Gerard Klopp

  • Une promenade au centre ville, c'est comme un livre que l'on feuillette. Chaque époque a laissé son empreinte ; chaque pierre nous raconte une histoire, celle de Metz.

    André Flori a décidé de nous raconter la ville en poète à travers ses aquarelles, choisies parmi de nombreuses études en fonction de l'intérêt de la façade, de l'angle de vue ou de la qualité esthétique finale. Là où la photographie serait stricte transcription de la réalité, son pinceau apporte un peu de l'ambiance de la rue, de la douceur de la lumière.

    Pour compléter cette représentation, qui se veut résolument contemporaine, Pierre-Edouard Wagner évoque les origines des différentes rues, leur place dans l'évolution de la cité ; les enseignes qui se sont succédées dans vingt-cinq endroits privilégiés du début du XIXe siècle à nos jours. Quelques anciennes réclames et successions de commerce caractérisent les activités entre 1850 et 1900.

    Issues de siècles d'histoire et d'activité humaine, les maisons de Metz nous montrent encore aujourd'hui un aspect essentiel du visage de la cité.

    «Metz Symphonie» nous en offre des tableaux d'une richesse et d'une variété exceptionnelles : puissent-ils nous apprendre à découvrir ou redécouvrir cette belle ville.

  • Les planches de «Metz Symphonie» nous convient essentiellement à un voyage à travers l'histoire de Metz : ces aquarelles un brin nostalgiques, peintes sur des coups de coeur par André Flori, évoquent, comme une survivance mais aussi comme une parure indispensable et promise à un renouveau, les commerces de la ville.

    La rédaction de l'aspect historique de l'immeuble ou de la rue concerné par chacune des aquarelles, ainsi que le métier représenté a été confié à Pierre-Edouard Wagner.

    L'âme de la ville s'exprime par ces boutiques dont les noms chantent, dont les enseignes à l'ancienne ou au néon nous attirent, bien accordées avec l'architecture ou parfois en contradiction avec elle.

    La juxtaposition de l'ancien et du nouveau est comme un paradoxe au sein de la vieille ville, avec certains commerces aux façades habillées de bois, modern'style, et d'autres encore logés et comme lovéssous une vaste arcade en plein cintre, qui rappelle les échoppes d'autrefois ; d'autres encore, dont l'accès en partie muré par ces bancs de pierre qui servaient de comptoirs aux changeurs.

    Ensembles harmonieux ou anachroniques et contrastés, c'est Metz qui nous parle ainsi à travers les siècles. Toutes les boutiques et les commerces rassemblés à travers ces rues et places dans ce coffret «Metz Symphonie», ont un petit air d'antan qui contribue à préserver une certaine qualité de la vie.

empty