Yves Stavrides

  • Ce ne sont ni des mémoires ni une somme autobiographique. C'est juste un homme qui parle. Mais pas n'importe qui : Daniel Wildenstein, 82 ans, empereur et patriarche des marchands d'art. Basée à New York, la Wildenstein Inc. s'adosse à un stock évalué en milliards de dollars, qui balise près de six siècles de peinture. Petit-fils de Nathan, fils de Georges, « Monsieur Daniel » - c'est ainsi qu'on l'appelle à son institut ou sur les hippodromes - est donc le troisième maillon de la dynastie de marchands de tableaux la plus puissante au monde, et la plus secrète qui soit. Depuis près d'un demi-siècle, et du bout des lèvres, Daniel Wildenstein n'acceptait de parler que de ses chevaux. De rien d'autre. Il ne répondait à aucune question, à aucune attaque, à aucune polémique. Une véritable abstraction vivante. Pour la première fois de son existence, il a brisé son mutisme légendaire. Aujourd'hui, il nous raconte « quelques petites choses vues, entendues ou vécues ». Passent alors dans le paysage : Clemenceau, Picasso, Maurice de Rothschild, Randolph Hearst, Bonnard, Malraux, Paul VI et « quelques » autres... Daniel Wildenstein nous convie à une promenade intime, à travers des instants de sa vie, des portraits, des récits, des éclairages, des révélations, des réflexions. Et promène son oeil aigu de faucon pèlerin sur la fabuleuse planète des arts.

  • Vous aimez les histoires dont les héros sont des criminels ?
    Sonatine et Perrin pour la première fois en coédition !
    Dans ce livre, vous allez rencontrer des tueurs. Comme s'il en pleuvait. Ce qu'ils ont commis fait froid dans le dos. Aussi peut-on s'estimer heureux que pareils individus n'aient jamais croisé nos routes. Et pourtant, ce ne sont pas que des monstres. Certains d'entre eux ne feraient pas de mal à une mouche, même s'ils n'ont rien contre l'idée de truffer de plomb les puissants de ce monde. D'autres ont des parents, un(e) conjoint(e) ou des enfants qu'ils adorent. Cela ne les empêche nullement d'être sans pitié envers leurs victimes. Tous n'en demeurent pas moins des êtres humains, capables de réactions parfois touchantes.
    Chacun de leurs méfaits s'inscrit dans une tranche d'histoire. Ainsi, Petiot et la Seconde Guerre mondiale ; Célestin Rinchard et l'Épuration en Belgique ; Bai Vien et la guerre d'Indochine ; Grigori Maïranoski et le KGB ; Luciano Liggio et l'Italie des années 1950 ; Marc Lépine et les masculinistes canadiens ; Joaquín Guzman et le Mexique du xxie siècle, etc.

empty