en Angleterre, Swift pose avec ironie des questions essentielles : existe-t-il une différence entre un être humain et un animal ? Sommes-nous aussi civilisés que nous le pensons ?

    Ajouter au panier
    En stock
  • Comment résoudre les problèmes de surnatalité et de famine de l'Irlande? En suivant la «Modeste proposition» de Jonathan Swift (1667-1745). «J'ai connu à Londres un Américain fort compétent, lequel m'a révélé qu'un bébé sain et bien nourri constitue à l'âge d'un an un plat délicieux, riche en calories et hygiénique, qu'il soit préparé à l'étouffée, à la broche, au four ou en pot-au-feu et j'ai tout lieu de croire qu'il fournit de même d'excellents fricassées et ragoûts.» Entre éclats de rire féroces et compassion pour les plus démunis, quatre essais à l'humour noir décapant, redoutable antidotes à toute langue de bois, à toute bonne conscience facile, par l'un des plus grand satiristes irlandais du XVIIIe siècle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Quand il échoue sur l'île de Lilliput, Gulliver apparaît comme un géant au milieu d'êtres aussi minuscules que hautement civilisés. A la terreur et la stupeur succèdent une intelligence mutuelle et une entraide qui motivent la longue escale du héros. Mais, bientôt, la situation se gâte... Un conte corrosif, derrière lequel se cache une critique virulente de la cour d'Angleterre, dont le succès fut immédiat et ne se démentit jamais par la suite.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dans sa Modeste Proposition, il note à propos de la « viande de bébé » : « J'admets qu'il s'agit d'un comestible assez cher, et c'est pourquoi je le destine aux propriétaires terriens : ayant sucé la moelle des pères, ils semblent les plus qualifiés pour manger la chair des fils. » Avec la même ironie du désespoir, Swift propose, dans son Projet d'attribution d'insignes distinctifs aux mendiants de différentes paroisses de Dublin de « rationnaliser » ta mendicité...

    Ajouter au panier
    En stock
  • «Ne pas épouser une jeune femme.
    Ne pas rechercher la compagnie des jeunes à moins qu'ils ne le désirent réellement.
    Ne pas être acariâtre, morose ou soupçonneux.
    Ne pas parler beaucoup ni surtout de moi-même.
    Ne pas vouloir passer pour un homme qui observe toutes ces règles, de peur de n'en observer aucune.».

    Des formules emplies d'une sagesse légère aux tours pascaliens, inscrites dans une profonde réflexion centrée sur l'homme, sa folie, sa sottise, sa misère.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ce texte, célèbre satire de la société anglaise et réflexion sur l'homme, est complété d'un dossier pédagogique et d'un cahier d'histoire des arts

  • "Gulliver's travels purports to be a travel book. It is a blend of fantasy and realism and describes the shipwrecked Gulliver's encounters with the inhabitants of four places: Lilliput, Brobdingnag, Laputa, and the country of the Houyhnhnms"--Provided by publisher.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dans son traité de l'Art du mensonge politique, Jonathan Swift observait que le moyen le plus efficace pour combattre et détruire un mensonge est de lui opposer un autre mensonge... "le mensonge politique [étant] l'art de convaincre le peuple, l'art de faire croire au peuple des faussetés salutaires, pour quelque bonne fin". Ce court traité, qui redouble de façon ironique la leçon de Machiavel, a gardé toute sa pertinence : le mensonge aujourd'hui ressemble étrangement à celui d'hier.

  • 1729. La colonisation de l Irlande est achevée depuis près d un siècle. Le détournement du produit de la terre au profit des propriétaires anglais affame le peuple irlandais. C est dans ce contexte que Jonathan Swift publie cette Modeste proposition. Ce chef d uvre d humour noir, qui suggère aux Lords, pour remédier élégamment à la misère en Irlande, de mettre à leur menu de la chair d enfant de pauvres, est aussi une arme rhétorique redoutable contre le règne de l homme-marchandise, l anonymat glaçant des arguments statistiques, les logiques aveugles et simplistes du profit à tout crin.Raoul Vaneigem a fait partie de l Internationale situationniste. Son Traité de savoir-vivre à l usage des jeunes générations inspira largement le Mouvement des occupations de mai 1968. Son uvre oppose le concept d autogestion généralisée à l effondrement général programmé par la société marchande. Cet essai est suivi d un article de D. Millet et E. Toussaint intitulé « Pourquoi une faim galopante au XIXe siècle et comment l éradiquer », et publié sur cadtm.org.

  • En 1699, alors qu'il était âgé de 36 ans, J. Swift consigna une série de "Résolutions pour l'époque où je deviendrai vieux", dont voici une partie de la liste : ne point épouser une jeune femme ; ne point fréquenter les jeunes gens, à moins qu'ils ne le désirent ; n'être point maussade, ni morose, ni soupçonneux ; ne point aimer les enfants, etc.

  • Dans sa Vie de Swift en 1875, John Forster révéla l'existence d'un «journal inédit, de la main de Swift, singulier dans sa nature et d'un extraordinaire intérêt, écrit sur la route de Dublin, dans une terrible inquiétude pour Esther Johnson, alors dangereusement malade». Ce journal a été tenu du 24 au 29 septembre 1727, au terme du dernier séjour de Swift en Angleterre. Lorsqu'il se rendit en terre anglaise au printemps 1727, Swift a été reçu comme un prince. Lors de son précédent voyage, il avait apporté le manuscrit des Voyages de Gulliver, violente satire de la société anglaise et de la civilisation de l'époque, dont le succès, à sa publication, ne se fit pas attendre. Cependant, au mois d'août, une lettre de son ami Thomas Sheridan l'avertit de l'état alarmant de Stella, le grand amour de sa vie. Sans prendre le temps de prévenir personne, il gagna en diligence le port de Chester mais manqua de peu le navire régulier pour Dublin. Il prit la décision de pousser jusqu'à Holyhead, à trois jours de cheval, où d'autres compagnies assuraient la traversée. Durant l'attente du départ, il rédigea le Journal de Holyhead, adressé à Sheridan, comprenant des pages désarmées et sans apprêt, des poèmes mais aussi des anecdotes incisives, sans complaisance, concernant la nourriture, le temps, l'antipathie des Gallois ou l'alcoolisme des Irlandais. Lorsqu'il arriva enfin à Dublin, aux premiers jours d'octobre, Swift trouva Stella à l'article de la mort. Il écrivit à Sheridan : «En ce moment même, je me dis que la plus belle âme qui fût au monde a quitté son corps. Je suis depuis longtemps las du monde, et pour le restant de mes jours je serai las de la vie, car j'aurai perdu pour toujours cette amitié qui seule pouvait la rendre tolérable à mes yeux.» Esther Johnson s'éteignit le 28 janvier 1728. Swift n'avait pas coutume d'écrire pour lui-même ; ce journal, tout à la fois intime et cocasse, s'adresse à un ami, comme autrefois le Journal des années 1710-1714 l'avait été à Stella.

    Ajouter au panier
    En stock
  • A Modest Proposal

    Jonathan Swift

    '... a most delicious, nourishing, and wholesome food...' Swift's devastating short satire on how to solve a famine Introducing Little Black Classics: 80 books for Penguin's 80th birthday. Little Black Classics celebrate the huge range and diversity of Penguin Classics, with books from around the world and across many centuries. They take us from a balloon ride over Victorian London to a garden of blossom in Japan, from Tierra del Fuego to 16th century California and the Russian steppe. Here are stories lyrical and savage; poems epic and intimate; essays satirical and inspirational; and ideas that have shaped the lives of millions. Jonathan Swift (1667-1745). Swift's works available in Penguin Classics are Gulliver's Travels and A Modest Proposal and Other Writings .

  • Jonathan Swift (1667-1745) publie en 1737 son Projet de distribution de badges aux mendiants, document sociologique de premier ordre sur l'Angleterre et l'Irlande du XVIIIe siècle. On ne peut plus lire aujourd'hui ce texte, proposant de désigner une catégorie de la population par un insigne distinctif, sans penser à la rouelle du Moyen Âge ou, plus près de nous, à l'étoile jaune. Ce n'est pas la moindre de ses difficultés. En même temps, son caractère ironique est évident. Émile Pons écrivait avec raison : « En soulignant l'impossibilité où l'on était de faire vivre les gens à force d'aumônes, [Swift] cherchait à condamner, non pas les mendiants abusifs, mais ceux dont ils étaient les victimes. » Le ton du Traité sur les bonnes manières et la bonne éducation est évidemment très différent. La rédaction de ce texte se situe vraisemblablement entre 1720 et 1745. Sur un registre faussement pédant et condescendant, le doyen Swift donne des conseils pratiques au lecteur : soyez ponctuel, évitez la flatterie, tenez-vous à l'écart de la cour et des courtisans. Il y défend l'art de la conversation qui suppose, dit-il, de savoir écouter.

empty