Langue française

  • Après la première guerre mondiale, Paris devient la ville où tous les plaisirs sont à portée de main.
    Place à la fête ! Les autorités ferment les yeux, encourageant la natalité qui doit repartir au secours du pays affaibli. De nombreux artistes des quatre coins du globe tentent l'aventure de la libéralisation des moeurs et deviennent les rois de Montparnasse.
    Les Années folles, « décade de l'illusion », vont donner lieu à dix ans de fêtes, d'orgies, de créations et d'inventions. L'autonomie féminine qui s'est révélée pendant l'absence des hommes mobilisés entre 1914 et 1918 a irrémédiablement perturbé les relations entre les sexes. Émancipation féminine, homosexualités qui s'affichent, banalisation du divorce, prostitution... C'est à cette époque que l'image du nu entre dans les moeurs. Photographes professionnels ou amateurs s'adonnent à l'érotisme.
    Plus que jamais Paris est la capitale de l'amour, du vice et des plaisirs.

  • L'action est connue. Elle a inspiré un classique du cinéma dont tous les français se souviennent.
    Le 9 janvier 1902, le fiacre 8907 est attaqué en plein Paris. On a d'abord fantasmé sur un crime de rôdeurs, sur la violence des Apaches, ces voyous des barrières. Puis on apprend qu'il s'agit d'une rixe, façon Hélène de Troie. Depuis plusieurs jours, deux jeunes hommes d'une vingtaine d'années, François Leca et Joseph Manda, se livrent un combat à mort pour la possession d'une jeune prostituée : Amélie Élie. Son surnom de « ruban » ? Casquette. Pas très vendeur. On l'appellera donc Casque d'or : la légende est née. La presse s'empare de l'affaire pendant toute l'année 1902. Tous les protagonistes sont arrêtés. La justice rend un verdict à la mesure du succès médiatique. Les deux prétendants finissent au bagne d'où ils ne reviendront pas. Pendant son séjour en prison d'avril à octobre 1902, de son arrestation à son départ pour le bagne, François Leca, le souteneur victime de l'attaque du fiacre reçoit près d'une centaine de lettres provenant de Casque d'or, de Louise van Maele, sa rivale, de la famille, de l'avocat ou encore de Henri Frémont journaliste et auteur des Mémoires de Casque d'or.
    Après la découverte de cette correspondance, Alexandre Dupouy se passionne pour l'affaire qui a tant fait couler d'encre et décide d'en retracer la véritable histoire. Il en résulte une enquête passionnante, minutieusement documentée, illustrée d'une iconographie d'une grande richesse, mêlant photographies, croquis, coupures de presse et dessins, qui révèle la réalité d'un Paris victime de « hausmannisation », offrant par là même une radiographie de la société de l'époque : le rejet des classes laborieuses en périphérie, la prostitution, les gangs des apaches, le pouvoir de la presse.

  • Depuis les débuts de la photographie, des amateurs se consacrèrent à la pornographie. Véritable musée des frasques libertines de notre société, la collection constituée d'abord par Pierre Louÿs fut enrichie par l'acteur Michel Simon qui ne faisait pas mystère de ses goûts et de ses appétits en la matière. Deux ans après la mort de cette légende du cinéma français, ce ne sont pas moins de treize mille pièces ayant appartenues à l'acteur qui sont dispersées par ses héritiers. Photos mais aussi éditions originales de Sade, godemichés fameux, automates «entreprenants» composent ce qui constitua la plus importante collection au monde sur le sujet.
    Ne se contentant pas de collecter, Michel Simon tenait à enrichir son patrimoine des souvenirs de sa sexualité hors norme. Cet album présente pour la première fois au public les photos personnelles de l'illustre pornocrate.
    Complexe, parfois effrayant, souvent attachant, l'exceptionnel Michel Simon fut tout autant un monstre sacré qu'un sacré monstre...

empty