Pierre Delion

  • Sont régulièrement réunis les professionnels (pédagogues, psychistes, élus municipaux, travailleurs sociaux, animateurs, éducateurs, ...) afin de travailler ensemble autour d'initiatives concrètes mises en place dans les lieux des enfants (écoles, lieux d'accueils, collèges...) pour prévenir les phénomènes de violence. C'est ainsi que différents dispositifs comme le « jeu des trois figures », les ateliers philos, les cafés de parents fonctionnent avec efficacité dans les quartiers difficiles.

    Des Etats généraux de l'enfance sont organisés périodiquement pour faire le point sur ces expériences lilloises et inviter des acteurs de France et d'Europe à venir témoigner de leurs inventions au sujet de la prévention de la violence chez les enfants. Ces moments sont l'occasion d'associer les parents aux travaux des professionnels et d'inviter des conférenciers autour des grandes questions sociétales actuelles (harcèlement, violence entre enfants, maltraitance, développement de l'enfant d'aujourd'hui...).

    Des cycles de formation sont également proposés aux professionnels afin de les aider à comprendre les processus en jeu dans ces problématiques complexes.

    L'ouvrage raconte les étapes de cette histoire ponctuées de chapitres théoriques sur les questions de violence dans l'enfance, sur le plan anthropologique, psychologique, pédagogique, social et politique.

  • A travers son séminaire, l'auteur articule, au plus près de la problématique des enfants autistes et psychotiques et en alliance avec leurs parents, les différentes pistes de recherches et de pratiques dans les domaines de la santé publique, de la psychothérapie institutionnelle, de la psychanalyse, de l'anthropologie. Les nombreux exemples cliniques, qui ponctuent cet ouvrage, montrent conceptuellement et concrètement les raisons de la complexité du dispositif souhaitable (ouvert sur différents partenaires, parentaux, médicaux, pédagogiques, sociaux...) et les aspects nécessairement institutionnels de la prise en charge de ces enfants. Une introduction actualisée fait le point des avancées cliniques et théoriques dans ce secteur. Pierre Delion est professeur de pédopsychiatrie au CHU de Lille. Depuis longtemps engagé dans la défense de la psychiatrie de secteur et de la psychothérapie institutionnelle, il a acquis une véritable notoriété auprès des professionnels de la santé mentale et de tous ceux qui s'intéressent aux prémices de la vie psychique.

  • Peut-on encore toucher les enfants aujourd'hui ? Cette question est fondamentale à une époque où des affaires d'abus ont conduit à une inhibition générale du toucher comme moyen de communication entre adulte et enfant.

    Peut-on encore toucher les enfants aujourd'hui ? Cette question est fondamentale à une époque où des affaires d'abus ont conduit à une inhibition générale du toucher comme moyen de communication entre adulte et enfant. Or, le toucher est essentiel au développement de l'enfant. Dès la période prénatale, les vertus du toucher sont multiples : le toucher fondateur, le toucher qui porte, qui manipule, qui offre appui, qui limite, qui soigne...

  • L'adjectif « phorique » nous vient du grec ancien (phorein) et veut dire « porter », aussi bien porter un petit enfant qui ne peut se porter tout seul, qu'un objet pour le déplacer d'un endroit à un autre. La fonction phorique caractérise tout ce qui relève explicitement de cette action de portage, soit une partie non négligeable des activités humaines liées aux problématiques de dépendances.

    Pierre Delion revient sur ce concept qu'il a forgé, en écho au concept de holding développé par Winnicott, dans l'élaboration d'une psychopathologie transférentielle spécifique des enfants autistes et psychotiques, concept qui se révèle pertinent pour explorer les fonctions parentales. En s'appuyant sur le développement « normal » de l'enfant, il en mesure toute l'importance dans le soin aux enfants et aux adultes présentant un développement entravé.

    Pour lui, la fonction phorique ne peut être détachée d'une réflexion institutionnelle qui aidera l'équipe soignante à mettre en place les bons opérateurs pour en faciliter l'émergence. Il permet de réélaborer en profondeur la politique de soins psychiques, mais son utilité peut être étendue à toutes les situations de dépendance dans la relation humaine (éducatif, pédagogique, juridique, sociétal...).

  • La méthode de l'observation directe des bébés selon Esther Bick a profondément transformé les personnes qui s'y sont formées, non seulement dans les aspects concrets de la pratique avec les bébés et leurs parents dans le cadre de leurs activités professionnelles telles que le travail dans un service de néonatalogie, dans une consultation de PMI, dans une crèche ou une pouponnière, dans une consultation thérapeutique de pédopsychiatrie, mais également dans les applications qui en ont découlé plus ou moins directement, notamment en rapport avec les soins aux enfants autistes et psychotiques. Pierre Delion, psychiatre des hôpitaux, responsable d'un service de psychiatrie infanto-juvénile à Lille

  • Faire comprendre à un enfant son développement pour mieux l'aider dans sa vie d'enfant et dans ses attentes pour demain. Expliquer aux enfants d'aujourd'hui que leur développement fait partie des missions préventives du pédopsychiatre contemporain, mais à condition d'utiliser un langage accessible. C'est l'objectif de ce petit livre qui s'adresse directement aux enfants. L'auteur leur parle des grandes questions qui les intéressent aujourd'hui. Les parents et les professionnels de l'enfance pourraient s'en saisir pour lire ensemble et discuter des situations de chacun à partir des problématiques générales.

  • La souffrance psychique n'est pas réservée aux parents. Et il n'est pas nécessaire qu'un enfant soit maltraité pour qu'il souffre. Cette souffrance, Pierre Delion, qui a consacré sa vie à la pédopsychiatrie, l'a vue passer d'une approche asilaire à une approche globale, pluridisciplinaire, utilisant écoute psychothérapique et parfois rééducations et médicaments. Aujourd'hui, il assiste à un inquiétant retour en arrière : il n'est plus question d'écouter, mais de normaliser les comportements. Or, lorsqu'un enfant est en difficulté, pour en déterminer l'origine, qu'elle soit psychologique ou physique, il est indispensable qu'il soit d'abord écouté. Pierre Delion évoque ici tous les enfants qu'il a accueillis depuis trente-cinq ans. Il explique comment aller à leur rencontre, les soigner, et en quoi un travail d'équipe est nécessaire pour offrir une prise en charge institutionnelle de qualité. Un processus menacé de toute part, notamment par des positions intempestives de la HAS (Haute Autorité de Santé). Ce livre est un véritable cri d'alarme sur la régression qui consiste à envisager l'enfant en développement comme un « être neuronal » et non comme un être en relation, un sujet complexe tressé de multiples éléments biologiques, psychologiques et sociaux.

  • L'autisme est devenu un problème central dans la pathologie des enfants ; non pas tant en raison du nombre des enfants qui en souffrent que du fait de la particularité de leur fonctionnement psychique. En remontant aux sources des histoires d'enfants autistes, des praticiens-chercheurs et des parents ont découvert que certains d'entre eux pouvaient, bébés, adresser des signes spécifiques de leur souffrance singulière. Cet ouvrage pluriel envisage ces signes précoces des bébés à risque autistique. En effet, apprendre à écouter ces messages sans paroles peut aider les bébés et leur famille à rencontrer les personnes compétentes qui pourront les accompagner efficacement. Quel peut être le vécu des bébés à risque autistique ? Quels sont les dispositifs de soin auxquels les parents pourront avoir recours ? Les problèmes éthiques ne sont pas les plus simples et trouveront dans ce questionnement une place de choix.

  • Ce livre prend appui sur l'expérience acquise par une équipe de psychiatrie infanto-juvénile de secteur et détaille les différentes étapes de la prise en charge de l'enfant autistique et/ou psychotique : de l'organisation de la fonction de l'accueil qui nécessite l'agencement d'un collectif, au travail permanent de l'équipe soignante sur elle-même, en passant par la contractualisation d'une stratégie thérapeutique avec l'enfant, sa famille ainsi que les divers partenaires du secteur (hôpital de jour, placement familial, crèche, etc.) sans laquelle tout psychothérapie dérive vers l'impasse.

  • Cet ouvrage démontre les conditions de réalisation d'un triple paradoxe. Le psychotique... reste une personne. Cette personne peut faire l'objet d'une psychothérapie. Cette pratique psychothérapique peut s'effectuer dans un cadre institutionnel (hospitalier). A partir de nombreux exemples cliniques très détaillés, voici un livre qui plaide pour une psychiatrie à visage humain. Il s'agit de la deuxième édition  de l'ouvrage paru en 2005 sous le titre Soigner la personne psychotique. A cette occasion, l'auteur a largement mis à jour et complété l'ensemble du texte.

  • La réédition de ce petit livre modeste, faisant état d'une pratique marginale utilisée dans quelques cas graves voire gravissimes de troubles psychopathologiques chez l'enfant, prend d'un coup d'un seul l'allure d'un manifeste pour la défense de la pédopsychiatrie d'inspiration psychanalytique et au-delà de toute la psychiatrie humaniste. Enracinée dans les différentes cultures du maternage et de l'hydrothérapie à travers le monde, cette technique de soins a été récemment revisitée par les psychanalystes pour devenir une technique au service de la psychothérapie des sujets autistes et psychotiques, qui, pratiquant des automutilations, se mettent gravement en danger. Il s'agit d'envelopper le corps dénudé du patient dans des linges trempés dans l'eau froide et d'être-là avec lui au cours du réchauffement, attentif à ce que la situation particulière va lui permettre d'évoquer, de revivre. Le packing peut être ainsi un moment thérapeutique pour une reprise développementale des représentations du corps (« image du corps ») que ne peuvent obtenir ni les médicaments ni les méthodes comportementales à eux seuls. Pierre Delion est psychiatre des hôpitaux, responsable d'un service de psychiatrie infanto-juvénile à Lille. Il est engagé depuis plus de vingt ans dans la rénovation de la psychiatrie contemporaine avec les différentes équipes qu'il a animées et qu'il anime encore aujourd'hui. Pour mieux soigner les enfants autistes et psychotiques, il tente d'allier les avancées rendues possibles par la psychiatrie de secteur et celles résultant de la psychothérapie institutionnelle.

  • Depuis plus de cinquante ans et sa description par Esther Bick, sa créatrice, la méthode de l'observation régulière et prolongée d'un bébé dans sa famille est devenue un véritable outil pour la prévention et le travail thérapeutique auprès des enfants et des familles en grande difficulté psychique. Les pionniers de cette méthode font ici le point des avancées en termes de formation et d'applications cliniques. Ils passent en revue les principales modalités qui résultent de l'enseignement de Esther Bick et de ses élèves dans le champ de la petite enfance aujourd'hui : de la précarité à la néonatalogie, des ateliers thérapeutiques des hôpitaux de jour aux prises en charge en périnatalité, des observations thérapeutiques à domicile aux applications dans les classes de l'Éducation nationale. Pierre Delion est professeur de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, chef du service de pédopsychiatrie, CHU de Lille.

  • Penser la psychiatrie sans le corps est une démarche d'exclusion épistémologique dont l'actualité témoigne. En s'éloignant des dispositifs thérapeutiques que la psychiatrie avait acquis, un tabou du corps s'est progressivement installé. Le franchir, c'est lever le silence sur l'enfermement, repenser la psychopathologie dans son rapport entre psychanalyse et psychiatrie, repenser le corps comme « objet parleur ». C'est ainsi reprendre la question du tranfert dans la psychose avec la notion d'image du corps, lieu dans lequel se dépose l'histoire d'un sujet avec les autres. En explorant les nombreux travaux d'approche du corps en pédo-psychiatrie, l'ouvrage reprend largement la question du transfert en institution en référence aux pratiques de Tosquelles, Oury, Racamier, Resnik... Ce livre est aussi un défi contre une forme d'angélisme psychanalytique qui réhabilite à ses dépens le partage instauré entre la médecine propriétaire du corps et la psychanalyse de la lettre.
    Pierre Delion refonde une psychiatrie politique renouvelée. Pierre Delion est professeur de pédospychiatrie à la faculté de médecine de Lille 2, chef du service de pédopsychiatrie au CHRU de Lille et psychanalyste.

  • La technique du packing (enveloppements thérapeutiques très encadrés) peut se révéler extrêmement utile pour les soins des enfants autistes et psychotiques, voire pour certaines anorexiques, à condition d'en peser précisément les indications. Cet ouvrage vise à donner une information objective sur cette technique en partant d'expériences multiples et en prenant en compte la complexité de telles problématiques. A côté des points de vue cliniques et thérapeutiques exprimés, il livre des hypothèses de compréhension de l'autisme tenant compte des aspects à la fois corporels et psychiques.

  • Pierre Delion, psychiatre des hôpitaux, responsable d'un service de psychiatrie infanto-juvénile à Lille.
    Salomon Resnik psychanalyste et psychiatre, Paris.
    Il s'agit de présenter au lecteur français la trajectoire d'un des grands psychanalystes contemporains, connu et reconnu notamment pour son travail avec les personnes psychotiques. Son cheminement le conduira d'Argentine en France puis en Angleterre où il rencontre et se forme au contact des plus grands cliniciens parmi lesquels Pichon-Riviere, Klein, Rosenfeld, Bion, Bick, Tosquelles, Oury. Parlant plusieurs langues couramment, il écrit les histoires de ses patients dans leur langue maternelle et à partir d'elles, tisse les avancées théoriques résultant de sa grande expérience clinique. Sous la forme d'un entretien vivant, cet ouvrage reprend le parcours biographique de Salomon Resnik et ses élaborations théoriques et cliniques. Une analyse des principaux livres de Resnik disponibles en français donne un avant goût de leur richesse et incite le lecteur intéressé à poursuivre lui-même le voyage en sa compagnie, voyage qui commence par le partage de deux articles inédits.

  • Dans les différentes problématiques de la psychose, infantile ou adulte, les équipes soignantes sont amenées, à un moment où à un autre, à en revenir au corps de la personne psychotique. Mais de quel corps s'agit-il ? Du corps physiologique, neurologique, endocrinien ? Ne sommes-nous que des hommes neuronaux ? Les soignants ne sont-ils que les biologistes des passions ? Ou bien sommes-nous encore davantage ? C'est là que la notion d'image du corps vient articuler le corps et l'appareil psychique dans un langage organisateur. Or dans la psychose, cette question insiste, résiste, mais existe. Il est nécessaire de se la poser en la mettant en perspective avec les problématiques institutionnelles.

  • Pour parer à la désertification de la pensée psychiatrique par l'application d'une méthode technocratique et déshumanisante à un domaine où, plus qu'ailleurs, les citoyens et les professionnels doivent être garants de la subjectivité et de la réhistoricisation des patients en déshérence, voici un ouvrage engagé aux côtés des patients dits chroniques qui risquent d'être les oubliés de la psychiatrie de demain.

    Pierre Delion, psychiatre des hôpitaux, responsable d'un service de psychiatrie infanto-juvénile à Lille

  • Cette chronique institutionnelle d'un pédopsychiatre de province est un récit composé de différentes réflexions élaborées sur une période de vingt ans passés avec des enfants autistes et psychotiques dans le cadre du service public de psychiatrie. L'idée de la musique est très proche de ces préoccupations psychopathologiques et thérapeutiques. Elle est référée au sentiment continu d'exister (Winnicott) dans la mesure où cet art de la voix et de ses représentants, les instruments de musique, se développe à partir de la temporalité et du rythme.

  • Même si elle est rarement évoquée et/ou analysée, la vie quotidienne est déterminante dans la pratique des équipes de psychiatrie et elle reste un enjeu vital pour les personnes psychotiques, qu'elles soient enfants ou adultes. des partenaires de l'équipe soignante témoignent ici de leurs pratiques et de leurs avancées théoriques en acceptant de se confronter à des questions telles que : comment s'articulent dans nos expériences professionnelles les thérapeutiques et la vie quotidienne ? comment faire vivre la psychiatrie de secteur et organiser les lieux de soins pour tenir compte de la vie quotidienne ? comment fonder, à l'instar de freud, une psychopathologie institutionnelle de la vie quotidienne ?

  • Existe-t-il des signes prédictifs d'une future délinquance ?
    Non, répond avec force le Pr Pierre Delion à ceux qui, sous couvert de prévention, tendent à ramener l'enfant à une norme arbitraire. Pour lui, les troubles de la conduite du jeune âge sont des appels à l'aide exprimant une souffrance psychique qui ne parvient pas à se dire. À travers des exemples cliniques, et en retraçant les grandes étapes du développement, il nous aide à en comprendre l'origine et plaide pour une vraie politique de prévention et de prise en charge.
    Chemin faisant, Pierre Delion apporte un démenti salutaire à ceux qui prétendent que nous ne serions déterminés que par nos gènes et nos premières années. À tel point que, passé l'âge fatidique de 3 ans, le destin d'un enfant serait tout tracé. Rien n'est joué à 3, 6 ou même à 10 ans. Mais beaucoup reste à jouer pourvu que l'on veuille bien entendre ce que les troubles ont à nous dire et prendre en compte la personne humaine.

  • Un aspect important de la vie du tout-petit est resté trop peu étudié, celui des institutions qu'il a généré, que ce soit dans des situations ordinaires - maternités, crèches, halte-garderies... - ou extraordinaires - carences, guerres, psychopathologie...Cet ouvrage visitera ces lieux du bébé.

  • Longtemps considérées comme antagonistes, la psychanalyse et la théorie de l'attachement de John Bowlby sont convoquées dans leurs complémentarités pour penser la clinique auprès des enfants, des adolescents et de leur famille.

    John Bowlby s'est toujours revendiqué comme psychanalyste, même s'il a tenté d'intégrer à la théorie psychanalytique les notions les plus récentes tirées de l'éthologie, de la cybernétique et de la psychologie cognitive. Ses travaux, trop souvent réduits à la théorie de l'attachement, ont longtemps été frappés d'une sorte de « conspiration du silence » par l'ensemble de la communauté psychanalytique. Mais depuis au moins vingt ans, la plupart des psychanalystes, prenant en compte la fécondité de cette notion, ont intégré l'attachement dans leurs théorisations. Cet ouvrage a pour ambition d'approfondir ce dialogue, afin de saisir ce qu'il a encore à nous apprendre, non seulement à un niveau théorique mais aussi en prenant en compte ses implications sur les pratiques cliniques, qu'elles soient plus classiquement psychanalytiques et adaptées aux différents âges de la vie ou qu'elles s'étendent à des approches familiales ou institutionnelles.

  • Dans les quarante années qui ont suivi la libération, notre pays a connu une révolution en psychiatrie. Pour la première fois, on a considéré les malades mentaux comme des êtres humains et l'on a inventé une nouvelle psychiatrie que l'on a qualifiée de « désaliéniste » car elle entendait en finir avec l'asile et l'enfermement.
    La vie professionnelle de Pierre Delion se confond avec cette révolution dont il a été l'un des principaux acteurs. Son récit nous guide dans cette période créatrice et nous permet de découvrir, de l'intérieur, que cette psychiatrie humaine constitue en fait la psychiatrie, une discipline scientifique située au carrefour de la biologie, des neurosciences et des sciences humaines. Il nous révèle, d'une façon parfois saisissante, ce qu'est une pratique désaliéniste, dans la vie quotidienne, et nous enseigne que le soin, c'est la relation avec le patient, et que celle-ci ne se construit que si l'on est ouvert sur le monde.
    Aujourd'hui, cette psychiatrie est menacée de disparition au profit de pratiques inhumaines d'abandon et d'enfermement que l'on croyait révolues. C'est pourquoi il est urgent de la défendre.

  • L'objectif de cet ouvrage est d'attirer l'attention des professionnels sur les périodes sensibles du développement de l'enfant où des signes objectifs de dysfonctionnement moteur peuvent être banalisés. Les auteurs soutiennent que la prise en charge quotidienne des enfants à risque sur le plan développemental montre une meilleure récupération fonctionnelle quand l'intervention est précoce, coordonnée, intégrant les aspects physiologiques et psychologiques du bébé en relation avec ses parents. Pierre Delion est pédopsychiatre psychanalyste, professeur à la faculté de médecine Henri Warembourg, chef du service de pédopsychiatrie au CHRU de Lille. Roger Vasseur est médecin de rééducation et de réadaptation fonctionnelle, ancien médecin directeur technique du CAMSP de Villeneuve d'Ascq.

empty