Pu De Quebec

  • Les transformations des systèmes de production, de transport et de distribution de l'énergie vers des modes d'organisation et de fonctionnement plus durables sont l'une des grandes évolutions structurelles du début de ce siècle. Catalyseur de cette dynamique, la notion de «?transition énergétique?» suscite de nombreux débats sur la pluralité de ses acceptions et interpelle de plus en plus le monde de la recherche. En effet, changer plus ou moins progressivement de système énergétique demande des innovations technologiques, territoriales et sociétales permettant de mieux exploiter les énergies renouvelables, de mieux (et souvent de moins) consommer l'énergie et, surtout, de réduire les nuisances territoriales. Malgré les injonctions des instances internationales (agences onusiennes, ONG environnementales, Commission européenne, etc.) qui véhiculent des discours relativement convergents, force est de constater qu'une grande hétérogénéité de pratiques se déploie. Cette remarquable convergence des discours à l'échelle mondiale sur la nécessaire transition énergétique dissimule mal les controverses et les conflits nécessaires à sa mise en oeuvre locale.
    Le présent ouvrage aborde ces divergences et interroge les dynamiques de changement à l'oeuvre dans les pratiques de production énergétique en présentant des cas d'étude inscrits dans des contextes sociopolitiques, économiques, culturels et techniques variés et faisant état de processus de transitions énergétiques diversifiés (bourse des émissions de carbone, développement éolien, grands barrages ou encore stratégie énergétique régionale).

  • Où s'en va l'Amérique latine? Le MERCOSUR est-il en train de muter en Union des nations sud-américaines (UNASUR) ? Le Mexique deviendrait-il une " nouvelle Colombie"? Que feront les migrants forcés de quitter les États-Unis en temps de crise financière ? Comme toutes les régions périphériques, l'Amérique latine a subi les influences de nombreux empires. Le retrait relatif des États-Unis après la fin de la guerre froide a laissé un vide d'hégémonie difficile à combler à l'heure actuelle. Dans la recherche de solutions alternatives au modèle dominant de développement, les gouvernements latino-américains fondent leurs espoirs sur l'intégration régionale et sa capacité à stimuler les économies nationales. De la présentation historique des grands moments de l'Amérique latine aux tendances démographiques, l'auteure s'attarde sur les politiques d'assimilation et d'homogénéisation des populations autochtones. Elle propose une discussion détaillée par région, du Mexique jusqu'à la Terre de Feu, en exposant les enjeux socioéconomiques et les défis auxquels leur développement est confronté. Elle analyse l'évolution de leur ouverture commerciale et les processus de démocratisation et d'intégration régionale qu'on y rencontre. Enfin, elle décrit une Amérique latine incertaine qui cherche des réponses à des questions qu'elle a même peine à formuler et présente une réflexion sur la culture de l'incertitude ainsi qu'une voie alternative afin de la transformer en prémisses de développement rural et urbain durable.

  • De la mondialisation à la désertification, en passant par les famines et les difficultés à assurer la relève agricole, les auteurs examinent trente des plus importants défis auxquels font face l'agriculture et l'alimentation mondiales. Recourant à une échelle d'analyse mondiale que justifient l'interconnectivité des écosystèmes, le commerce international des denrées et le rôle des organisations internationales, ils dégagent, exemples à l'appui, les principales caractéristiques de ces défis, qu'ils soient humains, économiques ou environnementaux. Pour revoir nos modèles de production, de consommation et de société, ils cèdent la parole à 23 experts, issus du monde universitaire, de syndicats agricoles ou d'organismes publics, privés et non gouvernementaux. Ceux-ci ne se contentent pas de soulever des problèmes, mais proposent aussi des solutions qui permettraient de mieux nourrir l'humanité. Espérant concourir à ce que ce débat de fond ne soit pas complètement éclipsé par les aléas des marchés financiers et de l'économie, les auteurs souhaitent redonner à l'agriculture et à ses artisans la place et la reconnaissance qui leur reviennent. Ils désirent également contribuer à la réflexion que suscitent actuellement les systèmes agricoles québécois et planétaires et inciter tous les citoyens concernés à y participer.

  • Que revendiquent les mouvements sociaux? Pourquoi acceptent-ils aujourd'hui d'intervenir sur le terrain des institutions? Dans quelle mesure leur action parvient-elle à transformer la vie sociale dans le sens d'une démocratisation de son fonctionnement et de sa gestion?Les auteurs explorent sous des angles complémentaires les multiples formes d'action collective qu'empruntent les mouvements sociaux contemporains.

  • Le présent ouvrage montre la diversité qui caractérise Montréal, diversité qui à travers les années s'est transposée dans la morphologie même des quartiers. Des formes spécifiques de leadership et de gouvernance y chapeautent aujourd'hui des agencements générés par l'attachement au lieu.
    L'existence des quartiers et leur affichage public montrent les marques d'une ville hétérogène qui prend la forme d'une collection urbaine bigarrée, sans être pour autant chaotique. Cette spécificité identitaire des quartiers constitue une des richesses de Montréal que ce livre cherche à décrire et à analyser.

  • Depuis 2009, la rivière Romaine, sur la Côte-Nord, a été transformée en mégacomplexe hydroélectrique par la société d'État Hydro-Québec. Au point culminant des travaux, plus de 2?000 personnes y ont oeuvré?: ils ont déboisé et construit une route, des campements, quatre barrages et autant de centrales et de réservoirs, pour un coût estimé à 6,5 milliards de dollars. Cet ambitieux projet se situe en plein coeur du Nitassinan, territoire ancestral des Innus, et de la municipalité régionale de comté de Minganie. Si, dans les balbutiements du projet, cette réalité territoriale interculturelle nordique a été reléguée à l'arrière-scène, la réalisation des travaux a ramené les territorialités innues et non autochtones à l'avant-plan.

    Au-delà des retombées économiques et géopolitiques bien connues et des autres effets multiformes, positifs ou négatifs, qu'il a engendrés, quels sont les legs interculturels du chantier de la Romaine?? S'agit-il d'une occasion pour les membres des différentes communautés innues et minganoises de se rapprocher, celles-ci partageant plusieurs enjeux communs de développement?? Quelle est la place des Innus au sein de ce projet d'envergure?? Comment se décline la vie quotidienne des travailleurs des mégachantiers nordiques d'aujourd'hui?? Quels sens confèrent-ils à la mobilité, au travail et à leur espace social?? Voilà autant de questions explorées dans le présent ouvrage, qui permet une immersion dans l'expérience des artisans du territoire ayant façonné le chantier de la rivière Romaine.

  • La sécurité alimentaire est l'un des plus vieux enjeux du monde. Dans plusieurs régions du globe, l'insécurité alimentaire est présente de manière quasi permanente, et d'autres connaissent une résurgence intermittente de celle-ci, parfois dans ses expressions extrêmes - les crises alimentaires, voire les famines. En contrepartie, au Québec, à l'instar de la plupart des pays du Nord, l'insécurité alimentaire atteint des niveaux d'une ampleur plus modérée. Le phénomène n'est toutefois pas inexistant. Des individus, des groupes, des populations entières font face à ce type de situation, entre autres en raison de l'inaccessibilité physique des aliments, de la précarité financière et de la vulnérabilité sociosanitaire des gens, du décalage culturel, de l'insalubrité et de la perte des ressources productives. Les milieux sont donc amenés à réagir.
    Le présent ouvrage illustre les processus permettant de lutter contre cette insécurité. Plus précisément, les auteurs mettent en lumière les dimensions territoriales de la sécurisation alimentaire au Québec en portant une attention particulière aux dynamiques actorielles et à la mobilisation des ressources. Ils présentent des cas issus des milieux urbains, ruraux et périurbains, ainsi que centraux et périphériques, et mettent en évidence la nature territorialisée et territorialisante des initiatives de sécurisation alimentaire.

  • Que l'on pense à la crise financière de 2008 ou aux projets d'oléoducs qui traversent le Canada, force est de constater que les dynamiques du développement du capitalisme contemporain transforment les espaces et les territoires. Celles-ci ont des conséquences directes sur les restructurations économiques et spatiales, alimentant les injustices dans nos villes et nos régions.
    Le présent ouvrage est le fruit d'une réflexion collective sur le renouveau des approches critiques en études urbaines, régionales et territoriales. Il rassemble des contributions théoriques, méthodologiques et empiriques qui traitent, à différentes échelles, des rapports centre-périphérie et des conditions d'habiter, des systèmes de pouvoir et d'exclusion sociale et spatiale, du cadre de vie et des mobilisations urbaines ainsi que des identités (périphériques et centrales) dans l'appropriation de l'espace.
    Si les études urbaines et les études régionales et territoriales ont souvent été mises en opposition, où les unes se définissent par le contraire des autres, cet ouvrage permet de les aborder ensemble. Sans nier les différences, voire les oppositions, il apparaît qu'elles sont toutes deux à même d'explorer les dualités propres à l'analyse critique du capitalisme contemporain.

  • Ce livre présente le «modèle» de gestion par bassin versant, qui est le pivot des politiques de l´eau développées, et offre un aperçu de la complexité de l´architecture institutionnelle des politiques de l´eau aux États-Unis, au Canada, en France et, plus largement, dans l´Union européenne.

  • Ce livre passe en revue les enjeux et les bouleversements qui traversent l´« espace-monde » contemporain. L´analyse thématique et régionale proposée montre que l´espace-monde est tout sauf homogène, ce qui met en relief l´importance d´une approche géographique attentive aux lieux et aux spécificités territoriales.

  • Certains territoires sen sortent mieux que dautres par rapport à la mondialisation en faisant preuve de « résilience territoriale ». Ils résistent, sadaptent, voire se réinventent. À partir de ces exemples, les auteurs apportent un éclairage approfondi des contraintes et perspectives d'adaptation dans le nouveau contexte compétitif global.

  • Malgré les avancées scientifiques, la dégradation des milieux côtiers n´a pas été freinée, elle se poursuit même à un rythme alarmant. L'objectif de ce livre est d'étudier l'influence des contextes culturels et des savoirs écologiques locaux afin de favoriser le développement d'approches viables de gestion intégrée des zones côtières.

  • Face à la « crise mondiale de leau », la gestion intégrée des ressources en eau semble représenter la solution. Toutefois, les auteurs montrent quelle a de quoi être critiquée et la mettent à lépreuve en analysant sa transférabilité à lAfrique subsaharienne.

  • Guerres de l´eau, rareté de l´eau, gestion de l´eau. Qu´elle soit potable, agricole ou destinée à un usage industriel ou de loisir, l´eau est devenue l´objet de vives convoitises et de houleux débats quant aux modalités de son partage et de sa distribution. La question, d´abord de l´accès à l´eau, considérée comme une ressource essentielle, puis du partage de l´eau, et enfin surtout de la conflictualité potentielle de partages de plus en plus difficiles, a récemment pris le devant de la scène.

    L´eau sera-t-elle l´enjeu des conflits du xxie siècle ? Faut-il prêter attention aux prédictions alarmistes qui annoncent la multiplication des crises dans de nombreuses régions du globe, ou faut-il voir dans ces discours une version contemporaine des peurs millénaristes ? Des solutions modernes, comme des technologies plus adaptées ou la mise en place de mécanismes de marché, pourront-elles résoudre ces crises prochainement ? Comment les mécanismes de distribution de la ressource établis par les sociétés humaines en viennent-ils à s´enrayer aujourd´hui ? Quelles solutions se dessinent pour favoriser la nécessaire coopération dans ce domaine ?

    À partir de cas issus de plusieurs continents, les auteurs examinent les facteurs liés à l´accessibilité à l´eau ainsi que les principaux enjeux de la répartition, de la distribution et des choix relatifs à l´usage de cette importante ressource.

  • La Caraïbe ressemble à s'y méprendre à un visage maquillé.
    Une couche superficielle d'exotisme fait ressortir ses traits les plus attrayants, à l'image des photographies de ces brochures touristiques sur lesquelles on force le bleu de la mer et le blanc du sable, tout en cadrant au plus serré sur les hôtels, les plages et les parties entretenues des centres-villes. Derrière cette parure cependant, se dévoile, à qui prend la peine d'observer, un visage profondément marqué par les inégalités, des carrières à ciel ouvert des Cockpit Mountains (Jamaïque) jusqu'aux bidonvilles des marécages de Beetham à Port-of-Spain (Trinidad).
    Romain Cruse est de ceux qui ont pris la peine d'observer. Il s'intéresse au processus de mise en dépendance - ou périphérisation - du bassin caribéen du XVIe siècle à nos jours. Il prend en compte ce processus à la fois dans sa dynamique physique (le méditerranéanisme), sa dynamique économico-historique (le colonialisme) et sa dynamique géopolitique contemporaine (domination économique). Le principal intérêt de cet ouvrage est de ne pas présenter l'histoire de la Caraïbe comme celle d'un colonialisme dont n'arriveraient pas à se défaire les territoires.
    Si le poids du passé est important, ces espaces principalement insulaires ont tout de même connu de deux siècles (Haïti) à un demi-siècle (Jamaïque, Dominique, etc.) d'"indépendance" officielle. Le contexte géopolitique actuel, soit le glissement de la domination européenne vers celle américaine, ne saurait non plus être ignoré.

  • La disparition rapide de la banquise estivale dans l'Arctique laisse entrevoir la possibilité de sa dislocation à terme et de passages maritimes libres de glace sur des périodes de plusieurs mois.
    Le déclin de la banquise nous permettra-t-il d'exploiter des ressources naturelles - minerais, hydrocarbures - que certains évoquent comme un nouvel eldorado ? Les médias rapportent régulièrement les jeux de pouvoir qui se dessinent dans l'Arctique actuellement. Certains parlent même d'une "bataille pour l'Arctique", d'une nouvelle "guerre froide" pour les ressources de la région, voire d'une possible guerre entre pays riverains de l'océan Arctique pour le partage de ses richesses.
    De tels scénarios catastrophes sont-ils crédibles compte tenu des enjeux dans cette région ? Devant l'ampleur des changements climatiques que connaît l'Arctique, les rivalités qui se dessinent sur les plateaux continentaux et les passages arctiques pourront-elles se résoudre grâce à une coopération qui se dessine déjà ?.

  • Comment transformer de manière accélérée et plus ou moins drastique la vocation et l'aspect de certaines zones et concrétiser une vision de ce qu'elles devraient être en termes d'activités. Les projets analysés dans cet ouvrage peuvent être regroupés en trois catégories: 1) les grands projets de réseau, qu'il s'agisse d'infrastructure ou d'éléments naturels; 2) les grands projets d'équipement comme le Stade de France; et 3) les grands projets de changement de vocation de quartier entier (de quelques îlots à toute une zone: de la Cité du Multimédia à toute la Plaine Saint-Denis).

  • Qui gouverne les villes? Quel est le degré d'autonomie des villes? Comment la globalisation et la recomposition des rapports sociaux dans les métropoles affectent-elles l'exercice de la démocratie et redéfinissent-elles la citoyenneté? Les auteurs proposent, en termes analytiques et empiriques, de découvrir la portée réelle du renouveau de la démocratie participative et délibérative et les dynamiques communes aux métropoles britanniques, canadiennes et françaises.

  • Un regard, tantôt critique, tantôt observateur, sur l'évolution du Québec contemporain. Les synthèses thématiques que présentent les auteurs rendent compte d'une division sociale et spatiale accrue qui prend sa source notamment dans les transformations de l'économie, dans l'extrême mobilité du capital international ainsi que dans les nouvelles technologies.

  • La complexité des réalités urbaines d'aujourd'hui suppose, peut-être plus que jamais, une perspective pluridisciplinaire pour étudier l'évolution de la ville.

    C'est pourquoi sociologues, politologues, urbanistes, économistes et historiens se sont réunis pour tenter de comprendre, dans leurs dimensions théoriques et pratiques, divers aspects de la ville actuelle, ici et ailleurs dans le monde, et aussi de mettre en évidence des passages ignorés de son histoire.

  • Guerres de l'eau, rareté de l'eau, gestion de l'eau. Qu'elle soit potable, agricole ou destinée à un usage industriel ou de loisir, l'eau est devenue l'objet de vives convoitises et de houleux débats quant aux modalités de son partage et de sa distribution. À partir de cas issus de plusieurs continents, les auteurs examinent les facteurs liés à l'accessibilité à l'eau ainsi que les principaux enjeux de la répartition, de la distribution et des choix relatifs à l'usage de cette importante ressource.

  • Oeuvre collective d'un groupe de professeurs du département de géographie de l'Université du Québec à Montréal, ce livre invite à revoir la place et le rôle de la géographie dans l'éducation. À l'origine du projet, il y a la responsabilité commune des auteurs de préparer les futurs enseignants en sciences humaines de l'école secondaire au Québec et de les introduire à la connaissance géographique. C'est pourquoi les auteurs ont voulu offrir un espace de réflexion, non seulement sur ce qui caractérise le contenu de cette géographie, à l'université et à l'école, mais aussi sur sa nécessaire actualisation pour assurer la formation du citoyen et le développement d'une conscience territoriale au Québec. L'unité de leur réflexion tient dans la volonté de faire connaître, d'approfondir et de mettre en relation les savoirs de base qui font de l'éducation géographique un aspect essentiel de la formation à la citoyenneté.

empty