Vladimir Fédorovski

  • Glorifié en Occident pour avoir mis fin à la guerre froide et libéré le monde du communisme, Gorbatchev est aujourd'hui haï par les Russes qui le rendent responsable de toutes leurs difficultés. Alors, qui est-il ? Un réformateur visionnaire qui permit la chute du mur de Berlin ? Ou un idéaliste qui voulut détruire le système totalitaire, quitte à trahir les intérêts de son propre pays ? Le Roman vrai de Gorbatchev est une enquête nourrie d'archives inédites et de témoignages encore jamais révélés sur l'une des plus grandes figures du XXe siècle et sur les personnages qui ont gravité autour de lui, de son épouse Raïssa à Alexandre Yakovlev, l'architecte de la perestroïka, en passant par son fantasque rival Boris Eltsine.

    Acteur et témoin privilégié des grands événements qui ont mené à la fin du communisme, Vladimir Fédorovski nous raconte les manipulations, les victoires et les échecs d'un homme au psychisme impénétrable qui a changé la face du monde.

  • Joseph Staline, dictateur sanguinaire ? Certes. Mais comment expliquer, alors, la fascination qu'il exerce chez tant de Russes ? Pourquoi la tombe du responsable de millions de morts est-elle fleurie chaque année ?
    À l'heure où l'on célèbre le 75e anniversaire de la victoire sur le nazisme, Vladimir Fédorovski retrace le parcours d'un tyran, mais aussi celui d'un remarquable stratège, doté d'une volonté de puissance hors du commun. L'écrivain et ancien diplomate nous invite aux premières loges de l'histoire : à Stalingrad, dans la plus grande de toutes les batailles de la Seconde Guerre mondiale, ou encore à Yalta, en 1945, où l'extraordinaire flair diplomatique du dictateur partagera l'Europe en faveur de l'URSS. S'appuyant sur de nombreuses archives, lettres et conversations téléphoniques, il nous montre aussi le destin d'un jeune Géorgien entré dans la clandestinité et devenu bientôt Staline, « l'homme d'acier ».
    Dans cette fresque haute en couleurs, Vladimir Fédorovski analyse le « phénomène Staline », et ce que cette popularité reconquise par-delà la tombe dit de la Russie d'aujourd'hui.

  • Ivan le Terrible, KGB, CIA... tous les secrets de la manipulation.

  • Le Roman des tsars est un ouvrage de révélations. Vladimir Fédorovskipropose des clés originales pour déchiffrer les énigmes des tsars et éclairer leurs zones d'ombre. Les nouvelles techniques scientifiques, notamment l'examen de l'ADN, permettent à l'auteur de mener l'enquête pour suivre l'histoire de ces tragédies sans nom : Pierre le Grand tue son fils, Catherine II organise le coup de force où son mari est assassiné, le tsar Ivan VI devient le masque de fer russe, prisonnier numéro 1 qui est à son tour éliminé, un marquis français manque de devenir maître de la Russie, le tsar mystique Alexandre I ferme les yeux sur l'assassinat de son père, sans parler des secrets de l'attentat meurtrier conte Alexandre II ou des massacres de la famille impériale par les bolcheviks en 1918.
    Paradoxalement, cet ouvrage est aussi un livre d'actualité. Poutine joue avec finesse, induisant la référence à l'empire des tsars comme symbole de l'ordre et de la grandeur du pays. On saisit ici le pont historique établi par Vladimir Poutine qui se voit lui-même en réincarnation du premier des Romanov choisi par la Providence pour sauver le pays après "le temps des troubles post-communistes", au nom de la puissance de la Russie.

  • La Russie éternelle est au coeur de l'oeuvre de Vladimir Fédorovski. Dans La Volupté des neiges, l'auteur, russe lui-même, évoque les grandes amoureuses de son pays - tsarines redoutées, égéries exaltées ou femmes de l'ombre -, nous conte leur destin et explore les paysages de leur âme. Relations orageuses de Sophie et Léon Tolstoï, passion folle d'Eva Hanska pour Honoré de Balzac, ou encore d'Olga Knipper pour Anton Tchekhov, amours de la Grande Catherine et du beau Potemkine, de la flamboyante Katia Dolgorouki et du tsar Alexandre II...
    Des ors du Kremlin aux steppes enneigées de Sibérie, d'Odessa à Iasnaïa Poliana, voici le roman de ces femmes en quête d'absolu, en proie à tous les excès. Irrésistiblement entraînant. Marie-Lucile Kubacki, La Vie. Un tourbillon de passions historiques aussi brûlantes qu'un cocktail Molotov. Gilles-Martin Chauffier, Paris Match.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Vladimir Fédorovski Le Roman de Saint-Pétersbourg A l'occasion du tricentenaire de Saint-Pétersbourg, Vladimir Fédorovski met en scène les grands moments de l'histoire sentimentale de cette ville insolite créée par la seule volonté de Pierre le Grand au bord de la Néva.
    Pierre ier et son impératrice paysanne, Catherine ii et son vigoureux, compagnon le prince Potemkine, Alexandre ier et son égérie occulte, mais aussi les grands artistes et hommes de lettres russes et occidentaux (Pouchkine, Dostoïevski, les poètes du siècle d'Argent, le chevalier d'Eon, le marquis de Custine, Balzac) sont les personnages de ce roman vrai qui nous convie à une promenade romantique dans la Venise du Nord.
    Une traversée étonnante dans le temps et l'espace, dans les palais étincelants de Saint-Pétersbourg d'hier et les rues sinueuses de Leningrad, sur les traces des hommes et des femmes qui y ont connu le coup de foudre.
    Cet ouvrage s'appuie sur des archives tirées des fonds confidentiels récemment rendus accessibles en Russie et sur des témoignages inédits. Des pages marquées par le mystère, l'évasion, l'aventure et le défi.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Tout le monde a vu le film Le Docteur Jivago, un des films emblématiques du cinéma américain, basé sur le roman de Boris Pasternak consacré à la période de la révolution russe, une fiction d'inspiration éminemment autobiographique couronnée du prix Nobel.

    Vladimir Fedorovski propose ce « roman vrai » du Docteur Jivago s'appuyant sur le destin de son auteur comme guide à travers les aléas de l'histoire du XXe siècle où la réalité tragique dépasse la fiction.

    En effet la vie réelle de Pasternak réunit les éléments des grands drames historiques. Tel un Faust il releva tous les défis : les passions absolues comme les tragédies sans nom, les coups de foudre comme un insolite « amour à distance » immortalisé par ses échanges épistolaires avec une grande poétesse russe, Marina Tsvetaïeva, et le génie de la poésie européenne, Rilke, sans parler des démons de la jalousie dans la grisaille de la vie soviétique ou de l'ambiguïté des rapports de l'écrivain avec le dictateur rouge Staline. Les archives américaines et russes récemment déclassifiées (dont certaines sont inédites) permettent aussi à l'auteur d'évoquer l'épopée de Pasternak à travers les aléas d'une bataille féroce cyniquement menée par la Cia et le KGB dans l'ombre du Docteur Jivago.

    Une balade passionnée à travers la Russie éternelle comme la grâce venue des neiges la veille de Noël.

  • De la crise syrienne au conflit ukrainien, en passant par l'élection de Donald Trump, le dirigeant le plus fascinant du début du XXIe siècle bouscule le jeu des relations internationales. Comment comprendre sa longévité politique ? Et l'âme du peuple qui le plébiscite ? Révélations, coulisses du pouvoir, parcours de ses mentors et anecdotes intimes... De cet abécédaire surgit le portrait multifacette de Poutine, chef d'État énigmatique et imprévisible.

  • Dans la nuit du 16 au 17 décembre 1916, Grigori Raspoutine est assassiné au palais Ioussoupov à Petrograd. Son corps sera repêché quatre jours plus tard dans la Neva. Ainsi s'achève la vie de ce fils de paysans sibériens quasi illettré, devenu conseiller du tsar Nicolas II et, surtout, de sa femme, l'impératrice Alexandra Fedorovna. Séducteur, mystique, thaumaturge, gourou et homme d'État, celui que l'on surnommait « le saint diable » devient une légende et rejoint le panthéon des « surhommes diaboliques » de l'histoire. Avec lui, la « Russie éternelle » semble avoir sombré. A l'aide de témoignages inédits et d'une documentation abondante, notamment sur les rivalités des services secrets impliqués dans son assassinat et dans l'arrivée au pouvoir des bolcheviks, Vladimir Fédorovski rouvre le dossier et annonce une véritable réhabilitation historique de Raspoutine.

  • Fondé sur une longue enquête, l'ouvrage éclaircit les zones d'ombre entourant Vladimir Poutine, homme politique russe controversé. L'auteur examine les différentes fonctions qu'il a endossées au cours de sa carrière, tour à tour agent du KGB, adjoint au maire de Saint-Pétersbourg, chef des services secrets, Premier ministre et enfin chef du Kremlin.

  • Pour réussir dans le domaine artistique aux temps modernes, il fallait être avec les Ballets russes, cette légendaire compagnie créée par Diaghilev à Saint-Pétersbourg. Que de noms qui sonnent comme des stances ! Vaslav Nijinski ou Sergueï Lifar, pour les danseurs ; Anna Pavlova ou Ida Rubinstein pour les ballerines mais aussi des génies venus de tant de pays : Picasso, Matisse, Braque, Juan Gris, Utrillo, Marie Laurencin, Max Ernst et bien sur les russes Alexandre Benois ou Léon Bakst pour les décorateurs ; Michel Fokine, Leonid Massine, George Balanchine pour les chorégraphes ou Debussy, Ravel, Satie, Prokofiev et Stravinsky pour la musique... Mêlant l'amour à l'art, à la musique et à la danse, la compagnie Diaghilev allait traverser le siècle comme une flamboyante traînée de poudre. Passions, secrets et l'art absolu : dans ces pages rehaussées par des nombreuses illustrations, parfois inédites, Vladimir Fédorovski propose d'entrer dans les coulisses des Ballets russes...

  • Une histoire des espionnes du XXe siècle : la baronne Boudberg, un agent double, Elisabeth Zaroubine, qui donne à l'URSS les secrets de la bombe atomique américaine, l'actrice de cinéma Olga Tchékhova qui voulait tuer Hitler, etc.

  • Vladimir Fédorovski
    Le Roman du Kremlin

    Dressant ses murailles au coeur de Moscou, symbole du pouvoir absolu des tsars puis des dirigeants communistes, le Kremlin n'a cessé de fasciner et d'inquiéter.
    C'est qu'il est, depuis toujours, un lieu de mystères. Ses palais fastueux, ses sanctuaires, ses souterrains ont été les témoins des cruautés et des orgies d'Ivan le Terrible. Après la longue parenthèse de Saint-Pétersbourg, capitale à l'européenne voulue par Pierre le Grand, il incarne la dictature totalitaire et la paranoïa stalinienne. Jusqu'aux années 1990, il reste le point de mire des journalistes, diplomates et «kremlinologues», soucieux de décrypter les luttes de pouvoir derrière le masque impavide des Brejnev et des Andropov.
    Se fondant sur des archives et des témoignages inédits, fort de sa connaissance des arcanes politiques de son pays (il fut diplomate durant la période des grands bouleversements à l'Est), Vladimir Fédorovski fait revivre des ombres shakes-peariennes: Lénine affaibli et quasi prisonnier, Dzerjinski déchaînant la terreur révolutionnaire, Beria éliminé par Khrouchtchev. Du célèbre agent double Kim Philby à Vladimir Poutine, chef du KGB devenu président, il nous montre comment l'histoire russe, obstinément, se constitue autour du couple paradoxal que forment le tsar et l'espion.
    Et ce passionnant récit d'histoire, couronné par le prix Louis-Pauwels 2004, est aussi le plus précieux des guides pour qui veut visiter Moscou.

  • La chronique de Moscou est emplie de grandeur et de sang, de complots, de folies et de mystères. Dans ce livre riche en révélations, Vladimir Fédorovski nous dévoile les coulisses du Kremlin, de la fin du stalinisme aux années Poutine. Acteur et observateur privilégié des événements qui ont entraîné la fin du communisme, sa longue familiarité avec les arcanes politiques lui a permis de recueillir des témoignages inédits et de se plonger dans des archives confi dentielles. C'est ainsi qu'il nous conte aussi bien l'histoire de l'espionnage russe en Occident, avec ses épisodes parfois comiques, que les secrets du pouvoir suprême où certains accédaient à la gloire, tandis que d'autres finissaient en exil ou en prison.
    Vladimir Fédorovski retrace ici une épopée hors du commun où la réalité dépasse souvent la fiction, avec certains souvenirs personnels qui font parfois songer à Game of Thrones. Enfin, à la lumière de l'élection présidentielle de 2018, l'auteur nous éclaire sur la guerre de succession autour de Vladimir Poutine.

  • Noire et pourtant lumineuse, " l'âme slave " se dévoile dans cette promenade amoureuse et historique au coeur de la Russie éternelle.
    Figures légendaires, Stravinski, Diaghilev, Lénine, Nijinski, Soljenitsyne se rencontrent, s'admirent et se déchirent. A la croisée des mondes de l'art et de la politique, tous, à leur manière, révolutionnèrent l'histoire du XXe siècle.

  • Le XXe siècle fut le siècle de l'espionnage.
    Sorge, les "cinq de Cambridge", Farewell, le colonel Boris... Ces personnages de l'ombre, figures mythiques du renseignement, ont changé le cours de l'Histoire. Quel fut leur rôle pendant la révolution russe, la Deuxième Guerre mondiale, et surtout pendant la guerre froide ? Quelle était la stratégie secrète de Gorbatchev lors de la chute du mur de Berlin ? Comment la "taupe" du KGB a-t-elle saboté le coup d'Etat de Moscou qui sonna, il y a vingt ans, en août 1991, le glas de l'URSS ? Pour la première fois, Vladimir Fédorovski, qui fut au centre des événements majeurs du XXe siècle, notamment comme promoteur de la perestroïka, dévoile les faces cachées de cette période charnière.
    Document historique inédit, Le Roman de l'espionnage est aussi un livre d'actualité : Poutine, ancien espion, y apparaît tel un James Bond dirigeant la Russie d'aujourd'hui avec les méthodes des services secrets, et Anna Chapman y fait figure de Mata Hari des temps modernes pénétrant l'Administration américaine. Mais ces pages invitent également le lecteur à l'évasion, car la vie trépidante de ces agents secrets fut marquée par la recherche de l'amour absolu, au-delà des machinations d'Etat, des déchirements psychologiques et de l'ivresse du pouvoir...

  • Fidèle à ses habitudes, Vladimir Fédorovski nous offre ici un parcours inattendu dans Saint-Pétersbourg. Il nous propose des promenades insolites à travers les splendeurs d'une ville mythique. Pierre le Grand, Dostoïevski, les canaux de la Neva, les nuits blanches, Pouchkine, l'Ermitage... Les hommes et les lieux renouent avec le mystère et la féerie de la ville des tsars. Grands aventuriers, hommes d'Etat calculateurs, amoureux passionnés ou artistes désespérés défilent dans ce livre comme dans le théâtre italien.
    Entre alcôves secrètes et palais étincelants, ces pages nous invitent à méditer sur les charmes du caractère slave qui, comme l'architecture de Saint-Pétersbourg, ne ressemble ni au gothique flamboyant d'Europe, ni au style byzantin. Est-ce l'art de bâtir ou tout simplement l'âme russe qui a réalisé ses caprices avec une telle fantaisie ? Avec ses contrastes, ses couleurs et ses jeux de lumière, rappelant sans doute les contradictions des drames historiques, Saint-Pétersbourg reste décidément une ville magique toujours à redécouvrir.

  • En Russie, l'influence des femmes en politique a pris racine dans une étonnante tradition historique devenue un véritable phénomène de civilisation. Celles que l'on a coutume d'appeler les «Tsarines», même lorsqu'elles n'ont aucun lien avec la famille impériale, voient leur influence prendre corps au XVIIIe siècle, où les femmes régnèrent sans interruption. Le XIXe siècle est celui des Tsarines de l'ombre. Des palais de Saint-Pétersbourg aux souterrains du Kremlin, les égéries occultes d'Alexandre Ier et Alexandre II, Madame de Krundener et la célèbre Katia Dolgorouki, eurent une influence notable sur le pouvoir. Sans oublier la femme de Nicolas II et son redoutable directeur de conscience, Raspoutine. L'époque contemporaine a perpétué cette tradition, de l'égérie secrète de Brejnev, dont très peu connaissent l'histoire, à Raïssa Gorbatchev, qui joua lors de la perestroïka un rôle de premier plan. Tatiana, la fille de Boris Eltsine, releva le défi de ces Tsarines qui, encore aujourd'hui,règnent dans l'ombre.

  • Quel est le point commun entre le tsar Nicolas II, Staline, Picasso, Apollinaire, Cocteau ou Stravinsky ?Tous ces personnages, qui ont si profondément marqué l'histoire politique et artistique du XXe siècle, furent de fervents amateurs des Ballets russes. Nombreux y rencontrèrent la femme ou l'homme de leur vie. Loin d'être de simples aventures, ces liaisons furent de véritables passions et marquèrent leurs destins. L'amour de Nicolas II pour la célèbre ballerine Matilda Kchessinskaia, reflète les vicissitudes de sa politique ; la fin des purges coïncide avec la rencontre entre Staline et une étoile du Bolchoï ; le style de Picasso change lorsqu'il épouse Olga Khokhlova, danseuse du ballet Diaghilev...S'appuyant sur des documents secrets et des témoignages inédits de Noureev, Chagal ainsi que d'autres artistes et hommes politiques, l'auteur jette un regard insolite sur les coulisses des Ballets, à l'époque où le KGB utilisait les ballerines pour l'espionnage, et où Montparnasse était le lieu de rencontre des artistes. Il raconte ainsi l'histoire du métissage culturel entre la Russie et la France, scellé par l'arrivée des Ballets russes à Paris vers 1909.

  • La magie de Moscou

    Vladimir Fédorovski

    • Rocher
    • 23 Octobre 2014

    Une promenade au coeur de la capitale russe à travers ses figures mythiques, son histoire artistique et politique ainsi que son architecture.

  • Plus qu'un train de rêve, l'Orient-Express est l'emblème d'une Europe qui s'est faite avant l'heure. Au cours de l'histoire du XXe siècle, il fut le théâtre de nombreux drames joués par de grands acteurs politiques ou des réseaux d'espionnage. Ainsi, dans la voiture n°2419, transformée en bureau pour le maréchal Foch, fut signé à Rethondes, l'armistice du 11 novembre 1918. Un peu plus de vingt ans plus tard, Hitler signait la capitulation de l'Europe dans ce même wagon. Amants célèbres ou agents des services secrets, tous empruntèrent ce train pour des raisons diverses, trouvant toujours ce qu'ils y cherchaient. Intrigues politiques, romances, espionnage rythment la magie du train le plus célèbre du monde entre Venise, Vienne, Prague, Budapest ou Istanbul. L'auteur reconstitue l'aventure de l'Orient-Express en prenant pour guides certains personnages symboliques ayant marqué chaque époque de leur empreinte: Diaghilev, fondateur des Ballets russes à Venise; Mata-Hari, cette grande aventurière qui installa son QG dans le train de Paris à Vienne au cours des heures sombres de la Première Guerre mondiale; Lawrence d'Arabie, le célèbre espion anglais; Marlene Dietrich, qui, sous la montée du nazisme, vécut une très belle histoire d'amour dans ce train, ou encore Raoul Wallenberg, diplomate suédois en poste à Budapest, qui sauva plus de vingt mille juifs pendant la guerre en dupant les Nazis dans l'Orient-Express. Ce livre se situe dans le droit fil du triptyque de Vladimir Fédorovshi: Le Roman de Saint-Pétersbourg, Le Roman du Kremlin, Le Roman de la Russie insolite, qui a connu un franc succès. Le Roman de l'Orient-Express est son dix-neuvième ouvrage.

  • Le texte s'articule autour de trois femmes d'exception : Alexandra Fedorovna, la dernière tsarine, Inès Armand, l 'égérie française de Lénine, et CatherineL., une célèbre espionne. Grâce à leurs histoires d'amour, nous parcourons les chemins sinueux de la civilisation russe, du Transsibérien à la Volga, de l'Anneau d'or aux monastères de la vieille Russie, de Dostoïevski à Boulgakov, de Nicolas II à nos jours.
    Le Roman de la Russie insolite est aussi un livre de révélations car Vladimir Fédorovski a pu consulter des archives jusque-là inaccessibles et recueillir des témoignages totalement inédits sur le passé comme sur la période actuelle.

  • les " hommes de l'ombre ", ce sont ces éminences grises qui ont forgé la russie, de nicolas ii à poutine.
    raspoutine, fatal directeur de conscience de nicolas il et de la tsarine ; parvus, le financier occulte de lénine ; béria, le conseiller privilégié de staline qui, en 1953, voulait en finir avec le règne du parti communiste en russie ; yakovlev, le véritable fossoyeur du régime totalitaire, surnommé le vautrin de gorbatchev ; poutine lui-même, dont l'ascension commence après les attentats de moscou.
    vladimir fedorovski raconte l'action secrète des bolcheviks, des " maîtres espionnes " de staline et des officiers du kgb qui ont façonné l'histoire de la russie contemporaine..

  • Diaghilev et monaco

    Vladimir Fédorovski

    • Rocher
    • 22 Janvier 2004

    Pourquoi les artistes russes aiment tant monaco ? sans aucun doute, le climat y contribue largement.
    Ils apprécient d'autant la riviera qu'à saint-pétersbourg, sous la neige, ils subissent de plein fouet la rigueur de l'hiver avec ses - 25 â°c et ses 18 heures de nuit. une autre raison est évidemment la passion des russes pour le jeu ; d'ailleurs le métier d'artiste n'est-il pas une sorte de jeu " de l'amour et du hasard " ? ensuite, monaco garde le secret d'une douceur de vivre mêlée à un élan artistique, mélange que les danseurs des ballets russes ont été avides de découvrir en 1911.
    à la veille des festivités du troisième millénaire, les journaux du monde entier publièrent leur liste des personnalités les plus marquantes du xxe siècle. parmi elles, le figaro cita douze grandes figures directement liées aux ballets russes, les journaux allemands en citèrent quinze et les journaux russes, quatorze. de picasso à matisse, de satie à prokofiev, de nijinski et cocteau à stravinski, d'apollinaire à, bien entendu, dali et max ernst.
    Toutes ces personnalités s'épanouirent dans les coulisses des ballets russes. mêlant l'amour à l'art, la musique et la danse, ils allaient traverser le siècle comme une flamboyante traînée de lumière, suscitant passion et émerveillement. pour réussir dans les domaines artistiques il fallait être dans les ballets russes. mais pour réussir dans les ballets russes, chaque printemps, il fallait être à monaco.

empty